Des standards de communication pour le smart home

Pour disposer d'un habitat intelligent, on se retrouve confronté à un problème : en effet, beaucoup de standards relatifs à la communication d'appareils et de systèmes sont spécifiques à chaque fabricant et incompatibles avec d'autres systèmes. De quelles solutions disposent les propriétaires fonciers ?

Pour disposer d'un habitat intelligent, on se retrouve confronté à un problème : en effet, beaucoup de standards relatifs à la communication d'appareils et de systèmes sont spécifiques à chaque fabricant et incompatibles avec d'autres systèmes.
Pour disposer d'un habitat intelligent, on se retrouve confronté à un problème : en effet, beaucoup de standards relatifs à la communication d'appareils et de systèmes sont spécifiques à chaque fabricant et incompatibles avec d'autres systèmes.

(hm) « Laver intelligemment » : un slogan publicitaire qui incite à faire comme tout le monde et à « gérer son ménage intelligemment ».  En effet, le marché regorge d'appareils qui se prêtent à l'interconnexion, la plupart aussi via un smartphone. Mais si on se plonge dans les informations techniques des fournisseurs et associations, on constate rapidement que la réalisation chez soi est loin d'être facile. Dès qu'il y a des produits de différents fournisseurs sous le même toit, il règne une sorte de confusion terminologique digne de la tour de Babel. En effet, mis à part quelques exceptions, les standards de communication sont spécifiques au fabricant qui en sont « propriétaires », comme on le dit dans le jargon du métier.

Les clients sont liés aux fournisseurs

La recommandation qui consiste à acheter si possible tous les appareils ménagers d'un seul et même fabricant, restreint sensiblement le choix, mais lie les clients à leurs fournisseurs. C'est aussi la raison pour laquelle des associations tentent d'établir des standards superordonnés que l'industrie de l'appareillage aurait à respecter. Avec le standard DLNA (Digital Living Network Alliance), elles y sont parvenues à moitié, du moins pour l'électronique de divertissement et de bureau. Les vidéos, imprimantes, ordinateurs, téléviseurs et bien entendu les smartphones peuvent s'interconnecter en utilisant le standard DLNA. En même temps, l'ordinateur perd de son importance : en règle générale, c'est le téléviseur, une tablette ou un smartphone qui sert de centrale. Ces appareils consomment nettement moins de courant qu'un ordinateur et ne présentent pas le désagrément du bruit occasionné par le ventilateur du PC ! Le standard de communication choisi est plus ou moins indépendant du mode de transmission ; une connexion doit aussi bien fonctionner par radio que via des câbles en cuivre usuels (« câbles de téléphone ») et alimentation électrique (« Powerline »).  

Multitude de standards

Le grand nombre de standards propriétaires et régionaux suscite la confusion chez les fabricants. En effet, on ne sait pas encore lesquels de ces standards finiront par connaître une large diffusion. On ne découvrira le gagnant de cette course que dans quelques années. S'agira-t-il de « Home Connect » de Bosch et Siemens, de Miele@home, de « Qivicon » de la Deutsche Telekom ou d'« Allseen Alliance » d'Elektrolux ? Compte-tenu de la confusion qui règne parmi toute cette offre, V-Zug agit intelligemment en faisant marche arrière : ses appareils peuvent être interconnectés via TCP/IP. Ce protocole Internet qui date des années 1970 est le standard le plus répandu et celui qui a obtenu le plus de succès. Il est tout à fait possible que le standard futur soit basé sur TCP/IP. Actuellement, V-Zug effectue aussi des essais sur l'utilisation de Digitalstrom pour commander ses appareils. Une approche  à fort potentiel est proposée par l'entreprise Apple : Avec le nouveau système d'exploitation  iOS 10, un accès à la banque de données HomeKit peut avoir lieu via une  application. Beaucoup d'appareils électroniques peuvent être gérés au moyen de cette plateforme  HomeKit. Le fait qu'Apple offre des guides informatifs pour l'installation et l'implémen-tation des outils représente un avantage . KNX, une plateforme regroupant près de 400 entreprises partenaires, offre un autre système de communication ouvert et très répandu. KNX utilise les ondes radio (KNX-RF pour Radio Frequency) et se prête à Powerline (système KNX-PL) et aux câbles en cuivre (système KNX-TP pour Twisted Pair).

Bluetooth a de l'avenir

Bluetooth, à l'origine un standard industriel, a fait une carrière phénoménale. Ce standard radio est connu des utilisateurs de portables et de montres intelligentes. Néanmoins, dans le domaine du smart home, Bluetooth n'est guère répandu. En effet : comme Bluetooth communique par les ondes radio, les commutateurs et autres éléments du réseau n'ont pas besoin de câbles. Cependant, comme ils ont besoin de courant pour fonctionner, le propriétaire devrait sans cesse remplacer les chargeurs. Le Groupe d'intérêt spécial Bluetooth a annoncé que tout devrait changer avec Bluetooth Low Energy. L'association ne manque pas d'intéressés : 25'000 sociétés y adhèrent. Elle doit son nom au roi danois « Harald à la dent bleue » auteur de l'unification de certaines parties de la Norvège et du Danemark il y a plus de mille ans.  

Que doit faire un propriétaire foncier ?  

L'approche pragmatique présente quelques avantages. Si la communauté des propriétaires veut interconnecter ou télécommander certaines fonctionnalités ou appareils, le standard propriétaire du fabricant s'y prête parfaitement. S'il est possible de réaliser une interconnexion complète avec des outils de communication ou Gates, les coûts sont toutefois disproportionnés pour les maisons particulières. Il serait cependant possible d’installer un parc de machines communiquant au sein de différents « îlots linguistiques », autrement dit de domaines possédant un standard uniforme. Exemple : le chauffage, le chauffe-eau et les stores solaires reçoivent leurs ordres de KNX, les appareils de bureau sont connectés par un réseau LAN et les équipements de la cuisine utilisent le standard de société du fabricant.  

La couverture d'assurance intégrale pour vos installations techniques

infobox_produktewerbung_gvb_tech_mittel

Grâce à l'assurance technique du bâtiment GVB Tech, vous n'avez plus à vous soucier : des dommages causés à des appareils et installations techniques de votre maison sont intégralement assurés. 

En savoir plus
Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article