Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Cheminée : quel bois choisir ?

Le crépitement du feu dans une cheminée est synonyme de romantisme, de détente et de confort. Ces moments de bien-être gagnent encore en qualité si l'on choisit le bon bois de cheminée.

Quel que soit le bois pour lequel vous optez, il est important avant tout d’utiliser exclusivement du bois bien sec.
Quel que soit le bois pour lequel vous optez, il est important avant tout d'utiliser exclusivement du bois bien sec.

(pg) En principe, tous les types de bois peuvent être utilisés pour alimenter une cheminée. Toutefois, la durée et l'efficacité d'un feu, mais aussi le jeu de flammes, dépendent sensiblement de la qualité du bois, de son degré d'humidité ainsi que de la taille des bûches (idéalement environ 30 cm de long).

Le bois des feuillus est particulièrement bien adapté

Vous avez le choix entre les conifères et les feuillus, lesquels sont particulièrement bien adaptés aux feux de cheminée de salon. En effet, les conifères poussant plus rapidement que les feuillus, leur bois est souvent plus tendre et moins compact. Lorsqu'il brûle, ce bois devient certes plus chaud, mais il se consume plus rapidement, car le feu est moins « nourri ». Les feuillus, comme le hêtre ou le chêne, présentent un meilleur pouvoir calorique grâce à leur plus grande densité. Le bois brûle ainsi plus lentement.

L'autre inconvénient des conifères est la résine qu'ils contiennent généralement. Celle-ci induit une plus grande propension aux étincelles qui peuvent s'avérer dangereuses notamment avec une cheminée ouverte.

Les meilleurs bois de cheminée sont :

Hêtre : très haute valeur calorique, parfum de bois épicé, se consume régulièrement, joli jeu de flammes, pas de résine.

Bouleau : brûle rapidement, produit vite de la chaleur, flammes bleuâtres, odeur agréable d’huiles essentielles.

Chêne : très haute valeur calorique, se consume lentement, petites flammes, braise persistante, peut dégager une odeur plus désagréable en raison de sa teneur en acide tannique, ce qui justifie son utilisation surtout dans les cheminées fermées.

Frêne : très haute valeur calorique, jeu de flammes particulièrement attrayant.

Épicéa : se prête surtout pour allumer les feux, se consume rapidement, mais dégage une température très élevée. En raison de sa propension élevée aux étincelles, approprié surtout pour les cheminées fermées et les poêles suédois. Produit le crépitement « typique d’une cheminée » et dégage une odeur agréable.

Pin : brûle relativement vite et à température très élevée. Se consume rapidement. En raison de sa propension élevée aux étincelles, approprié surtout pour les cheminées fermées et les poêles suédois. Dégage une odeur agréable.

N'utiliser que du bois sec, correctement stocké

Quel que soit le bois pour lequel vous optez, il est important avant tout d'utiliser exclusivement du bois bien sec. Non seulement le feu brûlera mieux, mais il dégagera également moins de fumée, réduisant ainsi les émissions de substances nocives. La règle suivante s'applique : si de la fumée blanche se dégage pendant la combustion, cela signifie que le bois est sec. L'humidité restante dans le bois représente tout au plus 20 %. En général, ce taux est atteint après un stockage de deux ans dans un endroit sec, couvert et bien aéré. Les conifères, atteignent cette maturation en partie déjà après 12 à 18 mois. 

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article