Architecture : Priorité à la qualité de vie

Inutile de chercher des voitures dans le quartier Burgunder, il n'y en a pas ! D'ailleurs, elles ne manquent à personne... La question de la mobilité n'est en fait qu'une des facettes du concept global de durabilité qui a sous-tendu la construction à Berne-Bümpliz – d'une architecture au demeurant très attractive.

Cette ferme bicentenaire de Mattstetten a été transformée et partiellement rénovée en 2006 et 2011.
Au centre du premier lotissement sans voitures de Suisse s'élève une maison ancienne réhabilitée dans le cadre du patrimoine culturel local et dont le rez-de-chaussée abrite aujourd'hui un espace collectif et une crèche.

(jgl) Il pleut à seaux, mais derrière ce rideau de pluie, on imagine aisément l'animation qui doit régner à cet endroit par beau temps. Ce qui frappe de prime abord, ce sont les nombreux vélos rangés sous de simples abris bordant les immeubles disposés en U autour d'un vaste espace qui forme en quelque sorte une cour. Au centre du premier lotissement sans voitures de Suisse s'élève une maison avec cour réhabilitée dans le cadre du patrimoine culturel local et dont le rez-de-chaussée abrite aujourd'hui un espace collectif et une crèche. Aux alentours du lotissement Burgunder, desservi par la ligne ferroviaire reliant Berne à Fribourg, se mêlent de petites maisons de type rural, de grands immeubles de bureaux et un ancien site d'usine. La gare de Berne-Bümpliz, qui permet de rejoindre le centre de Berne en cinq minutes, est située tout à côté. « Le cœur du village et la forêt sont également accessibles à pied », précise l'architecte Hanspeter Bürgi, du cabinet Bürgi Schärer Architecture et Planification SA, qui a réalisé deux des immeubles de 40 logements locatifs à prix modéré pour le compte de la npg SA, société engagée dans la construction durable, participative et d'utilité publique.

Partie intégrante du quartier

01_ar_siedlung_burgunder_2_quer
Bien que les bâtiments datent de 2010, on a l'impression que cet endroit s'est développé sur une période beaucoup plus longue. Des fleurs égaient les jardins des appartements du rez-de-chaussée, et les espaces extérieurs privatifs semblent très animés.
Bien que les bâtiments datent seulement de 2010, on a l’impression que cet endroit s’est développé sur une période beaucoup plus longue. Des fleurs égaient les jardins des appartements du rez-de-chaussée et les espaces extérieurs privatifs semblent très animés.
Bien que les bâtiments datent seulement de 2010, on a l’impression que cet endroit s’est développé sur une période beaucoup plus longue. Des fleurs égaient les jardins des appartements du rez-de-chaussée et les espaces extérieurs privatifs semblent très animés.

Le concept urbanistique prévoyait aussi de compléter les deux bâtiments par une construction sur le site de l'usine voisine. Ce projet s’est réalisé pratiquement en même temps. C'est avec des objectifs de développement durable similaires que la WOK Burgunder AG a achevé la construction du troisième immeuble d'habitation. Bien que les bâtiments datent seulement de 2010, on a l'impression que cet endroit s'est développé sur une période beaucoup plus longue. Des fleurs égaient les jardins des appartements du rez-de-chaussée, et les espaces extérieurs privatifs semblent très animés.

Tous les bâtiments, y compris la maison avec cour historique, forment un ensemble cohérent qui s’intègre parfaitement dans l’environnement proche.
Tous les bâtiments, y compris la maison avec cour historique, forment un ensemble cohérent qui s’intègre parfaitement dans l’environnement proche.

Sur le plan architectural, ces immeubles construits en deux étapes se distinguent tant à l'extérieur, par le traitement des façades et le choix des matériaux, qu'à l'intérieur, au niveau de l'exploitation de l'espace et de l'agencement des appartements. Pour autant, et peut-être précisément à cause de cela, tous les bâtiments, y compris la maison avec cour historique, forment un ensemble cohérent qui s'intègre parfaitement dans l'environnement proche. « Cette vision globale du développement durable nous a guidés tout au long de la mise au point des deux bâtiments », confie l'architecte Hanspeter Bürgi, qui devait également tenir compte de trois impératifs d'importance égale – écologiques, économiques et sociaux.

L'esthétique du développement durable

01_ar_siedlung_burgunder_4_quer
Le second œuvre est constitué de cloisons légères. Il en résulte une flexibilité qui a permis aux locataires actuels de participer, dans une certaine mesure, à l'agencement des appartements.

Les deux immeubles ont été construits et certifiés selon le standard Minergie-P-Eco. À l'exception de six places de stationnement pour visiteurs, aucun parking n'a été construit. Les concepteurs ont néanmoins dû démontrer qu'en cas de besoin, il serait possible d'aménager ultérieurement des aires de stationnement sur le site. Un emplacement dédié au covoiturage complète judicieusement l'offre des transports publics. « Lors de la conception des bâtiments, nous avons veillé à une volumétrie simple et à une séparation claire des différents systèmes », explique Hanspeter Bürgi. La structure des bâtiments s'organise autour de noyaux de béton centraux. Les plafonds sont également en béton et les murs extérieurs en briques. Les conduites étant apparentes et le second œuvre constitué de cloisons légères, il en résulte une flexibilité qui a permis aux locataires actuels de participer, dans une certaine mesure, à l'agencement des appartements. De plus, des modifications ou conversions ultérieures sont tout à fait envisageables. « La capacité de s'adapter à des besoins changeants est aussi l'une des caractéristiques de la construction durable », observe l'architecte. Autre consigne : les logements proposés (allant d'une pièce et demie à cinq pièces et demie) devaient être peu coûteux. Les architectes ont relevé le défi en optant pour une structure constructive simple. Dans le lotissement Burgunder, le prix au mètre carré est actuellement de 200 francs par an. Les autres impératifs liés au développement durable ont été eux aussi largement remplis, comme le montrent les premières analyses des valeurs de planification : « Avec 440 MJ/m2a, on se rend compte que la valeur visée pour l'énergie primaire non renouvelable est bel et bien atteinte », constate Hanspeter Bürgi. Le premier lotissement sans voitures de Suisse est un endroit merveilleux qui offre une réelle qualité de vie. De plus, il est parfaitement compatible avec la société à 2'000 watts préconisée. De ces programmes de recherche soutenus scientifiquement, on espère pouvoir tirer des enseignements utiles qui serviront à des projets de construction similaires.

Photographie d’architecture Gempeler Imprimer l'article

Informations additionnelles