Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Une vigie sur le toit

Lorsque l'on a besoin de plus d'espace habitable dans une maison, il est possible de surélever le bâtiment. Cependant, l'installation d'une lucarne ou d'un chien-assis représente souvent une alternative nettement plus avantageuse.

10_renovation_unterhalt_wohnraumerweiterung_dachlukarne_quer
Sans avoir un impact trop grand sur la structure du bâtiment, les lucarnes agrandissent l'espace habitable et éclaircissent les combles.

(knü) Elles sont apparues à la Renaissance. Les lucarnes, de formes pointues, arrondies ou plates, sont encore très appréciées de nos jours. En effet, sans avoir un impact trop grand sur la structure du bâtiment, ces superstructures en toiture agrandissent l'espace habitable et éclaircissent les combles. Dans la plupart des cas, cette option est plus avantageuse qu'une élévation du bâtiment. Par ailleurs, les autorités de la construction ne peuvent pratiquement pas s'y opposer, puisque la place gagnée n'augmente pas le coefficient d'utilisation des sols. Pour tous les projets de modification de la toiture, il est judicieux cependant de faire appel à un architecte ou même à un conservateur du patrimoine. Souvent, dans le cadre des procédures d'octroi de l'autorisation de construire, il est stipulé que les lucarnes ou chiens-assis ne doivent pas nuire à l'alignement vertical de l'avant-toit. Par ailleurs, ordinairement, ce type de superstructures en toiture ne doit pas excéder un tiers de la longueur de la façade. Ce qu'il faut également respecter en termes de prescriptions de construction : si les combles sont rendues habitables, il sera nécessaire de veiller à un apport minimal de lumière naturelle. De ce fait, la surface vitrée des nouvelles lucarnes doit être définie en fonction de la taille de l'espace habitable. Généralement, la part requise est de un dixième.

Des transitions fluides

Toutefois, il convient de bien préparer l'aménagement ultérieur de lucarnes, non seulement sur le plan de la législature, mais aussi en ce qui concerne la physique du bâtiment. Selon Arthur Müggler, propriétaire d'une entreprise spécialisée en toitures et façades, les transitions ne doivent pas être prises à la légère. « Les zones à problèmes ne peuvent être évitées que lorsque le raccordement entre la lucarne et le toit peut être effectué de façon irréprochable ». Il convient notamment de porter une attention particulière aux couches, responsables de l'isolation et de l'étanchéité à l'air. Cela permet d'éviter le risque de créer des ponts thermiques indésirables entre l'intérieur et l'extérieur. « Dehors, sur le toit, l'écoulement de l'eau ne doit en aucun cas être affecté », complète Arthur Müggler. Pour que la saleté ne reste pas accrochée, il faudra veiller en particulier à la dimension de la gouttière latérale et de la noue.

L'aménagement ultérieur d'une lucarne influence la structure porteuse du toit. La situation peut devenir critique lorsque ce dernier est très ancien et altéré. « Il faut donc contrôler régulièrement l'état des chevrons et des poutres », indique Monsieur Müggler en soulignant l'importance de la première analyse. Souvent, un renforcement sera nécessaire pour éviter de trop solliciter le toit avec le nouveau chien-assis.

Pas uniquement sous forme de bloc de construction

Sur la base d'une construction simple, il est possible de poser sur un toit des lucarnes triangulaires, arrondies ou étirées, selon le principe des blocs de construction. Tout est inclus dans la livraison, de la fenêtre à la protection solaire, en passant par l'isolation. Le montage sur place ne dure guère plus d'une journée lorsque le nouvel élément du toit est préfabriqué sous forme d'ensemble de charpenterie. Selon Arthur Müggler, les conditions sont pourtant souvent un peu plus complexes, de sorte que ces agréments de toiture doivent être fabriqués et construits entièrement sur place. Sur le plan de la qualité, les deux options se valent. « La différence en termes de coûts n'est pas non plus très importante », explique Monsieur Müggler. Seule la durée du processus de construction est significative. Comme le toit existant est ouvert pendant les transformations, on favorise souvent l'utilisation d'éléments préfabriqués.

Teaser_kl

Vous souhaitez effectuer des travaux de construction, rénovation ou aménagement ?

Trouvez ici des artisans de confiance disponibles dans votre région !

En savoir plus
Informations additionnelles

ImagePoint Imprimer l'article