Les méthodes de construction offrent une protection sismique limitée

La sécurité sismique dans les bâtiments existants est un point crucial pour les autorités. Les propriétaires de maisons ont tout intérêt à également étudier la question. En effet, les bonnes raisons de s'y atteler ne manquent pas.

Pour plus de 90 % des constructions suisses, on ignore si elles résistent aux séismes.
Pour plus de 90 % des constructions suisses, on ignore si elles résistent aux séismes.

Les séisme sont inévitables, par contre les dégâts dont ils sont la cause peuvent être atténués grâce aux méthodes de construction parasismique. Construire dans le respect des normes parasismiques signifie surtout protéger les individus contre l'effondrement des édifices, limiter les dommages aux bâtiments et restreindre les dommages subséquents.

Pour plus de 90 % des constructions suisses, on ignore si elles résistent aux séismes. Les normes suisses de construction parasismique introduites en 2003 ainsi que le cahier technique 2018 de SIA indiquent comment construire des nouveaux bâtiments résistant aux secousses sismiques, ou encore comment augmenter la sécurité parasismique des bâtiments existants. Suivant le bâtiment, les transformations parasismiques peuvent toutefois s'avérer très coûteuses.

En outre : construire parasismique ne veut pas dire que des secousses ne peuvent pas nuire au bâtiment. Cela signifie, tout au plus, que des mesures ont été prises pour éviter l'effondrement de l'édifice.

Le renforcement sismique ultérieur est complexe

La sécurité sismique est une discipline de l'ingénierie du bâtiment, requérant donc des connaissances spécifiques approfondies. Les mesures recommandées par les spécialistes ont pour objectif une plus grande résistance et, suivant le bâtiment, davantage d'élasticité. La pose de parois et poutres en béton armé renforce la résistance de l'édifice en cas de secousses. Ceci a été réalisé de façon particulièrement spectaculaire dans un bâtiment scolaire à Monthey (Valais) : un puits d'ascenseur en béton armé qui s'étire sur toute la hauteur du bâtiment a permis de stabiliser l'édifice de 5 étages. Cette école a été construite en 1908 et ses murs sont particulièrement minces. Le puits a été greffé à la façade depuis l'extérieur, évitant ainsi tout impact sur l'agencement intérieur du bâtiment. Cet exemple illustre aussi parfaitement la manière dont il est possible de tirer parti des synergies.

Protection contre les séismes

infobox_produktewerbung_terra_orange_mittel

Une assurance contre des séismes prémunit votre habitation contre des dommages et vous protège contre les incidences financières.

Calculer la prime
Pour conférer davantage d'élasticité à un bâtiment, autrement dit pour améliorer ses capacités de déformation, des « appuis » sont intégrés à la construction.
Pour conférer davantage d'élasticité à un bâtiment, autrement dit pour améliorer ses capacités de déformation, des « appuis » sont intégrés à la construction.

Déformation sans risque d'effondrement

Pour conférer davantage d'élasticité à un bâtiment, autrement dit pour améliorer ses capacités de déformation, des « appuis » sont intégrés à la construction. Cela permet aux différents éléments du bâtiment de se mouvoir sans provoquer l'effondrement de la structure. Cette mesure est toutefois particulièrement difficile à réaliser dans les constructions existantes. La pose de parois dotées de bandes de renforcement, typiquement des lamelles de fibres de carbone, s'avère plus aisée. Le succès de telles mesures de renforcement réside dans le choix judicieux de leur positionnement. Quand ? « Idéalement dans le cadre d'un assainissement général ou de transformations » conseille le Professeur Hugo Bachmann. Cet expert est l'auteur d'un guide de l'OFEV portant le titre « Construire parasismique en Suisse ». Il estime « qu'il est impératif de vérifier les constructions existantes ».

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article