Dimensionnement de la pompe à chaleur

Seule une pompe à chaleur correctement dimensionnée garantit un bon rendement et un fonctionnement optimal.

(ves) Pour des installations existantes, le dimensionnement de la pompe à chaleur peut être calculé à l’aide de la consommation annuelle d’énergie. Lors du dimensionnement de toutes les pompes à chaleur, il est conseillé de tenir compte des points suivants:

  • la puissance de chauffage nécessaire du bâtiment
  • la puissance de la pompe à chaleur
  • la température d’entrée maximale nécessaire
  • la définition du point de commutation (pour les systèmes bivalents)

Pompe à chaleur air-eau

  • L’installation à l’extérieur doit être protégée de la neige, des feuilles et des particules de poussière.
  • Il faut respecter les distances limites et les valeurs limites légales de bruit.
  • Il n’est pas nécessaire d’utiliser un accumulateur si l’on dispose d’un chauffage par le sol avec une grande masse mais sans vanne thermostatique (mode monovalent). Dans le système bivalent, par contre, l’utilisation d’un accumulateur s’impose.
  • Le dégivrage est automatique, car l’évaporateur givre dès que la température extérieure dépasse 7 °C.
  • L’insonorisation est optimale grâce au bâti insonorisé de la pompe à chaleur ou à l’enceinte et / ou l’habillage insonorisé dans les grandes installations

Pompe à chaleur sol-eau (sonde géothermique / nappe de serpentins)

Sonde géothermique

  • Forage à une profondeur de 150 à 250 mètres ; possible jusqu'à une profondeur de 300 mètres
  • Puissance maximale de prélèvement de 50 W / m² - 55 W / m² , pour des sols très secs au maximum 30 W / m² car l’humidité du sol augmente la conductibilité calorifique
  • 15 mètres de sonde environ par kW de puissance thermique
  • À conductibilité calorifique élevée, forte puissance de soutirage
  • Accumulateur nécessaire si capacité insuffisante d'accumulation du système de chauffage
  • Pompe à chaleur en service au maximum pendant 1800 heures par an (récupération thermique du terrain) à défaut d’une plus grande sonde géothermique.

Nappe de serpentins

  • Les nappes de serpentins nécessitent de grandes surfaces (puissance maximale de soutirage de 20 – 30 W / m²).
  • En cas de conditions défavorables (emplacement pierreux, sec, ombragé), la puissance maximale de soutirage est de 8 – 12 W / m2
  • Environ 45 m² de nappe de serpentins sont nécessaires par kW de puissance thermique.
  • Il faut un accumulateur, si la capacité d’accumulation du système de chauffage est insuffisante.
  • La pompe à chaleur ne devrait pas tourner plus de 1800 heures par an (récupération thermique du terrain). Sinon, il convient de prévoir une plus grande nappe de serpentins.

Pompe à chaleur eau-eau

  • Pour la nappe phréatique, un débit de 150 – 200 litres/h/kWth est nécessaire.
  • Pour l’eau de surface, on a besoin de 300 – 400 litres/h/kWth.
  • Un accumulateur est nécessaire, si la capacité d’accumulation du système de chauffage est insuffisante.
  • Les conduites de la nappe phréatique doivent être protégées contre la condensation dans les locaux chauffés (isolation thermique étanche à la vapeur).
  • La qualité de l’eau doit être connue et les valeurs limites doivent être respectées.
  • Il faut choisir la plus courte conduite de raccordement possible.
  • Toute pollution de la nappe phréatique doit être exclue et la pollution des eaux de surface contrôlée.