Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Analyse par parcelles de terrain à bâtir

L'acquisition de terrain à bâtir comporte aussi des risques : la qualité du sol et la teneur en eau peuvent considérablement augmenter le coût de l'excavation. Des expertises approfondies doivent être entreprises en temps opportun.

Avant l'achat d'un terrain déjà, des études relatives à la composition et à la stratification du terrain à bâtir sont demandées.
Avant l'achat d'un terrain déjà, des études relatives à la composition et à la stratification du terrain à bâtir sont demandées.

(knü) Attention aux textes en petits caractères : celui qui commande une maison clés en main, y compris les prestations de travaux publics, achète aussi la qualité du terrain. Les estimations des coûts d'excavation et de fouilles de drainage ne sont crédibles que si elles comportent les classes de terrain 3, 4 ou 5. Ceci est en fait justifié lorsque le sous-sol est meuble mais pas rocailleux. D'une part, il n'est cependant pas certain que les maîtres d'œuvre se soient posé des questions quant à la qualité du sol. D'autre part, les catégories de terrain de 1 à 7 en Suisse – différentes en Allemagne – ne sont pas connues. Les spécialistes de la construction se trouvent dès lors devant un « chat dans un sac » et font remarquer que les fondations pour une maison doivent satisfaire à des exigences de précision suffisantes. La teneur en sable et en argile peut aussi engendrer l'instabilité du terrain à bâtir. Et si, hors de toute attente, l'excavatrice devait buter sur de la roche, il faut alors compter avec des majorations de coût considérables.

Analyse par coupe à l'excavatrice

« Les caractéristiques du sol ne sont jamais à sous-estimer », recommande Brian Steiner, responsable de géophysique et de géotechnique, chez EBERHARD und Partner AG, envers les futurs maîtres d'œuvre. Par conséquent, une expertise indépendante du terrain s'avère presque toujours fructueuse. Car même dans une seule parcelle, les particularités du sol peuvent considérablement varier. « Il peut tout à fait arriver que nous recommandions à un maître d'œuvre, pour des questions de stabilité, de déplacer l'immeuble dans le périmètre de la parcelle », nous dit Steiner. Ailleurs, nous avons conseillé à un architecte de renoncer à construire une cave en sous-sol et de la réaliser de plein pied. C'est pourquoi : « Plus la trame des recherches est serrée, plus exactement sera caractérisée la géologie de la parcelle à bâtir. Dans la plupart des cas, il suffit cependant d'analyser la stratification du sol en réalisant une coupe à l'excavatrice », dixit Steiner, à qui on recourt régulièrement pour des expertises sur place. Mais ce n'est pas seulement avant le début de la construction mais avant l'achat d'un terrain déjà, que des études concluantes relatives à la composition et à la stratification du terrain à bâtir sont demandées – tout comme des informations précises quant à la teneur en substances toxiques du sol. « A défaut de tels éléments de base précis, l'achat d'un immeuble fait toujours l'objet d'inutiles risques de dévalorisation », remarque Brian Steiner. En l'occurrence, un géologue évalue les exigences spécifiques à un projet de construction et les compare à la classe de terrain à bâtir vérifiée sur place. Pour cette dernière, il s'agit d'un pendant avec les « classifications de terrains » allemandes.

Sécurité contre les tremblements de terre exigée

Les classes de terrains à bâtir définies selon une norme SIA répartissent le sous-sol (jusqu'à une profondeur de 30 mètres) dans des catégories allant de A à E. La catégorie A se rapporte à de solides rocailles alors que la catégorie F est attribuée à des sols statiquement instables. Du fait que lors de la planification de la classe de terrain, les bâtiments sécurisés contre les tremblements de terre sont également à prendre en considération, les données y relatives sont en partie rassemblées et publiées par les autorités. Dès lors, des déclarations régionales concernant les qualités de terrains sont disponibles, par exemple à Bâle, Lucerne et en Suisse romande. En l'occurrence, il faut retenir ceci : quant à une certitude sur la qualité d'un terrain dans un cas concret, les autorités ne peuvent et ne veulent donner aucune garantie. Le maître d'œuvre privé et propriétaire foncier est responsable dans tous les cas. Il ne lui reste donc qu'à recourir à un géologue indépendant.

Classes de terrain à bâtir

Classe de terrain

Caractéristiques

Remarques

A

  • Roche dure (p. ex. granit, gneiss, quartz, cailloux, calcaire)
  • Roche tendre (p. ex. molasse, nagelfluh, jurassique, argile opaline) sous tout venant (max. 5 m de couverture)

Sols compacts, rocheux

B

  • Dépôts de gros graviers et de sables cimentés et/ou charge préalable de tout-venant avec une portée de plus de 30 m

Sols compacts, rocheux

C

  • Dépôts de graviers et de sables normalement consolidés et cimentés et/ou moraine avec une portée de plus de 30 m

Sols stables avec tout-venant

D

  • Dépôts de sable fin, limon ou argile non consolidés avec une portée de plus de 30 m

Sols instables avec tout-venant

E

  • Surface alluviale de la classe de terrain C ou D avec une portée entre 5 et 30 m sur une couche plus solide de la classe de terrain A ou B

Sols stables à instables avec tout-venant

F1

  • Dépôts de structures délicates et organiques (p. ex. tourbe, craie) avec une portée de plus de 10 m

Sols instables

F2

  • Glissements actifs ou glissements potentiels avec une réactivation probable

 
Informations additionnelles

ImagePoint (MO-Images) Imprimer l'article