Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Construire avec de l'argile

Du fait de ses qualités remarquables, de ses gisements locaux et de son pouvoir de régulation de l'humidité atmosphérique, l'argile est à nouveau utilisée de plus en plus souvent dans la construction.

L'argile est un excellent accumulateur de chaleur.
L'argile est un excellent accumulateur de chaleur.
Maisons à colombage à Guntalingen.
Maisons à colombage à Guntalingen.

(msc) L'argile est un matériau avec lequel on construit depuis des millénaires dans le monde entier : ainsi, la Grande Muraille de Chine est constituée en grande partie d'argile. En Suisse aussi, ce matériau de construction est utilisé depuis longtemps : dans les maisons à colombage notamment, l'ossature en bois était remplie avec un agrégat à base d'argile, par exemple sur un treillis de bois.

Positif pour l'espace et l'environnement

Le succès millénaire de ce matériau naturel a différentes raisons dont certaines ont favorisé récemment sa renaissance et la recrudescence de ses utilisations – il s'agit avant tout des critères en rapport avec l'écologie et le climat intérieur. En tant que matériau de construction, l'argile présente les propriétés suivantes :

  • L'argile peut s'utiliser là où elle existe avec une technique simple – dans la mesure où elle est de bonne qualité. Lorsque le séchage se fait naturellement, le matériau présente, grâce aux faibles quantités d'énergie nécessaires à sa fabrication, un bilan des émissions et un bilan énergétique excellent : la construction d'une maison en argile requiert environ 1/20e de l'énergie nécessaire à celle d'une maison conventionnelle.
  • L'argile crée un climat intérieur optimal. Elle régule l'humidité atmosphérique en absorbant la vapeur d'eau et en la recédant lentement lorsque l'air est sec. De plus, elle capte les mauvaises odeurs comme les odeurs de cuisine ou de cigarettes.
  • L'argile est facilement réparable et peut être complètement recyclée en cas de démolition complète.
  • De par son poids brut élevé, l'argile offre une bonne protection contre le bruit et, combinée avec des agrégats (sable, paille, argile expansée), elle permet une bonne isolation thermique.
  • De par sa manipulation facile, l'argile se prête bien aux projets d'autoconstruction et fait appel à l'esprit créatif.

 

Les blocs d'argile massifs (adobe) peuvent se maçonner comme des briques, de préférence avec du mortier d'argile.
Les blocs d'argile massifs (adobe) peuvent se maçonner comme des briques, de préférence avec du mortier d'argile.

Diversité d’utilisations

Ce matériau naturel est utilisé de multiples manières : il se prête à la construction de murs porteurs (sous réserve), à l'isolation des murs intérieurs et extérieurs (dans ce cas, avec une protection contre les intempéries), au stockage de la chaleur ou sert tout simplement de crépi, mortier ou enduit. Ses formes sont variées en conséquence :

  • Les blocs en argile massifs (adobe) se maçonnent comme des briques, de préférence avec du mortier d'argile. Ils peuvent s'utiliser comme parois intérieures insonorisantes emmagasinant la chaleur ou comme coffrage intérieur dans la construction de maisons à ossature tout en se prêtant bien à l'édification de murs porteurs.
  • Les murs en pisé résultent du tassement de l'argile (le plus souvent, manuel ou à l'aide d'un pilon à air comprimé) dans un coffrage. Ils peuvent avoir une fonction porteuse, emmagasinent bien la chaleur et présentent un caractère spécial, de par leur structure irrégulière.
  • Les blocs en torchis sont enrichis de paille, de petits morceaux de bois hachés, de copeaux et s'utilisent dans la construction de murs extérieurs et intérieurs, fournissant une isolation thermique et phonique optimale à l'ossature en bois ou servant aux murs extérieurs d'isolation intérieure.
  • Le clayonnage avec crépi de torchis est utilisé surtout dans les restaurations de maisons en colombage.
  • Les panneaux en pisé s'utilisent de manière optimale par exemple pour planchéier et revêtir les lattes dans un revêtement de toit en pente.
  • Le crépi en argile, le mortier d'argile et les enduits servent d'une part à neutraliser les odeurs à l'intérieur du bâtiment et d'autre part à équilibrer l'humidité atmosphérique. Par ailleurs, on ne doit employer tout au plus que des peintures naturelles (minérales). Le crépi en argile ne doit pas être utilisé aux endroits exposés aux éclaboussures.
Association idéale : une maison basse énergie avec des murs en argile.
Association idéale : une maison basse énergie avec des murs en argile.

Bonne association avec Minergie

Selon Arwed Junginger, architecte et administrateur de la fédération suisse IG Lehm, l'argile s'utilise aussi dans les maisons où non seulement les matériaux doivent être écologiques mais aussi le bilan énergétique. De par leurs qualités de régulation de l'humidité, les murs en argile constituent justement une solution idéale, particulièrement dans des bâtiments bien isolés tels que les maisons Minergie, où l'apport d'air frais se fait par un système d'aération douce. Comme ils accumulent bien la chaleur, ils s'utilisent aussi bien dans des maisons passives.

Une maison en argile coûte-t-elle plus ou moins cher qu'une maison de type conventionnel ? Difficile de généraliser, répond Arwed Junginger. Lorsque le maître d'œuvre fait exécuter tous les travaux par des spécialistes et ne travaille pas lui-même sur le chantier, il faut compter sur des coûts plus élevés de 10 %. Toutefois, s'il apporte des prestations propres – chose à laquelle le matériau naturel se prête bien –, la facture devrait être moins élevée.

Roland Hüsser / GmbH für Baukunst, Arwed Junginger / AAB - Atelier für Architektur + Imprimer l'article