Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Architecture : Quand le toit devient centrale électrique

Une ferme du village de Bretiège, dans le Seeland, séduit par sa toiture orientée sud peu commune: elle se compose d'une installation photovoltaïque intégrée au bâtiment qui remplace les tuiles conventionnelles. L'esthétique soignée a convaincu les maîtres d'ouvrage, mais aussi la protection des monuments historiques et du patrimoine culturel.

(mei) La deuxième maison la plus ancienne de Bretiège, dans le Seeland bernois, a connu une histoire mouvementée: construite en 1764, elle a d'abord longtemps été utilisée comme ferme traditionnelle. Les années 90 ont marqué une nouvelle ère, avec deux changements successifs de propriétaires et une division en plusieurs logements dans le cadre d'une propriété par étages évitée de peu. Le bâtiment a finalement été acquis en 1997 par les époux Doris et Marcel Lobsiger-Schürch, désireux d'en préserver l'unité.

La salle de bains dotée d’une grande baignoire a été enduite à l’eau de chaux.
La salle de bains dotée d’une grande baignoire a été enduite à l’eau de chaux.
L’escalier tournant vers la droite est conforme aux principes ayurvédiques de la construction saine.
L’escalier tournant vers la droite est conforme aux principes ayurvédiques de la construction saine.

Une ferme dédiée au bien-être

Début 1998, le couple de maîtres d'ouvrage a lancé les premiers travaux de transformation, qui devaient durer près d'un an. «Nous avons réalisé une sorte d'opération de «chirurgie réparatrice» et supprimé toutes les subdivisions créées pour les logements en propriété, éliminant au total quelque 24 tonnes de béton et environ 10 camions de briques », se souvient Doris Lobsiger-Schürch. Elle a attaché beaucoup d'importance à l'aspect écologique de la rénovation: outre les parquets en sapin et en chêne, elle a également huilé les nombreux cadres de fenêtres de la grande maison et choisi des matériaux naturels tels que l'argile et l'eau de chaux comme crépi, ainsi que du marbre et de la chaux pour les enduits. Cette conscience écologique ne doit rien au hasard. Le couple est formé à l'Ayurvéda et connaît également très bien ses principes de construction saine – appelés Vaastu. C’est d'ailleurs pour cela que la maison comporte un nombre impressionnant d'arrondis: cette science indienne préconise d'éviter les angles droits. Le résultat de tous ces efforts est une maison dans laquelle on se sent vraiment bien.

Installation photovoltaïque malgré la protection des sites

2013 a marqué une nouvelle étape de la réhabilitation, au cours de laquelle la toiture a également été rénovée. «Pour apporter notre pierre à l'édifice de l'avenir énergétique, nous avons opté pour un toit avec une installation photovoltaïque », explique Marcel Lobsiger-Schürch. Mais il a d'abord fallu la trouver. Comme le bâtiment est classé au titre de la protection des monuments historiques et du patrimoine culturel, seules les toitures dont l'esthétique était compatible avec la protection du site entraient en ligne de compte – même si le pan de toit concerné ne donne pas sur le cœur du village de Bretiège.

En 2013, le toit classique a été transformé en minicentrale électrique.
En 2013, le toit classique a été transformé en minicentrale électrique.

Des tuiles un peu différentes

C'est auprès de l'entreprise Solaire Suisse de Munisenges que les maîtres d'ouvrage ont trouvé leur bonheur. La société est spécialisée dans les installations photovoltaïques intégrées au bâtiment, avec des tuiles solaires imitant des écailles, qui remplacent complètement les tuiles classiques et sont à l'épreuve du froid, de la chaleur, de l'humidité, de la grêle, du vent et de la neige. Ces tuiles autonettoyantes peuvent être posées sur des toits de toutes dimensions, à l'inclinaison minimale de 3°. La « vitrine » de l'entreprise est la plus grande centrale solaire intégrée au monde, à savoir celle de Saint-Charles International, à Perpignan, en France, qui comprend 97'000 tuiles solaires. L'installation de Bretiège est beaucoup plus modeste, avec 312 tuiles posées, pour une production de courant estimée à 30'000 kWh par an. Malgré un chauffage au mazout, le bilan énergétique du vieux bâtiment est désormais équilibré. Si l'on tient compte de ce chauffage que le couple de maîtres d'ouvrage a conservé, il existe même une neutralité énergétique entre l'énergie produite et consommée. L'autre particularité du pan sud de la toiture est l'intégration de tuiles transparentes, qui permettent une meilleure utilisation de la lumière du jour à l'étage supérieur.

Des tuiles spéciales transparentes complètent les tuiles solaires et rendent la maison très lumineuse.
Des tuiles spéciales transparentes complètent les tuiles solaires et rendent la maison très lumineuse.

Les hôtes sont les bienvenus

La rénovation du toit constituait la dernière étape de la transformation du bâtiment dans l'immédiat. Mais les maîtres d'ouvrage voient plus loin, et songent déjà à remplacer, le moment venu, le chauffage au mazout par une alternative écologique. Il est également question de poser des capteurs solaires pour le chauffage de l'eau chaude sanitaire, dont l'installation photovoltaïque pourrait être équipée a posteriori. Cette mesure transformerait même la maison en bâtiment à énergie positive. Mais pour l'instant, Doris et Marcel Lobsiger-Schürch se réjouissent simplement de la place qu'offre leur ferme: ils y ont aménagé plusieurs chambres d'hôtes qu'ils proposent en B&B, avec ou sans soins ayurvédiques.

L’entrée – presque comme autrefois.
L’entrée – presque comme autrefois.

Vidéos concernant l'architecture

01_AR_videos_teaser_kl

Nous vous présentons des reportages remarquables sur l'architecture, avec de belles photos et vidéos. Laissez-vous inspirer !

Vers les vidéos
Informations additionnelles

infomaison / ldd Imprimer l'article