Le nettoyage des cheminées et installations de combustion

Le contrôle et le nettoyage réguliers des installations de combustion contribuent à prévenir les incendies et dommages, à économiser de l'énergie et à réduire les risques de panne.

En raison du risque d’incendie, une installation de combustion doit obligatoirement faire l’objet d’un entretien et d’un nettoyage réguliers.
En raison du risque d'incendie, une installation de combustion doit obligatoirement faire l'objet d'un entretien et d'un nettoyage réguliers.

(pg) Qu'il s'agisse d'installations de chauffage, de poêles suédois ou de cheminées : en Suisse, il est obligatoire de faire contrôler et nettoyer périodiquement les installations de combustion à combustible liquide (mazout, biocombustibles, etc.), gazeux (gaz naturel, biogaz, etc.) ou solide comme le bois ou le charbon. Car la combustion pour produire de la chaleur génère des résidus qui altèrent le fonctionnement d'une installation, ce qui, dans le pire des cas, peut produire un incendie.

C'est au propriétaire d'une maison qu'il incombe de nettoyer la cheminée et l'installation de combustion

En raison du risque d'incendie, une installation de combustion doit obligatoirement faire l'objet d'un entretien et d'un nettoyage réguliers. En règle générale, ce sont les entreprises de ramonage qui contactent les propriétaires. C'est toutefois le propriétaire ou la personne qui assure la régie de l'immeuble qui, en dernier ressort, est responsable de la réalisation de l'entretien. Donc, si le ramoneur ne se manifeste pas, il revient au propriétaire de l'immeuble de prendre l'initiative et de faire réaliser l'entretien.

Dans la majorité des cantons, une situation de monopole règne

Lorsque le bien immobilier est situé dans les cantons de Bâle-Ville, Obwald, Schaffhouse, Schwyz, Uri, Tessin, Zurich ou Zoug, le propriétaire peut choisir lui-même le ramoneur dans la mesure où celui-ci dispose d'une autorisation cantonale. Dans tous les autres cantons prévaut aujourd'hui encore un monopole qui impose au propriétaire de faire appel à ceux qu'on appelle les ramoneurs d'arrondissement. Dans le canton de Berne, ils sont nommés par l'Assurance immobilière AIB, en consultation avec les communes correspondantes.

Contrôle plus fréquent des installations à combustibles solides

Pour ce qui est des intervalles de contrôle et de nettoyage, la règle générale est que les installations à combustibles solides nécessitent d'être contrôlées et nettoyées plus fréquemment que par exemple celles qui utilisent du mazout ou du gaz, et cela peu importe qu'il s'agisse d'installations destinées au chauffage de locaux et à la production d'eau chaude ou d'installations à usage commercial ou industriel.

Pour une installation de combustion qui doit être contrôlée ou nettoyée deux fois par an, ces opérations doivent être effectuées au moins une fois en cours de période de chauffage. Si l'encrassement de l'installation de combustion est important ou faible, les dates d'intervalles de contrôle et de nettoyage décidées en consultation avec le propriétaire de l'immeuble ou l'utilisateur de l'installation peuvent être changées. Pour le canton de Berne, on trouvera des informations sur les intervalles de nettoyage et de contrôle dans la notice explicative de protection incendie de l'AIB à l'attention des ramoneurs.

Exigences plus élevées pour le ramoneur

Ces dernières années, les exigences auxquelles doit répondre le ramoneur ont fortement évoluées. Aujourd'hui, il est rare que les femmes et les hommes exerçant ce métier soient obligés de descendre dans une cheminée. En outre, le nettoyage mécanique à l'aide de brosses, racleurs et hérissons est de plus en plus complété, voire remplacé, par un nettoyage humide. En effet, même un nettoyage mécanique ne vient pas à bout des résidus de combustion très tenaces. Or, ces résidus se détachent par l'application d'un produit alcalin. Quant aux chaudières à condensation dont l'usage est prescrit depuis de nombreuses années, leur nettoyage ne peut se faire que sous l'action de l'humidité.

Élimination abusive des déchets

Il faut savoir que, sur la base des résidus qu'il recueille dans le conduit d'évacuation des fumées de toute installation à combustibles solides, le ramoneur peut constater si le propriétaire de la maison enfreint la loi en brûlant ses ordures ménagères, ce qui constitue une pollution de l'environnement. Il s'agit d'un délit qui, hélas, est encore à déplorer chez nous. Toute personne qui brûle des déchets risque une amende étant donné que les ramoneurs sont tenus de le signaler aux autorités. Les ramoneurs informent leur clientèle par des notices explicatives.

« Surveillance du feu lors du ramonage »

Le travail du ramoneur ne se borne pas à nettoyer l'installation. En effet, dans le cadre de la « surveillance du feu lors du ramonage », il contrôle en outre si l'ensemble répond aux prescriptions en vigueur sur la protection contre le feu. S'il constate des défectuosités, il les consigne dans un rapport et fixe un délai durant lequel le propriétaire aura pour obligation de les faire rectifier dans les règles de l'art. Si le propriétaire ne corrige pas les défectuosités dans les délais impartis, le ramoneur est tenu de signaler ce manquement à l'autorité de protection incendie.

istockphoto Imprimer l'article