Rénover une façade de maison

La pose d'une isolation thermique lors d'une rénovation de la façade en vaut la peine. Avec une couche isolante de 14 cm d'épaisseur sur les murs extérieurs, la consommation d'énergie peut déjà être abaissée de 30 pour cent.

Une façade réhabilitée compte tenu des enjeux énergétiques permet de diminuer non seulement la déperdition thermique, mais aussi les coûts de chauffage.
Une façade réhabilitée compte tenu des enjeux énergétiques permet de diminuer non seulement la déperdition thermique, mais aussi les coûts de chauffage.

Une façade réhabilitée compte tenu des enjeux énergétiques permet de diminuer non seulement la déperdition thermique, mais aussi les coûts de chauffage. Le bâtiment est aussi moins sensible aux dommages dus à l'humidité et les parois intérieures ne diffusent plus le froid.

Une isolation de la façade a plusieurs avantages :

  • des coûts de chauffage moins élevés
  • jusqu'à 80 % de déperdition thermique en moins (avec une isolation d'une épaisseur de 24 cm, ce qui est par exemple nécessaire pour le standard Minergie)
  • un meilleur confort d'habitat
  • valeur du bien immobilier plus élevée
  • moins de dommages au bâtiment dus à l'humidité
  • contribution à la protection de l'environnement

Coûts de l'isolation thermique

Refaire une façade avec une isolation de 14 cm coûte aujourd’hui pas tout à fait 300 francs le mètre carré (matériau d’isolation et frais fixes pour le crépi) ; une isolation de 18 cm (conformément au « Programme Bâtiments »), respectivement de 24 cm (standard Minergie), coûte seulement jusqu’à 10 % de plus. Dans les maisons passives et les constructions au standard Minergie-P, les façades habituelles avec isolation renforcée jusqu’à 30 cm coûtent env. 400 francs le mètre carré.

Malgré la volatilité actuelle des prix du pétrole et du mazout, il faut s'attendre à moyen terme à ce que les prix de l'énergie continuent de progresser : par conséquent, les investissements seront plus rapidement amortis. Le passé récent a montré par contre  que les frais d’assainissement des bâtiments restent constants malgré une demande du marché en  hausse.

infomaison Imprimer l'article