Protection incendie lors de la construction de maison

Les exigences concernant la protection incendie, dans le cas de maisons unifamiliales, ne sont pas très élevées. Cependant, le maître d'oeuvre a la possibilité d'augmenter considérablement les mesures de protection.

Chaque deuxième incendie touche une habitation.
Chaque deuxième incendie touche une habitation.

(knü) Environ 50 fois par jour, une alarme déclenchée quelque part en Suisse mobilise les pompiers pour lutter contre des incendies de maisons. L'année passée, près de 20'000 interventions de pompiers suite à des incendies ont été enregistrées dans les statistiques de l'Association des établissements cantonaux d'assurance incendie (AEAI). Les dommages matériels qui en ont résulté se sont montés en 2010 à 270 millions de francs, sans compter les éventuelles lésions corporelles subies par des habitants. En fait, chaque deuxième cas d'incendie touche une habitation et les foyers de dangers sont connus dans une large mesure : la majorité des causes d'incendies sont attribuables à la foudre, à des installations électriques défectueuses, à des bougies allumées ou à des installations de chauffage. La protection incendie revêt une grande importance dans les lois cantonales sur les constructions ; des exigences spécifiques pour la protection incendie, telles que les distances entre les bâtiments, les issues de secours, les compartiments coupe-feu ou également l'utilisation de matériaux de construction réfractaires au feu, sont en outre réglées par les normes suisses de protection incendie.

Les matériaux de construction sont essentiels

Le genre et la qualité des matériaux de construction sont particulièrement importants. Sur la base de procédures d'essais normalisées, les matériaux sont classifiés en fonction de leur combustibilité dans les classes variant de 1 - facilement inflammables à 6 – incombustibles (système suisse), resp. de A – incombustibles à F (système européen). D'autres critères pour les matériaux sont la corrosivité, la fumosité et la formation de gouttes en fusion. Des matériaux des classes 1 et 2, resp. F, ne doivent pas être utilisés comme matériau de construction.

Des parties de construction entières (telles que piliers, parois, portes) sont également testées et classifiées dans diverses catégories. La durée de résistance au feu est indiquée par R et est complétée par une indication temporelle en minutes. Une colonne qui conserve sa résistance pendant au moins 60 minutes, en cas d'incendie, est par exemple désignée par R 60. De la même manière, la lettre E caractérise l'étanchéité à la fumée et la lettre I le pouvoir isolant d'un élément de construction – toutes deux étant également dotées d'une indication temporelle. Les parties de construction qui peuvent être utilisées, lorsque des exigences sont formulées en ce qui concerne la protection incendie, sont concentrées dans un répertoire. Ce répertoire peut être consulté par quiconque, sous www.praever.ch. Les prescriptions de protection incendie suisses complètes se trouvent aussi sur ce site Internet.

Il faut en principe prendre en considération ce qui suit : des matériaux de construction combustibles sont en principe autorisés. Cependant, lors du choix concret des matériaux, le maître d'oeuvre ne devrait pas hésiter à se renseigner en détail sur les particularités physiques des matériaux et des éléments de construction utilisés. Par ailleurs, il convient de tenir compte, du fait que les isolants contenant du plastique et de la cellulose, entre autres, sont traités avec des produits ignifuges synthétiques, de sorte qu'une charge de l'air ambiant ne puisse fréquemment pas être exclue.

Maison unifamiliale en tant que compartiment coupe-feu

Dans des maisons unifamiliales, les exigences concernant la protection incendie ne sont pas très élevées. Il convient surtout, en l’occurrence, de prendre en considération des exigences pour chauffages et installations de cheminées. Presque toute la maison forme un seul compartiment coupe-feu. À l'exception du local de chauffage, il n'existe aucune exigence concernant les parois et les portes. De ce fait, les espaces ouverts tels que les salons et salles à manger combinés ou aussi une galerie à deux étages sont plutôt mal protégés. Mais c'est seulement lorsqu'une maison unifamiliale est agrandie que des compartiments coupe-feu additionnels, séparables, doivent être constitués. Comme nouvelle séparation, on peut par exemple définir un logement séparé au sous-sol ou le grenier aménagé, dans la mesure où il est utilisé comme logement à part. Le local de chauffage doit également être protégé séparément et de sorte à être ignifuge. La règle suivante est valable pour toutes les pièces délimitables : toute personne qui veut prendre des mesures de protection accrues choisit pour toutes les parties de construction séparatrices - portes, parois et plafonds – des matériaux de construction avec résistance au feu élevée, afin que le feu ne puisse pas se propager en cas d'incendie.

Cuisines, radiateurs et fourneaux à bois

Là où une chaleur spécifique est utilisée dans l'appartement, une protection adéquate est également à prévoir. Dans l'espace habitable, ce sont des cheminées ou des poêles à accumulation utilisés comme foyers qui peuvent constituer un danger. Dans les cas de cheminées ouvertes et ouvrables ou de poêles suédois, le sol à l'avant doit être recouvert d'un matériau ininflammable. Pour certains genres de fourneaux, d'épaisses plaques de pierre ou de béton sont recommandées, afin de pouvoir apprécier au mieux et en toute sécurité la douce ambiance du foyer.

Dans la cuisine, la cuisinière et le four constituent le plus grand danger d'incendie. Quand bien même aucunes exigences particulières sur le plan de la protection incendie n'existent pour des cuisines, il est recommandé que les parois et les installations environnantes soient hautement résistantes au feu. Dans les salles de bains, le danger est également présent ; elles sont de plus en plus fréquemment équipées de chauffages à air chaud ou de radiateurs. Des objets et meubles inflammables fixes et mobiles doivent être placés à une distance respectable – afin que les pompiers ne doivent pas être alarmés encore plus souvent que jusqu'à présent.

ImagePoint (Irene Teesalu) Imprimer l'article

Informations additionnelles