Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Règles d'installation d'une installation solaire

Chauffer de l'eau à partir de l'énergie solaire est une pratique très répandue chez les des propriétaires fonciers. Cependant, l'exploitation sans faille d'une installation solaire ne va pas toujours de soi. Dans cet article, nous vous expliquons ce à quoi il faut veiller lors de la mise en place et de l'exploitation de l'installation.

Le problème majeur des installations solaires des maisons individuelles réside dans la pose des tubulures.
Le problème majeur des installations solaires des maisons individuelles réside dans la pose des tubulures.

(knü) La surface totale des capteurs solaires installés dépasse 42 millions de m2 (état à la fin de 2016). Quelque 60'000 m2 viennent s'ajouter annuellement, mais avec une tendance à la baisse. Cette évolution devrait être en rapport avec l'essor de la photovoltaïque, car un propriétaire de maison peut seulement couvrir une fois une surface de toit ; ainsi, les deux variantes d'utilisation avec capteurs solaires thermiques et cellules solaires photovoltaïques sont en concurrence. Avec un rapport de surface approchant les deux tiers, ce sont les propriétaires de maisons individuelles qui contribuent le plus à l'accroissement de l'usage de la thermie solaire. Toutefois, pour que la chaleur du soleil apporte de la satisfaction à long terme, les maîtres d'ouvrages doivent respecter des règles d'installation essentielles. D'une part, la surface des capteurs ne doit pas être trop grande : « 2 m2 par personne au maximum suffisent ; autrement, la maison produit trop de chaleur excédentaire en été », c'est l'avertissement que lance Werner Betschart, Professeur spécialisé dans les systèmes de chauffage à la Haute École

de Lucerne (architecture et technique). D'autre part, on ne peut utiliser que des produits dont la technique est au point : des composants de haute qualité portent le certificat de qualité européen « Solarkeymark » ; pour le module Minergie « installations solaires thermiques », il est par ailleurs obligatoire de confier le montage des systèmes à des professionnels du solaire.

Les vices de construction ne sont pas rares

Une analyse réalisée en 2014 a montré que le fonctionnement des installations solaires laisse à désirer. Parfois, des rapports d'expertise sont commandés parce que les rendements sont insuffisants ou que le montage manque de professionnalisme, comme le souligne Jürg Marti de la Technique énergétique Marti. De même, un examen de la qualité de nouvelles installations solaires dans la région de Bâle a révélé un potentiel d'amélioration considérable. Sur 34 toitures solaires, seulement 19 ont obtenu une note satisfaisante. Dans ce contexte, les installations compactes préfabriquées ont laissé une impression positive : « En général, elles fonctionnent mieux que les chauffe-eau solaires traditionnels », commente Bernd Sitzmann, responsable de projet d'Energie Avenir Suisse, dans le cadre de l'analyse pratique. Cependant, des installations solaires qui s'arrêtaient sans que les maîtres d'ouvrage ne s'en rendent compte ont été découvertes.

Les tubulures causent souvent des problèmes

Le problème majeur des installations des maisons individuelles inspectées réside néanmoins dans le système hydraulique. Les tubulures, qui transportent le fluide échauffé du capteur à l'accumulateur d'énergie, sont posées à l'horizontale sur le toit, compliquant considérablement la ventilation de l'installation. Dans la cave, on trouve souvent des conduites non isolées, ce qui réduit le rendement solaire. « Même à l'extérieur on rencontre des tubulures non protégées, augmentant ainsi le risque de dommages causés par des oiseaux ou des fouines ou de dégâts dus aux intempéries », selon la conclusion de Monsieur Sitzmann, spécialiste du solaire.

Toutefois, pour Monsieur Betschart, Professeur en gestion technique de bâtiment, le mauvais fonctionnement du système est dû non seulement à des erreurs de montage, mais aussi à des vices conceptuels. « Des installations simples, par exemple réservées au chauffage de l'eau et des affichages synoptiques de commande et d'état conviviaux sont indispensables pour que le propriétaire foncier puisse en assurer lui-même la surveillance. » De même, il est impératif de se renseigner à l'avance sur le degré de couverture nécessaire pour assurer la production d'eau chaude à la température requise, de l'adapter au système de chauffage et de consigner le profil d'exigences par écrit.

L'assurance idéale pour votre installation solaire

infobox_produktewerbung_gvb_solar_mittel_neu

Assurez-vous contre les incidences de dommages à votre installation solaire. L'assurance d'installations solaires GVB Solar comble toutes lacunes de couverture par rapport à l'assurance immobilière obligatoire.

En savoir plus

istockphoto Imprimer l'article