Protection acoustique du bâtiment

Bien que sa perception soit subjective, le bruit est l'un des facteurs perturbateurs les plus courants. Une protection efficace contre les nuisances sonores extérieures commence par la protection thermique de l'enveloppe du bâtiment.

Les mesures appliquées à la construction sont les plus efficaces contre les bruits extérieurs. Les murs massifs en béton ou en briques possèdent une masse surfacique élevée et atténuent donc assez bien les émissions sonores
Les mesures appliquées à la construction sont les plus efficaces contre les bruits extérieurs. Les murs massifs en béton ou en briques possèdent une masse surfacique élevée et atténuent donc assez bien les émissions sonores.

(knü) 1,6 millions de Suissesses et de Suisses souffrent du bruit. Et selon les statistiques de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), la principale raison de cette exposition trop élevée au bruit est le trafic routier. Le bruit ferroviaire affecte environ 80'000 personnes, à peu près autant que le trafic aérien. Les mesures prises à la source du bruit ont bien entendu la priorité. Mais l'administration du canton de Zurich cherche d'autres méthodes de protection dans la région de l'aéroport. Un programme d'encouragement à destination des propriétaires immobiliers a été lancé à l'automne 2013, qui combine la réduction du bruit à la rénovation énergétique. Sur le plan de la physique de la construction, cette combinaison est tout à fait logique, car une bonne enveloppe de bâtiment offre le plus souvent une protection efficace tant au niveau thermique qu'au niveau acoustique. Toutefois, il faut en principe fournir la preuve d'une protection  acoustique et thermique efficaces avec la demande de permis de construire. En outre, les constructions neuves et les transformations doivent satisfaire à la norme SIA 181 « Protection contre le bruit dans le bâtiment ». La norme fait la distinction entre des exigences minimums et des exigences élevées. Dans le cas de logements en propriété et de maisons particulières, ce sont en général les valeurs élevées qui sont mises en œuvre.

Les murs massifs sont préférables       

Les mesures appliquées à la construction sont les plus efficaces contre les bruits extérieurs. Les murs massifs en béton ou en briques possèdent une masse surfacique élevée et atténuent donc assez bien les émissions sonores tout en transmettant le bruit solidien, autrement dit le bruit qui se propage à l'intérieur des éléments de construction. De même, le principe des couches découplées dans une construction est très efficace. Il s'agit ici de murs et de toits dont les couches sont séparées  les unes des autres par des couches intercalaires amortisseuses ou qui sont seulement reliées entre elles par des fixations flexibles.  Si les émissions sonores dépassent déjà le niveau légalement autorisé sur le site du bâtiment, il faut prévoir des mesures alternatives. Les mesures d'insonorisation correspondantes peuvent consister en une couche d'isolation supplémentaire sur les murs extérieurs et en une façade suspendue. Une autre possibilité est la pose de plaques de plâtre à l'intérieur. Si diverses variantes conviennent à l'amélioration acoustique de bâtiments en bois légers existants, les possibilités d'intervention sont plus restreintes pour les constructions massives. Les mesures de construction visant à la réduction du bruit se limitent alors au remplacement des fenêtres et à une isolation des caissons de volets roulants. Ces caissons sont les ponts acoustiques les plus fréquents. Des coffrets d'installation encastrés et les passages de conduites et de canalisations transmettent aussi les sons.

Isolation du toit

Outre un niveau sonore élevé, la voie de propagation est l'une des particularités du bruit causé par les avions. Il est donc nécessaire d'équiper ultérieurement la construction du toit pour mieux se protéger contre les ondes acoustiques. En général, les toits plats massifs offrent déjà une protection efficace. Par contre, les toits en pente avec construction en bois nécessitent souvent des mesures de réduction du bruit. Toutefois, pour l'insonorisation, il suffit souvent que la rénovation du toit apporte une isolation répondant aux prescriptions énergétiques actuelles.

Lors de la planification de nouvelles constructions et de rénovations, il faut tenir compte de l'aspect suivant, quel que soit le site : le plan et l'affectation des locaux doivent être adaptés aux nuisances sonores. La cuisine, la salle de bain et la cage d'escalier conviennent pour les endroits bruyants. Par contre, le côté plus calme de la maison doit être réservé de préférence à la salle de séjour et aux chambres.

Règles pour une meilleure insonorisation

Gamme de mesures Responsable
Certificat d'insonorisation dans la demande de permis de construire Maître d'ouvrage ou planificateur
Plan et zones d'usage Maître d'ouvrage ou planificateur
Qualité de l'enveloppe du bâtiment
(murs, fenêtres, toit)
Architecte, planificateur
Réduction des sources de bruit Administration
Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article