Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Bien planifier le changement de chauffage

Dans le cadre du changement de chauffage également, le système dans son ensemble détermine les mesures d'assainissement requises. Lisez ci-dessous comment réaliser pas à pas votre nouveau chauffage.

Souvent, en cas d’assainissement du chauffage, le simple remplacement du générateur de chaleur ne suffit pas.
Souvent, en cas d'assainissement du chauffage, le simple remplacement du générateur de chaleur ne suffit pas.

(mb) Souvent, en cas d'assainissement du chauffage, le simple remplacement du générateur de chaleur ne suffit pas. Il convient également de tenir compte du bilan énergétique du bâtiment. En effet, si l'isolation thermique est insuffisante et les fenêtres désuètes, le besoin d'énergie restera élevé, malgré le remplacement du chauffage. Inversement, en cas d'assainissement de l'enveloppe du bâtiment, souvent le système de chauffage existant s'avère surdimensionné et n'est plus rentable, ni sur le plan écologique, ni d'un point de vue économique.

Des alternatives pour le système de chauffage existant

Le choix de la source d'énergie détermine les caractéristiques du générateur de chaleur. Si la source d'énergie du système de chauffage actuel doit être remplacée, les alternatives suivantes sont notamment envisageables :

  • Les chaudières à condensation pour le mazout ou le gaz utilisent l'énergie de la vapeur contenue dans les gaz de combustion et sont donc particulièrement efficientes.

  • Les pompes à chaleur sont très répandues dans les nouvelles constructions. Elles chauffent bien et fournissent de l'eau chaude. Une installation de photovoltaïque sur le toit permet en outre de couvrir le besoin d'électricité de la pompe à chaleur. La pompe à chaleur est intégrée au système de chauffage existant. Les pompes à chaleur sont particulièrement efficaces lorsque le bâtiment bénéficie d'une isolation thermique performante et si l'on cherche à obtenir les températures les plus basses possible.  

  • Les chaudières à bois peuvent être utilisées comme chauffage pour les pièces d'habitation ou central. Là également, la combinaison avec une installation solaire est judicieuse.

  • Chaleur à distance : un système de conduites permet d'acheminer vers le client la chaleur produite, par exemple par une centrale thermique, une installation de combustion des déchets ou de copeaux de bois. Une station de transmission et un échangeur de chaleur notamment sont nécessaires pour le raccordement.

La réalisation d'une installation solaire permet en outre au bâtiment d'utiliser également les énergies renouvelables. Une installation de photovoltaïque, produisant également de l'eau chaude, est par exemple particulièrement efficace en combinaison avec une pompe à chaleur.

90 % d'énergies non renouvelables

Selon le MoPEC 2014, en cas de changement de chauffage dans les bâtiments d'habitation existants, une part maximum de 90 % d'énergies non renouvelables est déterminante. Le cas échéant, les propriétaires de maison peuvent choisir entre :

Ces prescriptions ne sont contraignantes que si le MoPEC 2014 a été intégré à la loi cantonale sur l'énergie. Certains cantons comme Lucerne ou Bâle-Ville ont déjà validé son intégration, d'autres comme Soleure l’ont rejeté.  

Les étapes du changement de chauffage

Malgré les exigences individuelles de chaque bâtiment, le remplacement du chauffage suit un schéma uniforme. La Conférence des services cantonaux de l'énergie (EnFK) recommande donc la procédure suivante pour changer de chauffage :

  1. Prendre son temps : il est nécessaire de changer de chauffage tous les 12 à 20 ans. Par conséquent, il est vivement recommandé de solliciter un conseil approfondi et de bien évaluer toutes les possibilités.

  2. Vérifier l'isolation thermique : vérifiez l'isolation thermique et réalisez, le cas échéant, les mesures d'assainissement nécessaires avant le remplacement du chauffage.

  3. Choisir une source d'énergie, demander conseil aux experts : un système de chauffage faisant appel à des sources d'énergie renouvelable réduit l'impact sur l'environnement.

  4. Utiliser des techniques écologiques : par exemple un système de chauffage qui produit de la chaleur et de l'eau chaude.

  5. Solliciter des offres détaillées et exiger des garanties de performance : il est judicieux de demander plusieurs offres comparatives.

  6. Faire installer, régler et vérifier le chauffage : après la mise en service, un chauffage doit régulièrement être vérifié et optimisé.

Utiliser les compétences spécialisées

Les cantons et communes proposent régulièrement des conseils en matière d'énergie ciblés sur le remplacement des installations de chauffage. Le premier entretien est généralement gratuit. Souvent, l'état du bâtiment est évalué à l'aide du CECB et une stratégie d'assainissement définie. Les éventuelles mesures d'encouragement en cas de changement de chauffage peuvent également être abordées dans le cadre de ces entretiens.

Les propriétaires de maison peuvent aussi s'informer préalablement de manière autonome au sujet des contributions d’incitation. Le portail www.Energiefranken.ch dresse la liste de tous les programmes d'encouragement disponibles au lieu de domicile. Par ailleurs, de nombreuses banques accordent des prêts ou des hypothèques à des conditions intéressantes dans le cadre des assainissements énergétiques.

Source : Modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MoPEC), édition 2014 EnDK

Solution standard

Conditions

SS 2 :
Capteurs solaires

Capteurs solaires thermiques pour le chauffage de l'eau, installation solaire avec une surface minimale de 2 % de la surface de référence énergétique (SRE).

SS 2 :
Chaudière à bois

Chaudière à bois pour la fourniture de chaleur principale et une part d'énergie renouvelable pour l'eau chaude.

SS 3 :
Pompe à chaleur électrique

Pompe à chaleur avec sonde terrestre, eau ou air ambiant : pompe à chaleur à moteur électrique pour le chauffage et l’eau chaude à toute saison.

SS 4 :
Pompe à chaleur au gaz naturel

Pompe à chaleur faisant appel au gaz naturel pour le chauffage et l'eau chaude à toute saison.

SS 5 :
Raccordement au réseau de chaleur à distance

Raccordement au réseau de chaleur à distance : raccordement à un réseau de chaleur produite par les usines d'incinération des déchets, les stations d'épuration des eaux ou des énergies renouvelables.

SS 6 :
Couplage chaleur-force

Couplage chaleur-force : rendement énergétique d'au moins 25 % et pour au moins 60 % du besoin de chaleur pour le chauffage et l'eau chaude.

SS 7 :
Chauffe-eau avec pompe à chaleur et installation de photovoltaïque

Chauffe-eau avec pompe à chaleur et installation de photovoltaïque : chauffe-eau avec pompe à chaleur et installation de photovoltaïque avec au moins 5 Wp/m2 SRE.

SS 8 :
Nouvelles fenêtres

Remplacement des fenêtres le long de l'enveloppe thermique du bâtiment : valeur U des fenêtres existantes ≥ 2,0 W/m2K et valeur U de la vitre des nouvelles fenêtres ≤ 0,7 W/m2K.

SS 9 :
Isolation thermique

Isolation thermique des façades et/ou du toit : valeur U de la façade/du toit/du plancher du grenier actuel ≥ 0,6 W/m2K et valeur U de la nouvelle/du nouveau façade/toit/plancher du grenier ≤ 0,20 W/m2K, surface au moins 0,5 m2 par m2 SRE.

SS 10 :
Production de chaleur bivalente

Générateur de chaleur de base automatique alimenté par des énergies renouvelables (copeaux de bois, pellets, chaleur du sol, nappe phréatique ou air ambiant) avec une performance calorique d'au moins 25 % de la puissance calorique nécessaire du débit de boucle, complété par un générateur de chaleur bivalent alimenté par un combustible fossile pour la puissance calorique nécessaire en sus pour le chauffage et l'eau chaude, à toute saison.

SS 11 :
Aération mécanique de l'appartement

Mise en place d'une nouvelle aération contrôlée de l'appartement avec récupération de chaleur et un rendement de la récupération de chaleur d'au moins 70 %.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article