Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Durée du contrat de location déterminée

Si, dès le départ, le bailleur sait qu'il ne veut louer son objet immobilier que pour une durée limitée dans le temps, il sera plus avisé de conclure un contrat pour cette durée déterminée.

C'est par exemple le cas quand le bailleur projette d'habiter lui-même sa maison ou son logement au moment de sa retraite et que cette retraite doit survenir cinq ans après la conclusion du bail. Le bail à durée déterminée est alors non résiliable et prend fin sans autre à la date convenue entre les parties. Ce genre de contrat ne nécessitant aucune résiliation, la procédure d'annulation du congé prévue aux art. 271 ss. du CO est exclue. Le locataire a ainsi juste la possibilité de demander une prolongation du bail.

Si le bail fixe se prolonge, sans réaction des deux parties, après écoulement du contrat, le bail à durée déterminée peut se transformer en un bail à durée indéterminée.

Conseil : en perspective d'une éventuelle procédure en prolongation, le bailleur devrait mentionner expressément dans le contrat le motif éventuel de sa volonté de conclure un bail à durée déterminée.

Imprimer l'article