Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Progrès dans les alertes sismiques précoces

A ce jour, il est encore impossible de prévoir avec précision les tremblements de terre. Les processus à l'œuvre dans la croûte terrestre sont trop complexes. Ne reste plus qu'à s'en protéger le plus efficacement possible. Outre les méthodes de constructions anti-sismiques, la meilleure méthode réside dans un système d'alerte sismique précoce.

Le système d’alerte précoce vise, dans un premier temps, à enregistrer un événement sismique à proximité de son épicentre et à communiquer les données ainsi capturées au plus vite à un centre de données.
Le système d'alerte précoce vise, dans un premier temps, à enregistrer un événement sismique à proximité de son épicentre et à communiquer les données ainsi capturées au plus vite à un centre de données.

(pg) En matière d'alerte sismique, le Japon, exposé à un fort risque de séisme, fait figure de modèle. Le système japonais permet d'arrêter les trains à grande vitesse, de couper l'alimentation des conduites de gaz, d'interrompre les processus industriels sensibles et d'avertir la population, généralement via les smartphones ou la télévision. Lorsqu'il fonctionne bien, le système d'alerte sismique précoce donne quelques secondes, parfois décisives, aux exploitants d'installations industrielles sensibles et à la population, en fonction de leur distance par rapport à la faille terrestre.

Des ondes primaires plus rapides que les ondes secondaires

Le système d'alerte précoce vise, dans un premier temps, à enregistrer un événement sismique à proximité de son épicentre et à communiquer les données ainsi capturées au plus vite à un centre de données. Tous les systèmes pour les alertes sismiques précoces – au Japon bien sûr, mais aussi en Suisse, à Taïwan, au Mexique ou en Turquie – s'appuient sur le fait qu'en cas de séisme, les ondes P (ondes primaires) généralement inoffensives se diffusent plus vite que les ondes sismiques destructrices, à savoir les ondes S (ondes secondaires). 

L'alerte peut ainsi être donnée en quelques secondes à peine après le début du séisme. La population dispose ainsi de quelques secondes, voire idéalement de quelques minutes, pour se préparer et se mettre à l'abri. Quelques secondes qui, parfois, sauvent des vies.

Protection contre les séismes

infobox_produktewerbung_terra_orange_mittel

Une assurance contre des séismes prémunit votre habitation contre des dommages et vous protège contre les incidences financières.

Calculer la prime

Des processus complexes

Cela semble simple. Et pourtant, rien ne l'est moins. En effet, les mouvements sismiques provoqués par un tremblement de terre, de même que leur durée, peuvent fortement varier en fonction de l'endroit, car les ondes sismiques sont tributaires de la nature du sous-sol. Par ailleurs, le processus même de la création de la faille a une forte influence sur les zones où les secousses sont intenses.

Une possible révolution grâce au numérique

A l'avenir, les dispositifs de communication mobiles, comme les smartphones, pourraient jouer un rôle décisif dans les alertes précoces. L'appli «My Shake», développée par des scientifiques de l'Université de Californie à Berkley et par le laboratoire de recherche de Deutsche Telekom dans la Silicon Valley, en est un exemple: tout smartphone moderne est équipé d'un capteur qui enregistre les mouvements de l'appareil dans les trois dimensions et fait en quelque sorte office de sismomètre. «My Shake» recherche de manière ciblée, dans les relevés du détecteur d'accélération, les formes des ondes caractéristiques des séismes. 

Si le programme détecte un signal analogue à un tremblement de terre, il communique cette information au centre de données. Si de nombreux messages parviennent à celui-ci dans un bref laps de temps, les ordinateurs réclament l'ensemble des relevés des capteurs et en font une analyse sismologique de manière à déterminer l'épicentre et la magnitude de l'événement. L'avenir nous dira si ces systèmes peuvent être utilisés pour la prévention en matière de séisme en Suisse. 

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article