Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Chauffer au mazout

Les nouvelles constructions sont de monis en moins chauffées au mazout. Quand bien même l'actuelle part de marché est inférieure à 10 pour cent, le combustible fossile demeure la source d'énergie calorifique la plus répandue.

03_energie_heizsysteme_oelheizung_1_quer
Chaudière de Buderus.

(knü) Bien plus de la moitié du parc immobilier existant est équipée de chauffages au mazout. Cependant, suite aux deux crises pétrolières des années 70 et à la prise de conscience grandissante de la population face aux problèmes liés à l'environnement, la part des produits pétroliers dans la consommation énergétique a baissé, passant de 80 % (1973) à près de la moitié, à savoir à 43 % (2014).  Dans le cas de maisons d'habitation nouvellement construites, le chauffage au mazout n’est plus très demandé entre-temps. Selon des sondages actuels du marché, la pompe à chaleur est la plus répandue (part supérieure à 60 %) dans des habitations, alors que les chauffages au mazout représentent une proportion inférieure à 5 % et ont ainsi régressé. Depuis des années, la pompe à chaleur est le système de chauffage préféré, dans les maisons unifamiliales et immeubles collectifs rénovés.

Le chauffage au mazout demeure pratique, mais il est nettement moins écologique que d'énergies comme la chaleur ambiante ou le gaz naturel. Le chauffage au mazout est soumis à moyen terme à de fortes fluctuations des prix et en plus, à la taxe sur le CO2. Les spécialistes continuent donc de pronostiquer à moyen terme une poursuite de la hausse des frais d’exploitation et des coûts énergétiques. Un chauffage au mazout peut aussi être combiné à des énergies renouvelables, par exemple à une installation solaire pour la production d'eau chaude.

Des chauffages au mazout modernes se basent sur la technique de condensation, qui améliore le rendement jusqu'à 106 %.

Réserves

Les pronostics sur les réserves de capacité sont incertains, mais les réserves de pétrole du monde entier, dont l’existence est prouvée, devraient encore assurer notre approvisionnement pendant au moins cinquante ans. La Suisse possède deux raffineries à Cressier (NE) et Collombey (VS), qui produisent environ un tiers des besoins du pays en produits pétroliers. Les deux tiers restants sont couverts par besoins des importations venant de raffineries européennes.

Afin que le pays soit suffisamment approvisionné en mazout, il existe des stocks obligatoires qui couvrent les besoins pour quatre mois. Avec les stocks des marchands de mazout et les réserves des consommateurs, la capacité de stockage de notre pays couvre plus que ses besoins annuels.

Prix

Le prix du pétrole est tributaire des règles du marché libre. Ces dernières années, le prix du mazout a par conséquent aussi augmenté considérablement : alors qu’il y a bien dix ans, on payait environ 35 fr. pour 100 l de mazout, la même quantité coûte aujourd’hui  fr. 83.- (prix indicatif de novembre 2015).

Buderus technique de chauffage SA Imprimer l'article