Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Construire en briques

Les briques sont durables, résistent à la pression et contribuent à réguler le climat intérieur. En matière de construction énergétiquement efficace aussi, la maçonnerie classique recèle un grand potentiel d'innovation.

En Suisse, à peine 40 pour cent des nouvelles maisons individuelles et plurifamiliales sont encore construites en briques.
En Suisse, à peine 40 pour cent des nouvelles maisons individuelles et plurifamiliales sont encore construites en briques.

(knü) Les maisons en terre cuite sont connues en Europe et en Asie depuis plus de 2'000 ans. Dès le Moyen-âge, les façades en briques rouges sont cependant devenues rares. Depuis l'avènement des temps modernes, la maçonnerie classique a notamment été fortement concurrencée par les murs gris en béton : en Suisse, à peine 40 % des nouvelles maisons individuelles et plurifamiliales sont encore construites en briques. Si cette dernière continue à être appréciée de beaucoup d'architectes et maîtres d'ouvrages, c'est en raison de sa grande souplesse d'utilisation et de la diversité de ses possibilités d'agencement. Sur le plan de la physique de la construction aussi, la maçonnerie massive a fait ses preuves jusqu'à aujourd'hui. Les briques en argile emmagasinent elles-mêmes beaucoup de chaleur, ce qui soutient de manière efficace le mode de construction bien isolé à faible consommation énergétique : les murs de briques absorbent pendant la journée la chaleur du soleil et la cèdent dès que la température extérieure baisse. Des études chiffrent ce gain d'énergie passif à environ 40 % de l'énergie de chauffage activement produite. Pour satisfaire aux standards de performance énergétique élevés, comme Minergie ou Minergie-P, la grande capacité thermique des murs massifs en briques est donc particulièrement appréciée.

Risque de surchauffe exclu

Cependant, ses facultés d'accumulation ne sont pas seulement avantageuses en hiver : en été aussi, on peut en tirer profit de manière optimale. Il n'y a généralement aucun risque de surchauffe, car la maçonnerie refroidit la nuit, permettant ainsi d'obtenir des températures agréablement fraîches à l'intérieur de la maison, même les jours de grosse chaleur.

Les briques sont en général idéales pour équilibrer d'elles-mêmes les conditions ambiantes et le climat d'habitation : le matériau en argile possède des propriétés d'absorption particulières et compense l'humidité de l'air qui varie au cours de la journée. Jusqu'à 10 litres de vapeur d'eau pénètrent chaque jour dans une maison. Ainsi, les murs en briques peuvent empêcher les effets de condensation indésirables et protéger efficacement les maisons contre l'apparition de moisissures. Cependant, les traitements de surface intérieurs et extérieurs, comme la peinture ou le crépi doivent donc être constamment perméables. Il en va de même des panneaux isolants extérieurs, qui revêtent les façades compactes.

Isolation intégrée

Pour les structures de murs à deux couches, l'une porteuse et l'autre isolante, on dispose depuis peu d'une alternative simplifiée : des murs à paroi simple où le matériau du mur en céramique sert lui-même de support pour des façades crépies sans fissures. En outre, ils se passent de pare-vapeur et de couches protectrices synthétiques et hermétiques à l'air. La maçonnerie à paroi simple isole de manière intégrée, en tirant profit des inclusions d'air des briques. Sur le marché, il existe deux produits provenant de tuileries suisses. La brique Thermocellit possède une structure en nid d'abeilles avec des creux. Pour leur part, les briques Porotherm sont dotées de trous plus grands, remplis de perlite, une roche volcanique. De tels systèmes à paroi simple ont – selon leur performance d'isolation – entre 35 cm et 49 cm d'épaisseur. Grâce à leur résistance thermique élevée, ces solutions sont même de nature à satisfaire au standard Minergie.

Protège du bruit

Un squelette de bâtiment massif est aussi apprécié en raison de ses bonnes qualités d'isolation acoustique. En plus de son effet isolant, il présente également l'avantage d'être très solide. Des tests de sécurité de résistance à la pression ou dans la chambre de combustion ont donné, à chaque fois, des résultats supérieurs à la moyenne. En cas d'incendie, les murs porteurs en briques sont nettement plus résistants que d'autres matériaux de construction. Par ailleurs, depuis peu, les exigences en matière de sécurité sismique peuvent être satisfaites sans problème avec ce matériau en terre cuite. De plus, les tuileries ont fait preuve d'innovation dans leur fabrication : pour la cuisson des briques, elles recherchent des alternatives aux combustibles fossiles. Certains fabricants utilisent déjà, pour leur cuisson, des sous-produits de la fabrication des huiles alimentaires, sans effets néfastes sur le climat. Cela réduit l'énergie grise de la brique, améliorant ainsi son empreinte écologique.

Informations additionnelles

ImagePoint (Christian Schwier) Imprimer l'article