Protection des données

Les cookies nous aident à mieux adapter notre site web à vos intérêts et à vos besoins. En utilisant ce site web, vous consentez à l'utilisation de cookies et à notre directive sur la protection des données.

Comment se protéger contre la présence de radon toxique dans des bâtiments

Invisible, inodore et dangereux : en Suisse, le radon représente la deuxième cause la plus fréquente de cancer du poumon. Début 2018, la Confédération a rabaissé la limite supérieure du radon de 1000 Bq/m3 à 300 becquerels par mètre cube (Bq/m3) pour les habitations et les locaux publics. Comment peut-on se protéger contre une concentration en radon élevée dans des bâtiments ?

Carte du radon en Suisse
Carte du radon en Suisse

(stö) Le radon est un gaz rare qui provient de la décomposition naturelle de l'uranium qui se trouve naturellement partout dans le sol. Le radon peut s'infiltrer à l'intérieur des bâtiments au niveau de zones non étanches et, à concentration élevée, provoquer le cancer du poumon. Chaque année, 200 à 300 personnes meurent en Suisse des suites d'un cancer du poumon causé par le radon.

Comment le radon pénètre-t-il à l’intérieur de la maison ?

« L'effet cheminée » est le principal phénomène responsable des infiltrations de radon à l'intérieur de bâtiments : lorsque de l'air chaud s'élève, il en résulte une légère dépression dans les étages inférieurs. Cette dépression, à son tour, crée un appel d'air chargé de radon. Les cheminées ou ventilateurs amplifient encore cet effet. Par la suite, le radon s'infiltre à l'intérieur au niveau de fissures et de joints, d'ouvertures pour le passage de câbles et de conduites, ou à travers des sols graveleux. 

Durcissement des dispositions

Le 1er janvier 2018, la Confédération a mis en vigueur de nouvelles valeurs limites portant sur le taux de radon. Pour les pièces où des personnes séjournent chaque jour plusieurs heures (p. ex. salles de séjour, salles de classe, jardins d'enfants ou postes de travail), la valeur limite de la concentration moyenne en gaz radon mesurée sur une année a été abaissée de 1000 becquerels par mètre cube (Bq/m3) à 300 Bq/m3. Si la valeur de référence est dépassée, le propriétaire d'immeuble doit prendre à ses frais les mesures d'assainissement nécessaires. Cela dit, il n'est pas obligatoire de procéder à des mesures. En fait, les propriétaires d'immeubles sont invités officiellement à le faire, dans le cadre de l'Ordonnance sur la radioprotection, lorsque cela est jugé approprié.

Les lignes directrices concernant l'évaluation de l'urgence d'un assainissement lié au radon éditées par l'Office fédéral de la santé publique OFEV fournissent à ce sujet de plus amples informations.

Exposition au radon en Suisse

L'exposition au radon en Suisse varie d'une région à l'autre. Certes, le Plateau Suisse présente des valeurs plus faibles que celles des Alpes ou du Jura, où l'on relève des concentrations en radon particulièrement élevées pour des raisons géologiques. Cependant, on mesure des dépassements de ces valeurs limites un peu partout en Suisse, selon les sites et les bâtiments. Le service cantonal compétent ou l'OFEV fournit des renseignements sur l'exposition au radon dans votre lieu de domicile.

Protection contre le radon pour les nouveaux bâtiments

De simples mesures de protection permettent de protéger un bâtiment contre une exposition excessive au radon. Plus l'enveloppe d'un bâtiment est étanche, moins le radon pourra s'infiltrer à l'intérieur. Les mesures suivantes contribuent à minimiser l'exposition au radon dans des constructions nouvelles :

  • Dalle d'un seul tenant comme fondation.

  • Étanchéité durable contre l'infiltration et l'ascension de l'air du terrain riche en radon, ainsi que l'eau et l'humidité provenant en particulier de tuyaux et de conduites.

  • Utilisation de béton étanche ou au moins de barrières d'humidité pour dalles et murs en contact avec le terrain.

  • En présence de ventilation contrôlée, placer la prise d'air au moins à 1,5 m au-dessus du sol et veiller à ce qu'elle fonctionne avec une pression d'air neutre ou une légère surpression.

  • Aération du sous-sol (drainage du radon) dans les constructions nouvelles ayant des pièces de vie en contact avec le terrain et une cave en terre battue.

  • Une mesure agréée du radon doit être réalisée après les travaux, lorsque le bâtiment est occupé.

Assainissement lié au radon pour les bâtiments existants

Les bâtiments anciens peuvent aussi être protégés contre le radon. Il est important, après un assainissement, de procéder à une mesure de contrôle. Parmi les mesures envisageables, citons :  

  • Conversion des pièces affectées : Il est possible d'éviter un assainissement si les pièces affectées ne sont plus utilisées de manière durable, mais seulement pour de courts moments.

  • Assainissement lié au radon : Si un assainissement s’avère inévitable, de simples mesures d'isolation entre le sous-sol et les pièces d'habitation sont la plupart du temps insuffisantes. En aménageant une ouverture vers l'extérieur, juste au-dessus du niveau du terrain, il est possible d'équilibrer les pressions entre l'intérieur et l'extérieur. « L'effet de cheminée » est ainsi endigué.

  • Créer une dépression : On peut en plus créer une légère dépression dans la cave au moyen d'un ventilateur, ce qui permet de réduire la diffusion du radon vers les parties habitées.

Mesurer la concentration en radon

La concentration en radon se mesure à l'aide de dosimètres. Contactez l'un des services de mesure figurant sur la liste des services de mesure agréés de l'OFSP afin de commander un dosimètre ou de procéder à une mesure du radon agréée.

Office fédéral de la santé publique Imprimer l'article