Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Architecture : Construite avec la forêt

La maison d'habitation conçue pour une famille de trois personnes est énergétiquement efficace, économique et spacieuse. Elle repose sur le concept raumHaus, développé par le cabinet d'architectes h2c.

Sa situation en bordure directe de la forêt est exceptionnelle, mais ce fut aussi un défi pour les architectes.
Sa situation en bordure directe de la forêt est exceptionnelle, mais ce fut aussi un défi pour les architectes.

(jgl) La maison, sise à Uitikon Waldegg, non loin des limites de la ville de Zurich, est un peu en hauteur, entre la route cantonale et la forêt. Elle a été construite pour remplacer un bâtiment datant de 1937. Sa situation en bordure directe de la forêt est exceptionnelle. Cependant, elle était aussi un défi pour les architectes : « La demande de permis de construire a été plus complexe que pour un objet comparable, rapporte Philipp Hauzinger du cabinet d'architectes h2c, car le canton, la commune et le garde-forestier de l'arrondissement étaient tous impliqués ». Malgré tout, on a pu commencer à construire en l'espace de six mois. « Les maîtres d'ouvrage nous ont laissé les coudées franches au niveau de la conception et ils étaient ouverts à de nouvelles idées », relate Anna-Lena Heldt, la partenaire de Philipp Hauzinger. Les maîtres d'ouvrages ont découvert leur bureau h2c, dont le siège est à Beinwil am See, en lisant un article de la NZZ am Sonntag : « RaumHaus est plus qu'une maison, c'est un concept », déclarent Philipp Hauzinger et Anna-Lena Heldt à propos de l'objet qu'ils ont déjà bâti pour eux-mêmes en 2009. « Un maximum d'espace pour un minimum d'argent, une grande efficience énergétique et une élégance architecturale », telles étaient leurs ambitions pour leur première œuvre, qui était à la fois un prototype et dans lequel ils vivent et travaillent aujourd'hui avec un enfant et un chien.

Les murs restants d'une annexe protègent le coin à manger extérieur couvert du bruit de la route, au-dessus se trouve une terrasse, d'où part un escalier menant à la terrasse du toit.
Les murs restants d'une annexe protègent le coin à manger extérieur couvert du bruit de la route, au-dessus se trouve une terrasse, d'où part un escalier menant à la terrasse du toit.

La forêt comme voisin

« Cette idée nous a tout de suite convaincus pour plusieurs raisons », déclare la maîtresse d'ouvrage, « la liberté d'aménagement intérieur, les matériaux naturels, le concept énergétique et la réduction au strict nécessaire étaient pour nous des éléments essentiels ». De plus, ils voulaient une maison qui réponde entièrement à leurs besoins, qui soit si possible énergétiquement efficace, et puisse réagir aux particularités du terrain. Le concept RaumHaus était suffisamment souple pour cela. Sur la façade orientée vers la route, qui est fortement exposée au bruit de la circulation, il y a peu d'ouvertures. La maison est construite sur la cave du bâtiment précédent : « Cela explique pourquoi le plan au sol n'est pas rectangulaire », commente Philipp Hauzinger. De l'arrière, les vastes ouvertures donnent l'impression que la forêt fait partie de l'espace intérieur : au rez-de-chaussée, on peut voir le sous-bois, au premier étage, on se croit en pleine forêt et sur la terrasse du toit, on peut laisser glisser son regard à perte de vue sur les cimes des arbres et le panorama alpin. La surface habitable de 145 mètres carrés est répartie sur deux étages. Les murs parallèles au mur extérieur côté route et l'escalier transversal structurent l'intérieur et créent un enfilement de pièces intéressant. À l'étage supérieur, une étagère de onze mètres de long sépare les deux chambres à coucher de la zone ouverte, qui est utilisée à la fois comme coin travail et salon de musique. La salle de bains est entre les deux chambres et accessible par les deux côtés.

Le coin cuisine-salle à manger avec vue sur l’espace habitable du rez-de-chaussée.
Le coin cuisine-salle à manger avec vue sur l’espace habitable du rez-de-chaussée.

Le rez-de-chaussée abrite la cuisine, un séjour ouvert, une toilette avec douche, l'entrée et le local technique. Les murs restants d'une annexe protègent le coin à manger extérieur couvert du bruit de la route, au-dessus se trouve une terrasse, d'où part un escalier menant à la terrassedu toit.

L'utilisation du même matériau pour le sol, les murs et les plafonds crée un genre de peau intérieure qui relie les pièces entre elles.
L'utilisation du même matériau pour le sol, les murs et les plafonds crée un genre de peau intérieure qui relie les pièces entre elles.

Efficiente à tous points de vue

La construction de la maison en panneaux de bois en billes, perméables à la diffusion de vapeur, est visible à l'intérieur. « Cette solution est économique », commente Philipp Hauzinger. Mais ce n'est pas tout : l'utilisation du même matériau pour le sol, les murs et les plafonds crée une sorte de peau intérieure qui relie les pièces entre elles. La construction du bâtiment, dont les éléments ont déjà été préfabriqués avec des installations intégrées dans la halle de fabrication n'a pris que deux jours. En plus de son architecture pratique et économique, la maison en question devait fonctionner le plus possible en autarcie énergétique : « En ce qui concerne ses besoins en chaleur de chauffage, elle correspond au standard de la maison passive », déclare Anna-Lena Heldt. On chauffe avec un poêle suédois à pellets ; sur le toit végétalisé, des capteurs solaires assurent la production d'eau chaude et une installation photovoltaïque garantit la production d'électricité. Une façade en  résineux imprégné en autoclave entoure l'ouvrage sobre. « Il s'agit d'un matériau qui résiste à l'humidité et s'impose en raison de la proximité de la forêt », explique Philipp Hauzinger. S'ils pouvaient revenir en arrière, y-a-t-il quelque chose qu'ils feraient autrement ? « Quelques détails peut-être, mais rien de bien important », déclarent les maîtres d'ouvrage qui, à leur demande, ont été étroitement impliqués dans le processus de construction. Les architectes du cabinet h2c ont beaucoup apprécié cet engagement, eux qui réalisent déjà deux autres « raumhaus » – l'une adaptée aux personnes âgées, et l'autre située à flanc de coteau. Cela prouve que le concept raumHaus est une démarche programmatique qui peut s'appliquer, quels que soient les souhaits de chacun et la situation du terrain.

Informations additionnelles

Philipp Hauzinger Imprimer l'article