Construire à bon prix : comment faire des économies en construisant une maison ?

Une bonne planification, un choix minutieux des partenaires et une certaine discipline en termes de souhaits personnels sont des points importants, pour vous permettre de respecter votre budget de construction. Par ailleurs, nous vous indiquons dans quels domaines de la construction il est préférable de ne pas vouloir économiser à tout prix.

Une bonne planification, un choix minutieux des partenaires et une certaine discipline en termes de souhaits personnels contribuent à respecter votre budget de construction.
Une bonne planification, un choix minutieux des partenaires et une certaine discipline en termes de souhaits personnels contribuent à respecter votre budget de construction.

(aes) En Suisse, celui qui construit une maison individuelle doit prévoir un budget allant de cinq-cents milles francs à un million, sans terrain ni aménagement extérieur. Dans le segment du moyen standing, cela représente environ 800 francs par mètre cube de volume de construction, sachant qu'aucune limite n'est fixée vers le haut. Ce chiffe vertigineux soulève la question de savoir s'il ne serait pas possible de faire moins cher. Où est-il possible d'économiser des coûts ? Où, au final, les économies s'avèrent-elles moins payantes ? L'architecte zurichois Valentin Loewensberg conseille aux potentiels maîtres d'ouvrage de se prêter à la réflexion suivante déjà avant d'engager les travaux : le budget disponible est-il réellement suffisant pour une maison individuelle ou ne serait-il pas plus judicieux de se rabattre sur un appartement en copropriété ? L'expert estime que l'espace de vie dans une maison individuelle coûte près du double de celui d'un appartement dans un bâtiment d'habitation collectif.

Nous vous indiquons trois points importants permettant de maintenir les coûts de construction à un niveau abordable :

  1. Choix minutieux des partenaires

    Celui qui décide de construire une maison individuelle a tout intérêt à garder un œil sur les coûts déjà pendant la phase de planification. Hans Röthlisberger, architecte indépendant, conseiller en construction et auteur, estime que le choix d'un architecte conscient des coûts est important, si ce n'est même décisif. Mais comment découvrir à quel point un architecte est soucieux des coûts ? « La condition première réside dans le fait qu'un architecte soit fondamentalement intéressé à construire à bon prix, qu'il possède une bonne expertise de la maîtrise des coûts et que la direction de chantier soit assurée à l'interne », précise Hans Röthlisberger. Si tel n'est pas le cas, le chef de chantier externe devra être impliqué dès la phase d'élaboration des plans. Outre l'architecte, Valentin Loewensberg recommande de choisir avec soin le planificateur et les entrepreneurs.

  2. Restreindre ses propres souhaits

    Les maîtres d'ouvrage, pour leur part, peuvent aussi contribuer à ne pas faire exploser les coûts. En effet, les perpétuelles modifications des plans pendant la phase de construction, engendrent une charge de travail supplémentaire pour tous les acteurs. Aussi, il est judicieux de prendre son temps lors de la planification afin d'être certain d'avoir trouvé la bonne solution. Les petits extras sont chers également : niches, lucarnes ou saillies font vite grimper les coûts de construction, au même titre que les expérimentations avec des matériaux ou technologies peu éprouvés. Hans Röthlisberger conseille donc d'opter pour des systèmes et produits simples et standardisés. C'est à dire des formes de portes, fenêtres et toits homogènes, ainsi qu'une gamme limitée de matériaux éprouvés. « Généralement, il s'avère peu approprié de vouloir réinventer l'art de la construction », constate le spécialiste.

  3. Savoir renoncer

    Renoncer à certains aspects est aussi un moyen d'économiser des coûts. De combien de mètres carrés ai-je réellement besoin ? Quel niveau de confort puis-je m'offrir ? Celui qui intègre ces réflexions au début de la planification aura, au final, un meilleur contrôle des coûts. L'aménagement intérieur aussi permet de réaliser des économies, bien que le potentiel soit assez relatif. En effet, ce domaine ne représente qu'un huitième du coût global de construction. Toutefois, à l'image des parquets notamment, il existe de grosses différences de prix entre les matériaux. Dans le domaine des cuisines et salles de bain aussi, les différences sont importantes. Pour ce qui a trait aux appareils ménagers et armatures, il est judicieux de bien cerner ses besoins. Veut-on un pommeau de douche façon pluie, qui consomme 25 litres d'eau à la minute ? A-t-on besoin, outre d'un four et d'un steamer combiné, également d'un tiroir chauffant ? Le sèche-linge est-il indispensable ? Les coûts peuvent aussi être maintenus à un niveau bas en optant pour des matériaux bruts nobles, qui n'exigent pas de traitement ultérieur des surfaces, comme les murs et plafonds.

Où est-il préférable de ne pas économiser ?

Les experts déconseillent de vouloir économiser au niveau des systèmes d'énergie, car ce choix s'avère généralement défavorable à long terme. Une maison efficiente en termes d'énergie affiche des coûts d'exploitation durablement plus bas, ce qui permet d'amortir rapidement les frais initiaux éventuellement plus élevés. Selon Hans Röthlisberger, une extrême pression des coûts sur les artisans est également contre-productive. « L'artisan doit lui-aussi retirer un gain des mandats qu'il effectue. Lorsque le salaire est trop faible, on déplore bien souvent une baisse de qualité ou des retards, lesquels induisent des procédures compensatoires fastidieuses. De même, Hans Röthlisberger ne voit pas d'on bon œil l'acquisition de prestations de services et produits à l'étranger. Une exception réside toutefois dans les maisons types complètes, proposées par des prestataires étrangers renommés, présents sur le marché suisse ou le simple achat de produits tels que les dalles en céramique.

Que faire en cas de dépassement de budget ?

Si, malgré tout le soin apporté, le devis dépasse le budget, il ne reste plus qu'une solution : réduire les prestations, soit au niveau de l'ampleur du projet soit dans le standing d'aménagement. Hans Röthlisberger déconseille fortement la réduction des réserves. Son expérience lui a prouvé que : « les coûts ne disparaissent que temporairement, pour refaire surface généralement pendant la phase de réalisation. »

Littérature concernant le thème

«Mit wem baue ich? Bauausführung aus Bauherrensicht»

Auteur : Hans Röthlisberger (2013), env. 500 pages, francs 145.- La majeure partie du livre peut être lue gratuitement sous www.roeplaner.ch, où il peut aussi être commandé.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article