Économiser des frais de chauffage

Même des maisons bien isolées peuvent présenter des emplacements non étanches. Mais il suffit de n'éliminer que les principaux ponts thermiques ou ponts froids.

les ponts thermiques sont les emplacements d’un bâtiment ou d’une maison où un élément de construction non isolé peut s'étendre jusqu’à la façade.
Les ponts thermiques sont les emplacements d'un bâtiment ou d’une maison où un élément de construction non isolé peut s'étendre jusqu'à la façade.

(knü) «Plus une maison est bien isolée, plus les ponts thermiques deviennent importants», explique Stephan Huber, membre de la direction de Wichser Akustik + Bauphysik AG, Zurich. Car les ponts thermiques représentent des points de fuite dans l'enveloppe du bâtiment, par lesquels «jusqu'à un tiers de la chaleur intérieure peut se perdre», explique l'architecte HES. Pourtant, les endroits non étanches sont petits et invisibles: les ponts thermiques sont les emplacements d’un bâtiment ou d'une maison où un élément de construction non isolé peut s'étendre jusqu'à la façade. Ce sont en particulier les dalles continues de balcon, les embrasures de fenêtres, les caissons de volets roulants et de stores à lamelles ainsi que d'autres éléments de construction en saillie qui risquent qu'un transfert de chaleur puisse se faire de l'intérieur vers l'extérieur sans rencontrer pratiquement d'obstacles. Les profanes parlent souvent de « ponts de froid », mais d'un point de vue strictement physique, c'est toujours la chaleur qui s'écoule vers le côté froid.

Ces endroits vulnérables augmentent les pertes de chaleur et peuvent, en plus, occasionner des dégâts dus à l'humidité sur les murs intérieurs : si les températures extérieures sont basses, la température de surface des murs à l'intérieur baisse au niveau des ponts thermiques, ce qui entraîne la formation d'eau de condensation et favorise la formation de moisissure. Le spécialiste en énergie Stephan Huber explique : «Il est donc particulièrement important d'attirer l'attention des habitants sur de tels points faibles».

L'isolation ultérieure des murs extérieurs pourrait certes fournir l'occasion d'éliminer ces ponts thermiques. Mais si elle est impossible pour une raison ou une autre, on peut y remédier en aérant correctement. «Un échange d'air suffisant peut prévenir la formation de moisissures», poursuit Stephan Huber. Néanmoins, il est particulièrement important de vérifier que l'installation de systèmes d'aération n'est pas à l'origine de ponts thermiques.

Stores et fenêtres

Il est souvent oublié que les caissons au-dessus des fenêtres accueillant des volets roulants ou des stores à lamelles forment des ponts thermiques accidentels. L'isolation de l'espace intermédiaire est donc obligatoire. La découpe destinée au passage de la manivelle devra de même être suffisamment calfeutré. Les stores de fenêtre et de balcon à commande électrique ne nécessitant pas le perçage d'un mur, ces solutions offrent une meilleure alternative du point de vue thermique.

Stephan Huber a constaté que les embrasures de fenêtres représentent un autre cas particulier : « C'est surtout lors de travaux de réhabilitation que l'on oublie l'isolation entre le dormant et le mur ». Son conseil : bien que cela entraîne une ouverture de fenêtre plus petite, il est conseillé de combiner le remplacement des fenêtres avec l'isolation extérieure. Une autre solution consiste à déplacer une fenêtre neuve vers l'extérieur. Elle sera ainsi montée dans la structure isolante et les rebords de fenêtre libres seront en saillie dans l'espace intérieur chauffé.

Ponts thermiques géométriques

Les angles de bâtiments, les encorbellements et les balcons en saillie peuvent entraîner des déperditions thermiques élevées, car leur effet est similaire à celui de nervures de refroidissement. Lors de la réfection du bâtiment, il faudra les envelopper entièrement de matériau isolant ou les éliminer. Il sera également possible d'encapsuler complétement des balcons devant être conservés dans leur état existant. Une autre variante appréciée pour améliorer la qualité thermique de l'enveloppe du bâtiment consiste à scier le balcon à fleur et à le remplacer par une construction en pose libre, réalisée en acier ou en bois. Stephan Huber continue à expliquer que : « Les nouveaux balcons n'ont plus qu'un contact ponctuel avec la façade et forment donc des ponts thermiques négligeables ». Toutefois, cette solution doit être vérifiée du point de vue du droit de la construction, parce que l'utilisation du terrain pourrait s'en trouver modifiée.

Isolation de la façade

Lors de l'isolation ultérieure d'une façade, il faudra également porter son attention sur des points faibles éventuels : le plancher entre le sous-sol et le rez-de chaussée, par exemple, forme souvent un pont thermique, car l'isolation n'allant que jusqu'à la surface du terrain, la terre sous-jacente peut exercer des effets de refroidissement. Ce phénomène peut être évité si la couche d'isolation extérieure couvre aussi la partie supérieure du mur en sous-sol.

La pose de façades à ventilation arrière peut, elle aussi, entraîner la formation éventuelle de ponts thermiques. Mais ces derniers ne se forment que s'il n'existe aucune séparation thermique entre l'ossature porteuse et la maçonnerie. Un remède possible serait la pose d'éléments en matière plastique entre le mur extérieur brut et la structure suspendue. Cette solution permet de stopper un flux d'énergie invisible: s'ils sont trop nombreux, les petits ponts thermiques peuvent en effet réduire la capacité d'isolation thermique d'un mur rideau extérieur jusqu'à 50 %.

Ponts thermiques potentiels

  • Structures de toiture

  • Caissons de volets roulants et de stores à lamelles

  • Embrasures de fenêtres

  • Fenêtres en toiture

  • Gouttières

  • Balcons et dalles de balcon

  • Planchers entre sous-sol et rez-de chaussée
Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article