Architecture : Un habitat bien proportionné

L'exemple d'une maison jumelle entre Berne et Thoune montre qu'il est possible d'appliquer le standard Minergie P à un mode de construction conventionnel, sans que quiconque n'ait à faire de concessions.

Une maison jumelle et deux concepts énergétiques complètement différents.
Une maison jumelle et deux concepts énergétiques complètement différents.

(mei) Le jour où l'architecte Heribert Binz a visité la maison en bois de Simone Niggli-Luder à l'occasion d'une journée portes ouvertes, il était loin de s'imaginer y faire la connaissance de l'un de ses futurs commanditaires, lequel lui proposerait un projet reposant sur une situation initiale passionnante : sa famille et celle de sa belle-sœur avaient acheté une parcelle dans le petit village de Noflen, situé sur une colline entre l'Aar et la vallée de la Gürbe.

Il était prévu d'y construire deux maisons particulières autonomes : l'une conforme au standard Minergie-P, l'autre dotée d'une isolation conventionnelle. M. Binz a accepté de relever le défi. Au cours du processus de planification, les deux maisons particulières se sont de plus en plus rapprochées – jusqu'à former une maison jumelle. Il n'en fallait pas moins répondre aux exigences complètement différentes des deux maîtres d'ouvrage, à savoir des performances énergétiques maximales d'un côté et la simple conformité aux normes minimales de l'autre.

La façade ouest, qui bénéficie d’un magnifique panorama alpin, joue avec le thème de l’enveloppe extérieure spacieuse. Avec une terrasse, un balcon suspendu, un balcon français et une loggia, toutes les formes de balcons y sont représentées.
La façade ouest, qui bénéficie d’un magnifique panorama alpin, joue avec le thème de l’enveloppe extérieure spacieuse. Avec une terrasse, un balcon suspendu, un balcon français et une loggia, toutes les formes de balcons y sont représentées.

Un tout harmonieux

Le résultat est un bâtiment d'apparence uniforme – malgré des modes de construction différents et des façades de teintes variées. Heribert Binz y est parvenu, notamment grâce à une succession subtile de quatre genres de « formes de balcons », allant de la terrasse à la loggia. Impossible par contre de reconnaître à première vue qu'il s'agit en fait de deux bâtiments, l'un en bois et l'autre en dur. Heribert Binz a aussi largement tenu compte des proportions : la hauteur, la largeur et la longueur des fenêtres et des pièces sont en rapport avec des entiers simples. En effet : « Les proportions dans des rapports de nombres entiers ont un effet harmonieux sur nous », commente l'architecte.

Chaque maison est chauffée par une pompe à chaleur air-eau. Le bâtiment au standard Minergie-P utilise en outre une installation solaire pour la production d'eau chaude. Sur le plan de la consommation d'énergie, les deux maisons profitent du fait qu'elles ont un mur en commun et donc seulement trois murs extérieurs. L'architecte est ravi de cette solution, car elle montre qu'il est possible de satisfaire différentes exigences sans pénaliser aucune des parties.

Une couleur et beaucoup de nuances : le sol en PU de la salle de bain est insolite.
Une couleur et beaucoup de nuances : le sol en PU de la salle de bain est insolite.

Jeux de couleur réussis

Dans l'aménagement intérieur du bâtiment Minergie-P, le bois joue également un rôle important : il recouvre sols et plafonds. Pour le sol, les maîtres d'ouvrage ont choisi un parquet foncé en chêne scié brut, alors que le plafond en bois de sapin contraste par sa teinte très claire. Au-dessus du rez-de-chaussée se trouve un plafond acoustique portant, ce qui absorbe beaucoup de bruit dans une famille avec trois enfants et garantit une acoustique agréable. Le vestibule et les salles de bain ont un sol en PU brun clair qui, selon le niveau de lumière, apparaît plus ou moins foncé et crée un jeu de couleurs captivant.

La cuisine est rouge clair avec un plafond acoustique et un parquet foncé.
La cuisine est rouge clair avec un plafond acoustique et un parquet foncé.

Enfin, les murs sont revêtus d'un enduit d'argile que la maîtresse d'ouvrage et ses ouvriers ont appliqué eux-mêmes en dix jours seulement. Une démarche qui s'est avérée avantageuse. La maîtresse d'ouvrage sachant comment mettre en œuvre le matériau, elle peut elle-même retoucher les endroits qui présentent des défauts. La cuisine ouverte, située avec le coin salle à manger à un niveau inférieur, est la seule pièce où les teintes ne font pas preuve de retenue. La façade de cuisine est toute en rouge clair, obtenu à base de rouge pur et de blanc. La cuisine a non seulement belle apparence, mais elle est aussi bien située : devant l'évier, on a un point de vue panoramique sur la campagne et les environs, qui s'étend jusqu'à la chaîne des Alpes dans le lointain.

Informations additionnelles

infomaison Imprimer l'article