Que coûte un nouveau toit ?

Les coûts d'un toit en pente ou plat ne sont pas directement comparables. En revanche, on note des différences de prix significatives au sein de chaque catégorie.

Les coûts d’un toit en pente ou plat ne sont pas directement comparables.
Les coûts d'un toit en pente ou plat ne sont pas directement comparables.

(stö) Sous nos latitudes, les bâtiments résidentiels sont le plus souvent coiffés de toits en pente, les toits plats viennent en deuxième position. Parfois, les maisons d'habitation peuvent aussi arborer un toit en appentis, lequel représente en principe un toit avec une seule pente. 

De manière générale, les facteurs suivants ont une incidence sur les coûts d'un nouveau toit :

  • Forme de toit
  • Matériau
  • Surface
  • Travail de pose

Les exemples suivants tiennent compte des différents matériaux et des travaux de pose – sans toutefois les frais supplémentaires, comme les échafaudages ou les facteurs défavorables, par exemple des travaux de mise en place plus compliqués. Les éventuels contreforts, etc. ne sont pas non plus pris en considération. 

Toit en pente

La variante la plus avantageuse pour la couverture d'un toit en pente est l'utilisation de tuiles en béton ou en terre cuite. Les frais de matériel uniquement se montent alors à 30 à 40 francs le mètre carré, tandis qu'il faut compter encore environ 35 francs au mètre carré, voire plus, pour la pose.

Les plaques ondulées en fibrociment sont légèrement moins chères en termes de prix d'achat (25 à 35 francs le mètre carré), cependant la pose pouvant coûter 40 à 60 francs le mètre carré induit au final une facture plus onéreuse.

Si votre budget vous permet davantage, les toitures ardoise en fibrociment constituent une alternative intéressante ou – à l'autre extrémité de l'échelle de coûts – les toitures en pierre, comme l'ardoise naturelle ou le marbre. Ici, les coûts de matériel atteignent au moins 40 francs le mètre carré, et peuvent aller encore infiniment plus haut. Les frais de pose sont plus élevés également : il faudra facilement compter au minimum 60 francs le mètre carré.

Si, outre la couverture du toit, l'isolation doit aussi être remplacée, il faudra dans le meilleur des cas (isolation sous les chevrons) compter au moins 125 francs le mètre carré pour un assainissement de la toiture. Suivant la réalisation (p. ex. isolation sur les chevrons et matériau de couverture de prix supérieur), la facture globale peut facilement passer à 400 francs ou plus au mètre carré.

Toit plat

La variante la plus simple de couverture d'un toit plat en bandes de plastique ou de bitume est disponible déjà à partir d'une quinzaine de francs le mètre carré. Pour les frais de pose, il faut budgétiser environ 35 francs le mètre carré.

Si l'ensemble du toit plat doit être intégralement assaini (nouvelle isolation et couche d'étanchéité plus matériel de couverture), les coûts peuvent atteindre 135 à 280 francs le mètre carré.

Si vous souhaitez végétaliser votre toit, outre la couche d'étanchéité, il faudra encore compter des coûts supplémentaires pour la pose de substrat et l'ensemencement. Cela portera le budget à 30 à 35 francs le mètre carré, tandis que le gravier est disponible déjà pour moins de 20 francs le mètre carré.

Pour les toits en pente et les toits plats : Le toit en tôle

Les couvertures en tôle, qui se prêtent aussi bien aux toits en pente qu'aux toits plats sortent quelque peu des rangs. De la tôle en aluminium avantageuse à l'onéreuse couverture en cuivre, les prix peuvent varier entre 100 et 300 francs le mètre carré, voire même plus. 

Un conseil : Le toit est une affaire de professionnels

La construction d'un toit exige une bonne interaction entre l'isolation thermique et la régulation de l'humidité, l'aération, etc. La construction ou l'assainissement d'un toit est indéniablement une affaire de professionnels. Ceux-ci pourront aussi vous renseigner au sujet des subventions pour les assainissements énergétiques dans le cadre du Programme Bâtiments.

istockphoto Imprimer l'article