Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Chantiers : champ d'action favori des voleurs

L'occasion fait le larron, c'est bien connu. Au cours des dernières années, les vols sur les chantiers ont considérablement augmenté. Quelles mesures dissuadent les voleurs et qu'est-ce qui apporte de la sécurité ?

Au cours des dernières années, les vols sur les chantiers ont considérablement augmenté.
Au cours des dernières années, les vols sur les chantiers ont considérablement augmenté.

(stö) Sur les chantiers, ce sont en fait plutôt des petits instruments tels des outils ou des machines ou encore des sacs de ciment qui sont concernés. De plus en plus fréquemment, les voleurs jettent leur dévolu sur les métaux ou les carburants. Le cuivre et le diesel, par exemple, sont même emportés en grands volumes. La raison à cela : plus on construit dans le monde, plus le prix du cuivre prend l'ascenseur, d'où une augmentation des vols de cuivre. Les voleurs de cuivre causent en outre souvent de gros dommages sur les chantiers. Cette problématique est fortement suggestionnée par les récupérateurs de matières premières. Dans les milieux spécialisés on parle même d'une « Recycling-Mafia ». Les voleurs recherchent avant tout des gros chantiers, non surveillés et de préférence situés à l'écart des agglomérations.

Des containers de fret au lieu de baraques de chantiers

Des mesures préventives peuvent être prises, mais une protection à cent pour cent n'est pas garantie. Sur les chantiers, tout le matériel devrait, par exemple, être enfermé, au moins pendant la nuit. C'est pourquoi, plusieurs entreprises de construction ont décidé de remplacer les baraques de chantiers et d'utiliser des containers de fret comme entrepôt de matériel. Du fait qu'un tel container ne peut pas être cambriolé avec un simple instrument comme un pied de biche, il procure une sécurité complémentaire.

Sécurité : entrepôt aérien

Une méthode peu orthodoxe, mais non moins efficace consiste à « parquer », durant la nuit et le week-end, les engins ou le matériel de valeur, en suspension dans l'air au moyen d'une grue. Il faut alors que la grue soit verrouillée et qu'elle ne puisse pas être mise en service. Les aires éclairées en permanence ou au moyen d'un détecteur de mouvement dissuadent également les voleurs.

Problématique de la vidéosurveillance

Plusieurs entreprises de surveillance ont étendu leurs prestations de services au secteur de la construction. Un autre moyen de prévention consiste en la vidéosurveillance. En l'occurrence, le cadre juridique est cependant très restrictif. Les chantiers ne peuvent en effet être sous vidéosurveillance que pendant la nuit. Etant donné que durant la journée les caméras de surveillance pourraient être abusivement utilisées pour contrôler les ouvriers du chantier, elles ne peuvent être mises en service que dans certaines situations.

Assurance construction

En matière de technique d’assurance, une protection à cent pour cent n'est pas non plus garantie. Ni les assurances privées et immobilières ni l'assurance responsabilité civile du maître d'oeuvre ne couvrent le vol pendant le temps de travail. Seule une assurance construction offre une protection. Celle-ci, appelée aussi assurance des prestations du bâtiment, couvre non seulement les accidents de construction et dommages au bâtiment lui-même, mais également les vols. Cependant, la couverture de l'assurance vol ne s'étend qu'aux objets fixes. Ainsi, par exemple, un lave-linge monté et raccordé sera assuré contre le vol. Si, par contre, l'appareil est encore sur le chantier dans son emballage, il n'est pas couvert par l'assurance construction en cas de vol ou tout au plus par une éventuelle assurance complémentaire.

Casco pour le chantier

La conclusion d'une assurance construction incombe au maître d'oeuvre. Il s'agit d'un genre d'assurance casco pour le chantier qui ne protège donc pas les personnes contre des prétentions en responsabilité, mais uniquement le chantier en soi. Toutes les parties impliquées dans la construction bénéficient de la même couverture et sont donc automatiquement co-assurées. Les primes sont souvent partagées entre les diverses entreprises concernées. Côté entrepreneur, il est possible de conclure des assurances d'exploitation ou d'entreprise qui, selon les stipulations de la police, peuvent inclure une couverture pour le vol d'objets dans un local fermé à clé.

ImagePoint (Sebastiano Fancellu) Imprimer l'article