Climat ambiant sain grâce à une aération judicieuse

En raison de leur grande surface, les sols, murs et plafonds déterminent pour une bonne part le climat intérieur. Une bonne aération est une des mesures essentielles pour obtenir un climat intérieur sain. Lisez nos conseils pour un air ambiant sain et frais.

Il ne suffit pas de laisser les fenêtres basculantes ouvertes en permanence pour obtenir un bon renouvellement d’air. Il vaut mieux ouvrir tout grand les fenêtres pour quelques minutes plusieurs fois par jour.
Il ne suffit pas de laisser les fenêtres basculantes ouvertes en permanence pour obtenir un bon renouvellement d’air. Il vaut mieux ouvrir tout grand les fenêtres pour quelques minutes plusieurs fois par jour.

Contrôler la température ambiante et l'humidité de l'air

L'Office fédéral de la santé préconise une température ambiante de 20 à 21 °C (degré 3 de la vanne thermostatique) dans des espaces d'habitation et de 17°C dans la chambre à coucher (degrés 2 - 3 de la vanne thermostatique) avec une humidité de l'air relative de 30 à 50 %.

Aérer, mais correctement

Une aération par à-coups à plusieurs reprises ou une aération transversale sont plus judicieuses que des fenêtres basculantes ouvertes en permanence. Cela signifie qu'il faudrait ouvrir complètement les fenêtres trois à cinq fois par jour pendant 5 à 10 minutes. Le fait d'aérer trop longuement refroidit les parois et favorise la formation de moisissures. L'ouverture permanente de fenêtres basculantes ne suffit pas pour l'échange d'air. En outre, cela donne lieu à une perte excessive d'énergie thermique, précisément en hiver. 

Lorsque l'air ambiant est trop sec

Lorsque l'air ambiant est trop sec, le logement perd de son étanchéité et est surchauffé : l'humidité s'échappe et la chaleur assèche l'air intérieur. Pour y remédier, vous pouvez calfeutrer les fentes de fenêtres, abaisser la température et aérer régulièrement. Les plantes aident à obtenir un climat intérieur sain : le bananier, le tilleul d'appartement, le souchet et le papyrus contribuent à humidifier l'air en raison de leur grand besoin d'eau.

Les humidificateurs sont si possible déconseillés, parce qu'ils permettent rarement de contrôler fiablement l'humidité de l’air et du fait qu'ils ne sont pas suffisamment entretenus et qu'ils propagent en règle générale des microbes et des spores de champignons dans l'air ambiant.

Lorsque l'air ambiant est trop humide

Dans des bâtiments mal isolés, les températures sont souvent ressenties comme trop basses, en raison des murs extérieurs froids. Des températures plus élevées et une aération régulière par à-coups aident en l'occurrence à réduire les problèmes d'humidité. Un climat ambiant humide peut donner lieu à des précipitations ou à de l'eau de condensation du côté intérieur des fenêtres et favoriser l'apparition de microorganismes tels que les acariens ou de moisissures , qui non seulement propagent une odeur désagréable, mais peuvent aussi déclencher des inflammations et des allergies.

L'humidité de l'air dans des locaux chauffés est plus élevée que dans l'air extérieur, également en cas de pluie, de brouillard ou de chutes de neige ; c'est pourquoi, l’aération est particulière-ment importante, précisément en hiver.

Il faudrait renoncer à sécher du linge mouillé dans le logement.  

Remplacer régulièrement les filtres d'installations d'aération

Dans les logements équipés d'une installation de circulation d'air contrôlée, concertez le concepteur ou la conceptrice de l'installation qui vous dira comment aérer correctement. Les installations de circulation d'air contrôlée doivent être nettoyées régulièrement, afin de prévenir la prolifération des champignons ou l'accumulation d'autres microbes dans le système de distribution d'air. L'utilisation de filtres adéquats permet d'éviter l'aspiration de substances toxiques indésirables. Un remplacement régulier des filtres de l'installation d’aération assure un fonctionnement sain.

istockphoto Imprimer l'article