Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Traitement des surfaces

Les sols, les murs et les plafonds déterminent le climat intérieur de façon significative. Il vaut donc la peine de préparer soigneusement l'aménagement intérieur. La règle générale est dans chaque cas applicable : des produits sans déclaration des composants doivent si possible être proscrits.

Pour le traitement des surfaces, il est recommandé d'utiliser des matériaux ouverts à la diffusion et favorisant l'aération, comme l'argile par exemple.
Pour le traitement des surfaces, il est recommandé d'utiliser des matériaux ouverts à la diffusion et favorisant l'aération, comme l'argile par exemple.

Les enduits muraux synthétiques, les peintures et laques scellent les surfaces naturelles et empêchent l'absorption de l'humidité de l'air et d'utilisation. L'humidité contenue dans l'air ambiant vient se condenser sur ces surfaces qui ne peuvent sécher que très lentement. Dans le pire des cas, une telle situation peut donner lieu à des dégâts d'eau dans le local et à la construction. C'est pourquoi, les surfaces ne devraient être traitées que si cela est absolument indispensable. Les peintures synthétiques peuvent couvrir un matériau « sain », comme le bois, et inhiber ses propriétés positives, sans compter qu'elles peuvent aussi libérer des substances toxiques dans l'air. Ici, il vaut mieux opter pour des matériaux ouverts à la diffusion, qui respirent, comme l'argile, la brique, le plâtre, le bois non traité ou huilé, ou pour des peintures naturelles qui ne libèrent pas de substances toxiques.

Sans formaldéhyde ni agents de protection du bois

Le formaldéhyde est utilisé comme liant ou agent de conservation dans la fabrication des matériaux dérivés du bois. Dans sa forme pure, il s'agit d'un gaz à l'odeur âcre, capable de provoquer une irritation des muqueuses et des yeux ainsi que des allergies et troubles respiratoires. Il est toutefois possible de trouver des matériaux dérivés du bois exempts de formaldéhyde ou classés pauvres en formaldéhyde (les panneaux de particules de classe CH10 ou E1, par exemple).

À l'intérieur comme à l'extérieur, renoncez à utiliser des produits de protection du bois chimiques, surtout lorsque des mesures constructives adaptées sont prises (débord de toit, ventilation, assèchement, etc.) à l'extérieur. Pour les murs, utilisez des peintures naturelles ou minérales, qui soient lavables et résistantes au frottement, bien que présentant une surface à pores ouvertes. Renoncez également aux crépis prêts à l'emploi qui contiennent un certain pourcentage de matières plastiques. Demandez au marchand ou à l'artisan de vous fournir une déclaration des produits.

Évitez la vitrification des sols

La vitrification de sols est également problématique : les surfaces scellées sont des surfaces plastifiées qui se chargent d'électricité électrostatique. La couche de scellement est une couche vitrifiée qui se fissure au cours des années et accumule alors les poussières et l'humidité. À l'inverse, les planchers en bois traités à l'huile ou à la cire sont faciles à entretenir et lavables - pour autant qu'ils soient traités et entretenus conformément aux recommandations.

Des planchers laminés devraient particulièrement être évités, vu qu'ils ne contiennent pratiquement aucun composant naturel. Leur surface se compose exclusivement de matière plastique, qui se charge d'électricité statique et qui modifie le climat ionique intérieur. Des tensions superficielles jusqu'à 15'000 volts sont en l'occurrence atteintes. Si vous collez des recouvrements de sol textiles ou élastiques, veillez à utiliser des colles pauvres en solvants ou exemptes de solvants ou des colles à base de résine naturelle. Si les colles contiennent des solvants, les pièces doivent être soigneusement ventilées après la pose et avant l'emménagement.

Informations additionnelles

ASdE Imprimer l'article