Protection des données

Les cookies nous aident à mieux adapter notre site web à vos intérêts et à vos besoins. En utilisant ce site web, vous consentez à l'utilisation de cookies et à notre directive sur la protection des données.

Déclencheurs d'allergies dans des locaux d'habitation

Dans les habitations, les sources d'allergie les plus fréquentes sont les animaux domestiques, les moisissures et les acariens. Ces derniers prolifèrent particulièrement bien en présence de fortes concentrations de poussière dans les espaces intérieurs.

Chez l'être humain, les déjections d'acariens peuvent provoquer des allergies et de l'eczéma.
Chez l'être humain, les déjections d'acariens peuvent provoquer des allergies et de l'eczéma.

La poussière se trouve partout, donc dans toutes les habitations. L'on fait toutefois une distinction entre les microbes et les poussières. Les microbes sont des microorganismes, comme les acariens, qui se nourrissent de pellicules de peau et autres particules organiques présentes dans la poussière domestique. Les acariens vivent principalement dans les textiles naturels et synthétiques. Ils séjournent surtout dans les lits, en particulier dans les matelas, les tapis et les meubles capitonnés. Lorsque l'humidité ambiante est inférieure à 50 %, les acariens se déshydratent et meurent.

Depuis quelques années seulement, les déjections d'acariens provoquent des allergies et de l'eczéma chez l'homme. Ceci s'explique entre autres par le fait que, les bâtiments étant mieux isolés, la poussière reste plus longtemps à l'intérieur.

Les poussières fines dans les poumons

Les poussières fines peuvent, selon la quantité et la composition, entraîner des allergies et des problèmes de santé. Les particules ultrafines sont particulièrement problématiques car elles pénètrent par les voies respiratoires jusque dans les vaisseaux capillaires du cerveau et des poumons, où elles sont véhiculées par le système sanguin et s'installent. Ceci provoque une forte irritation des alvéoles (vésicules pulmonaires) qui se manifeste par des troubles de la santé, comme la toux irritative, les allergies et les pathologies liées à l'environnement. Dans le cas d'une rhinite allergique, l'obstruction et l'écoulement nasal sont souvent associés à une irritation oculaire et parfois aussi à un état de fatigue et d'abattement.

L'on distingue plusieurs catégories de poussières fines en fonction de la grosseur des particules, sachant qu'il faut surtout éviter celles qui pénètrent dans les poumons, à savoir les microparticules. En font partie les matières fibreuses comme l'amiante, la laine minérale et la laine de verre. Les suies de diesel émises par le trafic routier, les systèmes de chauffage au bois, de même que les bâtonnets d'encens et les bougies parfumées contribuent entre autres à la charge de poussière fine dans l'air ambiant.

La fumée de tabac et le tabagisme passif

De tous les polluants d'intérieur, la fumée de tabac est globalement le facteur de pollution de l'air ambiant le plus important. Les particules de fumée solides qui pénètrent dans les poumons sont particulièrement toxiques et contiennent en outre des substances cancérigènes. La fumée de tabac est un mélange de gaz de combustion et d'innombrables autres composés chimiques, dont le formaldéhyde.

istockphoto Imprimer l'article