Architecture : Installation photovoltaïque primée

À Blumenstein, dans le canton de Berne, un maître d'ouvrage a mis au point, lors de la transformation de sa maison, une installation photovoltaïque qui a plus d'un tour dans son sac.

(mei) Il faudrait être daltonien pour ne pas reconnaître immédiatement la maison de Michael Feuz et de sa famille. La façade du bâtiment à Blumenstein, l'un des premiers villages à proximité de Thoune qui font déjà partie de l'Oberland bernois, resplendit dans le vert le plus vif qui soit, et même l'antenne parabolique n'a pas été épargnée. Afin de compléter cette impression colorée, le maître d'ouvrage a également choisi une couleur criarde pour les stores. Ils complètent en effet le design par un orange vivifiant. Les couleurs ont donné lieu à quelques discussions au sein de la famille : la grand-mère était plutôt sceptique, la mère de famille neutre et c'est ainsi que la décision est revenue au maître d'ouvrage et aux enfants. La décision d'opter pour ce vert intense est née d'ailleurs de la discussion qui a agité la communauté villageoise à propos de deux maisons colorées à Blumenstein. « J'ai décidé de mettre un terme à la discussion en créant quelque chose qui sorte vraiment du commun », explique le maître d'ouvrage.

Il faudrait être daltonien pour ne pas reconnaître immédiatement la maison de Michael Feuz et de sa famille.
Il faudrait être daltonien pour ne pas reconnaître immédiatement la maison de Michael Feuz et de sa famille.

Maison pour trois générations

La transformation de la maison individuelle édifiée en 1974, dans laquelle le maître d'ouvrage a passé son enfance, a été réalisée en 2011. À cette époque, Michael Feuz avait décidé de revenir vivre dans la maison de ses parents avec sa famille. Le rez-de-chaussée où vit à présent la grand-mère et le sous-sol sont restés inchangés. L'étage supérieur a été démonté et complété par deux nouveaux étages, pour que la famille de quatre personnes ait suffisamment de place. Comme matériau de construction, le maître d'ouvrage a utilisé du bois de sapin de la région, l'isolation a été réalisée en laine de mouton, ce qui assure un climat intérieur agréable.

Michael Feuz vit avec sa famille au premier et au deuxième étage.
Michael Feuz vit avec sa famille au premier et au deuxième étage.

Électrotechnicien naval de formation, le maître d'ouvrage a réalisé lui-même de nombreuses prestations lors de la transformation. Il a ainsi planifié tous les raccordements électriques, posé les câbles correspondants et réalisé les transports. Mais il s'est surtout occupé de l'installation photovoltaïque de 140 mètres carrés, intégrée au toit, qu'il a dotée de trois propriétés innovantes qu'il a lui-même conçues.

Afin d'en accroître l'efficacité, l'installation photovoltaïque est refroidie à l'eau.
Afin d'en accroître l'efficacité, l'installation photovoltaïque est refroidie à l'eau.
Afin d'en accroître l'efficacité, l'installation photovoltaïque est refroidie à l'eau.
Afin d'en accroître l'efficacité, l'installation photovoltaïque est refroidie à l'eau.

Plus de puissance grâce au refroidissement

Pour commencer, l'installation utilise la chaleur perdue qu'elle dirige vers un chauffe-eau qui échauffe la réserve d'eau de 2'000 litres. Cela permet de refroidir l'installation photovoltaïque, d'où un gain d'efficacité, car plus le toit se refroidit, plus il est possible de produire d'électricité. Pour amplifier le refroidissement, le maître d'ouvrage peut recourir à une autre propriété du toit : l'installation de nettoyage à l'eau intégrée. Initialement, elle était « juste » destinée à maintenir le toit propre et exempt de neige et donc à assurer l'efficacité maximale de l'installation. Depuis la mise en service, Michael Feuz a toutefois constaté qu'un refroidissement supplémentaire améliorait la production d'électricité, notamment par temps chaud. L'eau correspondante est récupérée dans un collecteur de pluie d'une capacité de 1'000 litres. Le maître d'ouvrage entend encore étendre son système de refroidissement à l'avenir : il prévoit ainsi la mise en place d'un biotope, dont il entend également utiliser l'eau. Pour finir, le toit est équipé de conduites d'extinction d'incendie qui permettent de le noyer complètement sous la mousse en cas d'incendie. Cette installation innovante qui génère près de 19'000 kWh de courant solaire chaque année, soit un tiers de plus que la consommation des habitants, a obtenu un diplôme lors de l'attribution du Prix Solaire Suisse 2012.

Informations additionnelles

infomaison Imprimer l'article