Architecture : Une maison mitoyenne modernisée

Du remplacement du chauffage à l'assainissement énergétique : voici comment une famille a rénové sa maison mitoyenne à Saint-Gall. Ceci en améliorant de beaucoup, et pour ainsi dire accessoirement, sa qualité d'habitat.

L'isolation interne a permis de préserver le caractère du lotissement de maisons mitoyennes.
L'isolation interne a permis de préserver le caractère du lotissement de maisons mitoyennes.

(mei) En fait, les maîtres d'ouvrage voulaient seulement remplacer le chauffage de leur nouvelle acquisition, une habitation mitoyenne de fin de rangée de 4 pièces, datant de 1948. C'était aussi plus que nécessaire. En effet, l'ancien poêle à accumulation de chaleur fonctionnant au mazout, qui se trouvait dans l'espace salon/salle à manger du rez-de-chaussée et sa citerne de stockage en plastique à la cave, dégageaient une forte odeur de mazout. Par ailleurs, comme le plafond de la cave était mal isolé, le sol de l'espace salon/salle à manger était bigrement froid. Même dans les trois pièces situées au premier étage, les chambres des parents et des deux enfants, il ne faisait pas spécialement chaud. La distribution de la chaleur à partir du poêle à accumulation de chaleur vers l'étage supérieur se faisait par un conduit à air et seulement deux de ces trois pièces pouvaient être chauffées.

Un concept énergétique au lieu de mesures isolées

En s'entretenant avec l'architecte et l'écobiologiste de la construction Peter Wenig, les maîtres d'ouvrage n'ont pas tardé à réaliser que le remplacement du chauffage se révélait plus compliqué que prévu, car le système de distribution de la chaleur devait également être complètement revu. M. Wenig leur a recommandé à cet égard la chaleur de rayonnement des chauffages muraux : « Ils ont l'avantage d'être particulièrement agréables et efficaces, ce qui permet de réduire en conséquence la puissance de chauffage. »

La pièce maîtresse du nouveau chauffage est le poêle à accumulation de chaleur en pisé, qui attire le regard dans l'espace salon /salle à manger, bien qu'étant alimenté par des bûches depuis la cuisine.
La pièce maîtresse du nouveau chauffage est le poêle à accumulation de chaleur en pisé, qui attire le regard dans l'espace salon /salle à manger, bien qu'étant alimenté par des bûches depuis la cuisine.

Par ailleurs, l'architecte leur a conseillé de remédier tout d'abord à la mauvaise isolation du bâtiment, pour ne pas devoir acheter un système de chauffage qui aurait été surdimensionné si l'isolation avait été faite ultérieurement. Les maîtres d'ouvrage ont opté pour une isolation intérieure en laine de mouton, panneaux allégés de laine de bois et crépi d'argile. Ce type d'isolation a l'avantage de pouvoir bien absorber et restituer l'humidité. Le fait d'opter pour une isolation intérieure avait des raisons esthétiques, car c'était la seule solution permettant de préserver le caractère du lotissement de maisons mitoyennes, situé en plein centre de Saint-Gall. D'autre part, une isolation extérieure aurait fait perdre beaucoup de luminosité à la maison, du fait des petites fenêtres et des embrasures considérables.

À petite mesure, grand effet : un rideau de feutre épais servant de transition entre l'entrée et l'espace salon/salle à manger fait office d'isolation.
À petite mesure, grand effet : un rideau de feutre épais servant de transition entre l'entrée et l'espace salon/salle à manger fait office d'isolation.

Afin d'améliorer l'étanchéité de l'enveloppe du bâtiment, les maîtres d'ouvrage ont fait remplacer les fenêtres des pièces, qui dataient encore de l'année d'édification. En outre, les fenêtres restantes et la porte d'entrée ont été optimisées sur le plan thermique : le double vitrage a été remplacé par du verre isolant et un joint d'étanchéité a été rajouté dans la feuillure. Une autre mesure était l'isolation du plafond de la cave. En hiver, un rideau de feutre épais servant de transition entre l'entrée et l'espace salon/salle à manger empêche que la chaleur de rayonnement du poêle et du chauffage mural ne s'échappe. « La différence de température entre les deux côtés du rideau est bien perceptible », déclare la maîtresse d'ouvrage Daniela Lieberherr pour expliquer le succès de cette mesure simple.

Le réchauffement de l'eau sanitaire se fait à l'aide de panneaux solaires montés sur le toit, dont le taux de couverture solaire est d'environ 70 %.
Le réchauffement de l'eau sanitaire se fait à l'aide de panneaux solaires montés sur le toit, dont le taux de couverture solaire est d'environ 70 %.

Le choix du chauffage s'explique également par des considérations esthétiques : les maîtres d'ouvrage ont opté pour un poêle à accumulation de chaleur en pisé, qui attire le regard dans l'espace salon/salle à manger, bien qu'étant alimenté par des bûches depuis la cuisine. Le réchauffement de l'eau sanitaire est assuré à 70 % par des panneaux solaires montés sur le toit. Les dimensions de cette installation solaire sont telles qu'elle sert de chauffage d'appoint pendant l'entre-saison.

Un espace plus ouvert

Le WC, jadis dans l'entrée, a dû être aménagé à la cave pour des raisons de place.
Le WC, jadis dans l'entrée, a dû être aménagé à la cave pour des raisons de place.

Les maîtres d'ouvrage ne se sont pas contentés d'un assainissement énergétique : un espace plus ouvert au rez-de-chaussée enlève un peu de son étroitesse à la maison de 68 m². Dans cette optique, on a supprimé quelques murs pour que le salon/salle à manger forme désormais une seule pièce. De plus, le WC, situé auparavant dans l'entrée, a dû être aménagé à la cave. La salle de bain avec WC se trouve à l'étage.

Le papier peint qui remonte à l'année de la construction est vieux, rétro et de nouveau tendance.
Le papier peint qui remonte à l'année de la construction est vieux, rétro et de nouveau tendance.

Afin d'utiliser au maximum le peu de place dans l'entrée, les maîtres d'ouvrage y ont intégré une rampe menant à l'escalier de la cave, qui sert en même temps d'étagère à chaussures. Par ailleurs, la rénovation a permis de dégager le parquet que le propriétaire précédent avait recouvert d'un sol stratifié. Le papier peint de l'entrée date aussi de l'année de la construction.

Remplacement des installations électriques

En dehors du plan, les installations électriques ont fait aussi l'objet de remaniements. « Les valeurs des champs électriques et magnétiques alternatifs que nous avions mesurées à l'emplacement des lits pendant la phase de planification étaient très élevées », relate M. Wenig. Les maîtres d'ouvrage ont donc décidé de remplacer les installations électriques par de nouvelles, qui ont été posées compte tenu de certains critères de la construction écobiologique. Il leur tenait aussi à cœur de s'informer sur la pollution électromagnétique que chacun génère, notamment en utilisant le réseau sans fil ou les téléphones sans fil, comme les téléphones Dect. Depuis, le maître d'ouvrage et sa fille ont retrouvé un sommeil de qualité et les maux de tête dont ils se plaignaient depuis l'emménagement ont de nouveau disparu. Ainsi, les mesures prises ont amélioré non seulement le bilan énergétique de la maison, mais aussi le confort d'habitat.

Informations additionnelles

infomaison Imprimer l'article