Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Réduire la consommation de courant des pompes de circulation

L'eau chaude doit circuler en continu. Mais attention : une pompe de circulation située à la cave consomme très souvent beaucoup de courant – en pure perte.

Pompe de circulation
Pompe de circulation

(knü) Le chauffage donne parfois des sueurs froides aux propriétaires, dans tous les sens du terme. En effet, des radiateurs mal alimentés, une compensation hydraulique défaillante des circuits et des pompes de circulation surdimensionnées font augmenter la consommation d'énergie et de courant, occasionnant des charges élevées. L'air de rien, elles sont responsables de la circulation d'eau chaude dans l'installation de chauffage et sont souvent source de gros tracas. Or, les pompes de circulation fonctionnent jusqu'à 6'000 heures par an et consomment, dans le pire des cas, plus de 10 % du courant nécessaire au ménage, ce qui correspond approximativement à la consommation d'un lave-linge et d'un sèche-linge. D'après les enquêtes réalisées par l'Office fédéral de l'énergie, le fonctionnement de pompes mal réglées peut occasionner une perte inutile d'un kilowatt-heure sur trois consommés pour assurer le chauffage. Par ailleurs, on oublie souvent d'arrêter les pompes de circulation quand on coupe le chauffage central au printemps. Elles continuent donc à consommer du courant bien que le chauffage soit coupé.

Des énergivores à la cave

Par contre, la toute dernière génération de pompes offre d'excellentes performances énergétiques et la classe d'efficacité énergétique de ces pompes est dûment déclarée. Les modèles sont classés selon l'indice d'efficacité énergétique (EEI), les meilleurs (EEI inférieur à 0,23) économisant plus de 80 % de courant par rapport aux modèles plus anciens. Le classement EEI repose sur la directive européenne en matière d'écoconception, qui contient de nouvelles dispositions minimales depuis début 2013. En Suisse, les modèles qui ne répondent pas à ces exigences, ne pourront plus être vendus que jusqu'en 2017. Néanomoins, le remplacement des pompes de circulation peut être rentable sur le plan financier. Pendant toute sa durée de vie, une pompe de circulation efficace permet d'économiser plusieurs centaines de francs, voire plusieurs milliers de francs dans des bâtiments de grande taille. Cela dit, il faut savoir que les nouvelles pompes de chauffage sont aussi plus chères.

Le remplacement d'une pompe offre une possibilité supplémentaire d'économiser de l'énergie : beaucoup d'entre elles sont nettement surdimensionnées parce que l'on prévoit au départ des réserves de puissance trop importantes. Or, le fonctionnement de ces pompes surdimensionnées n'est pas optimal et leur degré d'efficacité est médiocre. De plus, elles s'usent beaucoup plus vite. Le remplacement de la pompe réduit non seulement la consommation de courant mais améliore aussi le fonctionnement du circuit de chauffage : les pompes de circulation peuvent fonctionner en autorégulation ; elles se règlent automatiquement sur le régime optimal.

Des systèmes commandés en fonction de la demande

Une option économique consiste à utiliser des systèmes de pompes décentralisés commandés en fonction de la demande. Des tests effectués sur plusieurs années dans des maisons d'habitation ont confirmé que la contribution à l'économie de courant dans tout un bâtiment est d'au moins 10 %. De surcroît, cette solution fait baisser de 20 % les besoins énergétiques pour le chauffage. Elle repose sur un système composé de plusieurs petites pompes performantes et silencieuses. Celles-ci sont montées directement sur le radiateur et reliées à un capteur de température installé dans la pièce, ce qui leur permet de réguler le débit d'eau chaude. Il est donc possible de convertir le chauffage existant, dont l'hydraulique est commandée par les vannes thermostatiques, en un chauffage à la demande dans chacune des pièces. Ce qu'il faut savoir, c'est que les pompes miniatures possèdent une puissance 50 fois inférieure à celle de la pompe de circulation centrale. Le système de pompes décentralisé assure en même temps l'équilibre hydraulique de l'eau dans le circuit de chauffage. Souvent, le passage du chauffage selon l'offre à un chauffage à la demande est mis en œuvre dans le cadre d'une rénovation totale du système chauffage.

Campagnes de promotion pour les pompes

Les autorités ont elles-mêmes reconnu la nécessité d'intervenir. Les cantons, communes et fournisseurs d'énergie encouragent le remplacement des anciennes pompes de chauffage ou de circulation par de nouvelles plus performantes en termes énergétiques. Étant donné que ces programmes se modifient en permanence, les propriétaires ont intérêt à s'informer sur les programmes d'encouragement en vigueur avant de remplacer leur pompe. Une autre mesure visant à préserver la valeur consiste à investir dans une nouvelle pompe et à la déduire de l'impôt foncier.

Informations additionnelles

ImagePoint Imprimer l'article