Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Économique, solide et durable

Parler de ses « quatre murs » ne saurait suffire à décrire une habitation. De fait, une maison est portée par un squelette interne, la charpente.

On attache une importance accrue à la statique d'un bâtiment, notamment lorsque l'on planifie des façades ou des balcons en saillie ou encore des encorbellements.
On attache une importance accrue à la statique d'un bâtiment, notamment lorsque l'on planifie des façades ou des balcons en saillie ou encore des encorbellements.

(knü) La charpente d'une maison joue le même rôle que le squelette d'un individu. S'ils ne sont souvent visibles qu'au niveau du gros œuvre, les différents éléments qui la composent n'en sont pas moins indispensables. En effet, les murs et colonnes nus, de même que les planchers intermédiaires bruts ont en commun de devoir supporter leur propre poids ainsi que des charges supplémentaires. C'est la raison pour laquelle le système de construction est l'élément de la maison qui doit remplir ses fonctions le plus longtemps et le plus sûrement : alors que l'adéquation de la façade, du toit ou des systèmes techniques peut être remise en cause au bout d'une vingtaine d'années déjà, on exige de la structure porteuse une longévité de cinquante ans.

Une bonne chose, donc, que les maîtres d'ouvrage soient conventionnels dans leurs choix de types de charpentes : neuf maisons particulières sur dix sont des constructions massives. Une maison sur deux repose sur des murs en béton ; celles qui sont dotées de murs porteurs en briques ne représentent qu'une faible proportion. Les maisons en bois, quant à elles, voient leur part du marché immobilier passer à 10 %, avec une tendance légèrement croissante. Selon les besoins et la fonctionnalité requise, il est souvent possible de combiner aisément des matériaux et des modes de construction adaptés à ceux-ci au sein d'un système de charpente.

Les futurs habitants doivent certes pouvoir être sûrs que la charpente sera solide et durable, « néanmoins, si leurs souhaits ont une influence directe sur la statique d'un bâtiment, les maîtres d'ouvrage n'ont pas besoin de posséder eux-mêmes beaucoup de connaissances dans ce domaine », déclare Frank Thalmann, architecte. Les normes règlent les détails et, par ailleurs, le recours à un ingénieur spécialisé est non seulement recommandé, mais de toute façon obligatoire.

 

Encorbellements et constructions sur toit

Dans la plupart des cas, les dimensions, portées et charges d'une maison particulière sont si peu élevées « qu'il n'est pas nécessaire de solliciter outre mesure le système porteur », constate F. Thalmann dans la pratique quotidienne. En revanche, il n'est pas inutile d'y regarder de plus près si quelque chose d'inhabituel se produit sur le toit ou si le mur extérieur n'est pas entièrement à la verticale. On attache une importance accrue à la statique d'un bâtiment notamment lorsque l'on planifie des façades ou des balcons en saillie ou encore des encorbellements. Et en présence de constructions sur le toit comme des installations solaires ou une couche de verdure, le système porteur doit être conçu de manière à supporter une charge accrue.

« En particulier dans le cas de bâtiments déjà existants, il est indispensable de demander à  un spécialiste en statique de construction de procéder à une analyse à un stade précoce », déclare F. Thalmann qui projette actuellement de transformer une vieille grange en atelier d'art. En effet, lorsque l'on abat ou que l'on perce des murs à l'intérieur, il faut s'assurer de ne pas altérer le système porteur. De même, l'exhaussement d'une ancienne bâtisse constitue aussi un cas à part : « Ici également, il convient d'agir avec prudence et de recourir toujours aux services d'un spécialiste afin de ne pas risquer de surcharger les structures existantes », recommande Frank Thalmann.

Une grande flexibilité

La statique peut être utilisée de manière ciblée dans le but d'accroître la flexibilité d'une habitation. Des murs extérieurs entièrement porteurs permettent de supprimer ou de déplacer les murs intérieurs sans difficulté en vue d'une phase d'utilisation ou de vie ultérieure. Dans le cadre de la construction durable également, on attache une importance croissante à la charpente : ainsi, les matériaux nécessaires pour les éléments porteurs revêtent une telle importance que des systèmes simples contribuent à économiser de grandes quantités d'énergie grise. Les spécialistes recommandent en outre que le système de construction porteur soit exempt d'installations techniques et de conduits, ceci afin d'éviter que les mesures d'entretien, qui suivent un calendrier différent, ne viennent se contrecarrer.

Informations additionnelles

ImagePoint (INSADCO Photography) Imprimer l'article