Lampes à économie d'énergie : économiser ou rayonner ?

Les lampes à économie d'énergie sont recommandées pour réduire la consommation d'électricité. Mais les écobiologistes, entre autres, lancent un avertissement : ces lampes émettraient des quantités d'électrosmog excessives.

Selon l'Association Suisse d'Ecobiologie (ASdE), les lampes à économie d'énergie seraient dangereuses pour la santé.
Selon l'Association Suisse d'Ecobiologie (ASdE), les lampes à économie d'énergie seraient dangereuses pour la santé.

Les lampes à incandescence consomment beaucoup d'énergie – du moins en ce qui concerne leur application concrète. Elles ne transforment que 5 à 10 % du courant électrique en lumière. Le reste se perd, principalement sous forme de chaleur. Les lampes à économie d'énergie, en revanche, devraient contribuer à économiser de l'énergie. Du WWF à l'Office fédéral de l'énergie en passant par les producteurs de luminaires, tous recommandent les ampoules économiques à longue durée de vie.

La santé en danger ?

Tout le monde ne participe pourtant pas à ce concert de louanges. L'Association suisse d'écobiologie (ASdE) avertit : « Les lampes à économie d'énergie mettent votre santé en danger. » Ces lampes émettent un fort rayonnement électromagnétique, explique l'Association. Chez les personnes sensibles, cela pourrait être notamment la cause de divers malaises, comme des difficultés de concentration, des problèmes de vue, des vertiges ou des maux de tête.

Une enquête du magazine de la consommation K-Tipp et de l'émission télévisée de SF1 « Kassensturz » parvient aux résultats suivants : l'émission des ampoules à économie d'énergie est 7 à 40 fois supérieure aux recommandations de la norme TCO 03, qui s'applique p. ex. aux écrans. Peter Schlegel, ingénieur EPF qui a effectué l'analyse de 14 modèles de lampes à économie d'énergie pour K-Tipp, recommande :

  • de ne pas installer de lampe à économie d'énergie près de la tête ;
  • de respecter une distance minimale de 1,5 m entre la place de travail d'une personne et une lampe isolée. Davantage s'il y a plusieurs lampes de ce type ;
  • de ne mettre des lampes à économie d'énergie que dans les corridors, les caves, à l'extérieur, éventuellement dans les salles ou les grands espaces.

Source du rayonnement : un appareil monté en série

La cause de cet électrosmog produit par les lampes à économie d'énergie est leur mode de transformation du courant électrique en lumière. Dans une ampoule à incandescence classique, la lumière est produite par la résistance dans le fil de tungstène. Par contre, une lampe à économie d'énergie contient un appareil monté en série, qui augmente la fréquence du réseau électrique en une fréquence plus élevée. Le courant électrique subit des impulsions (plusieurs centaines par minute). Sous cette action, la lumière est finalement due à l'interaction d’un gaz, dont une part de mercure, avec la matière luminescente.

Les offices fédéraux cherchent des méthodes de mesures

Selon l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), le rayonnement électromagnétique émis par les lampes à économie d'énergie se situerait dans le cadre de celui produit par les lampes à incandescence. Ce que confirme une étude de 2004. Mais Angela Scalese, attachée de presse de l'OFSP, précise qu'il existe une autre étude réalisée depuis lors qui est arrivée à d'autres résultats, avec des méthodes de mesures différentes.

C'est pourquoi, l'Office fédéral a demandé à un organisme indépendant de procéder à une réévaluation de l'étude de 2004 et des résultats des études récentes réalisées en Allemagne et par K-Tipp. Le but est de déterminer la méthode de mesure des émissions des lampes la plus appropriée qui permette d'obtenir des données pertinentes de l'impact sur la santé. Une fois ce point défini, on pourra prendre des décisions en se basant, le cas échéant, sur ces nouvelles mesures.

Il s'avère depuis peu que la technique à LED (diode électroluminescente) peut reproduire un spectre lumineux amélioré et obtient des intensités d'éclairage nettement meilleures ; ce faisant, elle représente à long terme une variante plus inoffensive biologiquement et écologiquement que les « ampoules économisant de l'énergie » très problématiques.

Philips Imprimer l'article