Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Architecture : Un habitat moderne dans un bâtiment ancien

Un confort d'habitat contemporain, tout en préservant autant que possible l'ancienne substance du bâtiment : voilà le principe auquel s'est orienté l'assainissement de la plus ancienne maison d'habitation du village bernois d'Oppligen.

l’assainissement de la plus ancienne maison d’habitation du village bernois d’Oppligen.
L'assainissement de la plus ancienne maison d'habitation du village bernois d'Oppligen.

(mei) Les personnes rêvant de vivre dans une ferme ne souhaitent sans doute pas devoir emprunter un escalier extérieur pour accéder à l'étage supérieur. Ce fut pourtant le quotidien du couple de maîtres d'ouvrage après leur emménagement dans cette ferme, construite à Oppligen en 1697. En effet, les chambres de l'étage supérieur étaient jadis séparées du rez-de-chaussée. C'est là que vivaient les servantes et valets de ferme, qui bénéficiaient d'un accès indépendant à leurs chambres. Petite touche de confort : les maîtres d'ouvrage pouvaient faire passer leurs enfants à l'étage supérieur par un orifice dans le plafond, lequel servait autrefois au chauffage. Le couple avait acheté la ferme aux parents du maître d'ouvrage en 1988. Devant quitter Oppligen pour des raisons professionnelles, ils l'ont mise en location à partir de 1994. Ils y sont revenus en 2017, une fois que les enfants avaient pris leur envol et les conditions professionnelles évolué. Une chose était claire pour tous les deux : la ferme devait être assainie de fond en comble et le confort d'habitat sensiblement amélioré. 

La cuisine aérée et claire est le point de mire de la maison.
La cuisine aérée et claire est le point de mire de la maison.

Tout a commencé par une bonne planification

Ils ont choisi comme architecte Urs Ewald, du cabinet d'architecture Dällenbach Ewald à Steffisburg, en raison de son expérience en termes d'assainissement d’anciennes maisons d'habitation protégées. Après le mesurage du bâtiment, une analyse de la substance et une étude des possibilités architecturales, Urs Ewald a réalisé un concept, qu'il a soumis au service de protection du patrimoine. L'objectif était de conserver le plus possible la substance existante du bâtiment. Parallèlement, certaines mesures architecturales devaient rendre confortable la vie dans cette ancienne ferme. Le service de protection du patrimoine a donné son feu vert. Si bien qu'encore en 2017, l'assainissement de la partie habitable de la ferme – rien n'a été modifié dans l'annexe – a pu commencer. Les travaux ont duré neuf mois. 

Le plancher ayant été rabaissé, la hauteur de pièce dans la salle de séjour et la salle à manger est désormais nettement supérieure à deux mètres.
Le plancher ayant été rabaissé, la hauteur de pièce dans la salle de séjour et la salle à manger est désormais nettement supérieure à deux mètres.

De nouvelles hauteurs de pièce assurent davantage de confort 

Une chance que jusqu'ici la ferme ait été « épargnée » de toute mesure de rénovation. « La substance originale du bâtiment était largement préservée. Seul le toit avait été remplacé », précise Urs Ewald. « Nous avons réparé ce qui devait l'être et effectué quelques modifications ». Le plan a aussi été remodelé. Une nouvelle salle de bains a été créée, laquelle est aménagée dans l'ancienne annexe. Les maîtres d'ouvrage peuvent désormais accéder à l'étage supérieur par un escalier intérieur et un pont, qui surplombe la cuisine, seule pièce du bâtiment dont la hauteur s'étire sur deux étages. Toutes les autres pièces étaient très basses en raison de la hauteur des plafonds. C’est pourquoi le plancher a été rabaissé au rez-de-chaussée et le plafond surélevé à l'étage, de façon à obtenir partout une hauteur minimale de 2,05 mètres. Ce n'est pas fastueux, mais à la différence d'autrefois, un adulte peut maintenant se redresser même au premier étage. Quelques ouvertures supplémentaires ciblées apportent davantage de lumière à l'intérieur des pièces. En outre, la maison a été en partie redressée. Une meilleure isolation de l'enveloppe extérieure et l'installation d'un chauffage – autrefois l'ancien poêle en faïence dans la salle de séjour était la seule possibilité de chauffage – permettent également au bâtiment de répondre aux attentes actuelles en termes d'efficience énergétique. 

Le nouveau pont à travers la cuisine relie les deux étages.
Le nouveau pont à travers la cuisine relie les deux étages.

La cuisine reste le point de mire 

Encore après l'assainissement, le point de mire de la maison reste la cuisine, laquelle servait autrefois de fumoir. Les anciennes barres auxquelles les saucisses étaient jadis suspendues ont été préservées en souvenir. Les parois ainsi que le plafond en bois n'ont pratiquement pas non plus été touchés. En revanche, l'agencement de la cuisine est neuf. Pour parvenir à adapter aux aspérités de la paroi les cinq mètres d'armoires de cuisine – uniquement des consoles basses – ainsi que le plan de travail, le menuisier s'est servi d'un instrument laser de prise de mesures. La façade noir mat de la cuisine s'inscrit clairement dans l'air du temps. Le contraste marquant entre moderne et ancien a été sciemment recherché, précise Urs Ewald : « Nous ne voulions pas artificiellement vieillir les nouveaux éléments intégrés dans le cadre de l'assainissement, mais clairement afficher leur statut de nouveauté moderne. Dans le cadre du remplacement du bois aussi, nous avons sciemment choisi un contraste avec le bois existant. » Les maîtres d'ouvrage sont satisfaits du résultat de l'assainissement et du gain de confort. Ces rénovations ont cependant eu leur prix : en raison des nombreux travaux sur l'ancienne substance et l'ajout consciencieux de nouveaux éléments, les coûts correspondent plus ou moins à ceux d'une nouvelle construction. 

La vaste salle de bains ne laisse rien deviner de son ancienne affectation de grange.
La vaste salle de bains ne laisse rien deviner de son ancienne affectation de grange.

Vidéos concernant l'architecture

01_AR_videos_teaser_kl

Nous vous présentons des reportages remarquables sur l'architecture, avec de belles photos et vidéos. Laissez-vous inspirer !

Vers les vidéos
Informations additionnelles

Christian Helmle Imprimer l'article