Un matériau d'isolation peu encombrant

Beaucoup de maîtres d'ouvrage souhaitent une isolation des murs qui soit fonctionnelle, sans être trop épaisse. Si les panneaux isolants sous vide sont hautement efficaces et minces, ils sont aussi très chers.

Il arrive souvent qu'il faille renoncer à une protection thermique épaisse des bâtiments, pour des raisons liées à des normes de construction contraires ou à l'architecture.
Il arrive souvent qu'il faille renoncer à une protection thermique épaisse des bâtiments, pour des raisons liées à des normes de construction contraires ou à l'architecture.

(knü) Qu'il s'agisse d'une nouvelle construction ou d'un cas d'assainissement : pour répondre aux prescriptions énergétiques, les murs d'une maison doivent posséder une couche d'isolation d'au moins 20 cm d'épaisseur. Seules les maisons basse énergie et les habitations passives ont une isolation de leurs murs plus importante, pouvant même atteindre 30 centimètres. Pourtant, il arrive souvent qu'il faille renoncer à une protection thermique épaisse des bâtiments pour des raisons liées à des normes de construction contraires ou à l'architecture : les systèmes d'isolants légers et performants sont surtout demandés dans tous les cas où il est nécessaire de préserver les alignements existants et de respecter la protection des monuments historiques. Au centre de Zurich et Bâle, des maîtres d'ouvrage et des architectes ont en tout cas réussi à revaloriser des villas datant de plus de 50 ans, en les transformant en objets Minergie-P sans modifier de beaucoup leur aspect extérieur. Et cela, grâce à l'utilisation d'une couche isolante qui ne fait même pas 10 cm d'épaisseur.

Le matériau isolant est un produit tout récent de la recherche. Il s'agit de panneaux isolants sous vide, dont l'efficacité est telle qu'ils sont six fois moins épais que des isolants courants comparables. Alors que la laine de pierre, la cellulose ou le polystyrène et le polyuréthane retiennent l'air dans des petits pores, stoppant ainsi la transmission de la chaleur, le vide peut empêcher presque totalement le transport de la chaleur.

À l'exclusion de l'air

Actuellement, les panneaux isolants sous vide (PIV) sont les systèmes d'isolation les plus performants qui existent sur le marché de la construction. Leur principe est calqué sur celui des bouteilles thermos : une enveloppe en verre ou métal, étanche aux gaz, entoure un espace creux où on a fait le vide. Cependant, afin que les panneaux gardent leur solidité, ils contiennent un mélange de fibres de verre, de matières plastiques ou un mélange de silicates poreux, déchets de l'industrie du solaire. L'enveloppe extérieure rigide se constitue en revanche d'un composite en plastique / métal, de l'aluminium évaporé est généralement utilisé comme couche finale étanche aux gaz. Tous les panneaux IV n'ont pas un reflet argenté : le matériau de support étant extrêmement fragile, ils sont revêtus en plus d'une couche de caoutchouc.

Les panneaux isolants hautes performances préfabriqués possèdent des tailles standards et mesurent d'ordinaire environ un mètre carré. Par contre, il n'existe pas de normes techniques qui se rapportent à d'autres caractéristiques du produit. Certes, les systèmes d'isolation hautes performances sophistiqués peuvent facilement subir des détériorations mécaniques en cas d'usage non conforme et perdre en grande partie leur pouvoir isolant. Néanmoins, de l'avis de Samuel Brunner, chercheur à l'Empa, la plupart des produits PIV sont suffisamment robustes pour tenir pendant la durée de vie minimale d'une façade. Des tests effectués sur plusieurs années à l'institut de l'EPF confirment leur longévité. Même après 25 ans, ce matériau isolant continue de remplir comme aucun autre, les exigences d'étanchéité d'une enveloppe de bâtiment. « À cent lieues à la ronde, il n'existe pas de meilleur système qui puisse se targuer d'avoir une conductivité thermique aussi basse », atteste l'expert en PIV.

Efficacité énergétique remarquable

Les panneaux isolants sous vide s'utilisent aussi bien pour l'isolation des murs extérieurs, dans une structure de façade ventilée ou une façade compacte, que pour l'isolation intérieure de bâtiments existants. Dans ce dernier cas, il faut cependant considérer que les surfaces isolées des PVI ne doivent être ni percées ni cloutées.

Néanmoins, l'efficacité énergétique remarquable des panneaux isolants préfabriqués et leur complexité de fabrication ont leur prix. L'utilisation de PIV comme isolants thermiques revient environ cinq fois plus cher qu'un système d'étanchéité traditionnel, ce qui explique pourquoi on renonce généralement, pour des raisons de coûts, à isoler des façades entières ou d'autres éléments de construction encombrants. Par conséquent, on recourt à ce produit high-tech essentiellement pour des applications spéciales. En effet, au niveau des terrasses aménagées sur les toits, des sorties en terrasse de plain-pied, des portes extérieures ou des embrasures de fenêtre, les mesures d'isolation ponctuelles qui se caractérisent par un système peu encombrant, ont actuellement le vent en poupe.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article