Protection des données

Les cookies nous aident à mieux adapter notre site web à vos intérêts et à vos besoins. En utilisant ce site web, vous consentez à l'utilisation de cookies et à notre directive sur la protection des données.

Vente immobilière : un courtier sérieux vaut son prix

Un bon courtier facilite la vente d'une maison. Tous les courtiers ne sont toutefois pas sérieux. Voici comment faire votre choix et pourquoi une telle collaboration en vaut la peine.

Courtier
Celui qui désire vendre son immeuble se demande en général s'il souhaite le faire seul ou avec l'aide d'un courtier.

(mei) Lorsque vous souhaitez vendre votre maison ou votre appartement, vous avez le choix entre mandater un courtier ou vous charger personnellement de la vente. Autrement dit : est-il possible d'économiser les honoraires d'un courtier ? Les experts le déconseillent. Et pour cause ! La vente de votre maison ou de votre appartement constitue souvent la transaction financière la plus importante de votre vie. Il est question de centaines de milliers de francs, parfois même davantage. Économiser les honoraires d'un courtier est un mauvais choix. Un courtier sérieux coûte deux à trois pour cent du prix de vente, parfois même moins. C'est de l'argent bien investi, s'il parvient à négocier pour vous un prix plus fort.

Les avantages avec un courtier

En effet, les pièges sont nombreux, lors de lavente du bien-fonds par vos propres moyens : la fixation du prix de vente, la rédaction du contrat, mais aussi et surtout le processus de vente. Par exemple lorsqu'un acheteur potentiel vous semble antipathique ou s'il émet des propos négatifs au sujet de votre maison. La plupart des propriétaires se sentent attaqués lorsqu'une personne critique les carreaux choisis avec amour ou la cuisine, pourtant rénovée avec soin. Un courtier possède la distance nécessaire par rapport à l'objet et peut donc mieux gérer la critique. Par ailleurs, de nombreux intéressés sont déstabilisés lorsque le propriétaire fait lui-même visiter l'objet. Ils sont gênés de regarder de plus près et par exemple d'ouvrir des tiroirs. Le courtier présente encore un autre avantage : grâce à ses nombreuses relations, il trouve plus rapidement un acheteur – ce qui est sans doute dans l'intérêt du vendeur. En revanche, si le courtier n'est sollicité qu'après que le propriétaire a essayé vainement de vendre son bien-fonds, il est possible que l'objet en question ait déjà mauvaise réputation sur le marché et qu'il se vende plus difficilement.

Les caractéristiques d'un bon courtier

Les courtiers sérieux sont généralement membres d'une association, comme l'USFI ou la Chambre des courtiers de l'USFI. Le courtier doit connaître la branche et avoir déjà quelques années d'expérience. En outre, il doit vous convenir : pour qu'il puisse travailler de manière fructueuse, le bien-fonds à vendre doit correspondre à sa structure d'offre. Il est donc judicieux de demander aux courtiers pouvant entrer en ligne de compte quels objets ils ont vendus ces dernières années. Un courtier professionnel inspectera votre objet en détail, sur place bien évidemment, et vous enverra une offre qui vous propose un prix de vente ainsi que les prochaines étapes. Les courtiers qui vous déclarent déjà au téléphone le prix auquel ils pourront vendre votre maison ne travaillent pas de manière sérieuse. Enfin, lors du choix du courtier, il est important aussi de se fier à son intuition. Même si cela peut sembler alléchant, n'attribuez pas automatiquement le mandat au courtier qui vous promet le prix de vente le plus élevé. Si le prix est trop élevé, vous ne pourrez sans doute pas vous départir de votre bien-fonds. Il peut parfois être judicieux de fixer un prix plutôt bas et de demander aux personnes intéressées de soumettre leur meilleur prix. Il est fort possible que vous réalisiez ainsi un prix plus élevé que celui initialement promis par le courtier.

Ce qui doit faire partie du contrat

Une fois que vous avez trouvé votre courtier, vous concluez un contrat avec lui, lequel l'autorise à se charger de la vente et stipule le montant de sa commission ainsi que les conditions y afférentes. Il faut également convenir du droit du courtier à une commission si vous trouvez personnellement un acheteur. Les membres de l'USFI possèdent un contrat-type, qu'il ne vous reste plus qu'à adapter. Il est recommandé en outre de convenir avec le courtier d'un reporting mensuel, dans lequel sont listés le nombre de visiteurs qui ont vu le bien-fonds, quels ont été les motifs qui ont justifié les refus et quels sont les frais d'annonce. Pour éviter les mauvaises surprises, il est conseillé de convenir que vous validiez au préalable chaque débours. Après quoi, rien ne devrait plus s'opposer à la vente de votre maison en toute sérénité.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article