Le marché immobilier en Suisse : stagnation des prix

En Suisse, longtemps les prix des logements en propriété ont inexorablement suivi une tendance rectiligne : la progression. En 2017, le marché de l'immobilier s'est refroidi et l'augmentation des prix a ralenti. Cette tendance devrait se maintenir en 2018.

En 2017, le marché de l'immobilier s'est refroidi et l'augmentation des prix a ralenti. Cette tendance devrait se maintenir en 2018.
En 2017, le marché de l'immobilier s'est refroidi et l'augmentation des prix a ralenti. Cette tendance devrait se maintenir en 2018.

(rh) En Suisse, des années durant, les prix des logements en propriété n'ont cessé d'augmenter. Depuis 2007, de 73 % à Zurich, 59 % à Genève et 53 % à Bâle. Également en dehors de ces centres, les prix sont un tiers à 60 % plus élevés. Sur comparis.ch/immobilien/preisentwicklung, vous pouvez consulter en ligne l'évolution des prix de l'immobilier dans votre commune. À Oberwinterthur, par exemple, le prix des offres pour un appartement en propriété par étage (PPE) a passé de 4380 à 6750 francs le mètre carré (plus 57 %) et pour une maison individuelle de 761'000 à 1'190'000 francs (plus 60 %). Depuis 14 ans, la faiblesse des taux, le manque d'alternatives de placement et la croissance de la demande n'ont cessé de pousser les prix de l'immobilier vers le haut.

La croissance des prix ralentit

Selon l'indice SWX IAZI Private Real Estate Price, en comparaison annuelle (3e trimestre), les prix des transactions pour la PPE ont progressé de 1,8 % et de 3,2 % pour les maisons individuelles. Wüest & Partner estime que les prix des offres pour la PPE ont baissé de 0,8 % tandis que ceux des maisons individuelles enregistrent une augmentation de 0,5 %. Dans pratiquement toutes les régions, les prix les plus élevés sont en dessous de ceux pratiqués l'année précédente. Cela confirme la tendance allant vers une baisse de la demande. Même les personnes gagnant bien leur vie ne peuvent plus s'offrir n'importe quel prix, comme l'illustre un exemple de calcul d'IAZI : les personnes qui touchaient en l'an 2000 un salaire annuel de 120'000 francs et possédaient des fonds propres à hauteur de 150'000 francs pouvaient s'offrir un appartement de 109 mètres carrés à Zurich. Aujourd'hui, elles doivent se contenter de 58 mètres carrés. 

Prémunissez votre habitation judicieusement

infobox_produktewerbung_gvb_terra_haende_mittel

Quiconque place toute sa fortune dans une maison devrait soigneusement prémunir ces investissements par une assurance contre des séismes.

En savoir plus
* 3e trimestre 2017, prix du mètre carré | Source : Wüest & Partner, Zurich

Appartement en propriété par étage

Taux de logements vacants

(juin 2017)

Statistiques des logements proposés

Durée d'insertion

(2e trimestre 2017)

Prix proposé*

(médiane)

Prix de la transaction*

Prix record*

Suisse

0,5 %

4,8 %

70 (71) jours

6710 francs/m2

6800 francs/m2

Bâle

0,0 %

1,1 %

 

8620 francs/m2

9530 francs/m2

15'200 francs/m2

Berne

0,0 %

0,7 %

 

7050 francs/m2

7780 francs/m2

14'500 francs/m2

Genève

0,4 %

4,0 %

 

11'890 francs/m2

13'740 francs/m2

30'800 francs/m2

Lausanne

0,3 %

3,0 %

 

9590 francs/m2

10'720 francs/m2

27'700 francs/m2

Zurich

0,1 %

1,4 %

 

11'730 francs/m2

12'990 francs/m2

26'400 francs/m2

* 3e trimestre 2017, prix pour maison individuelle de 6 à 6,5 chambres | Source : Wüest & Partner, Zurich

Maison particulière

Taux de logements vacants

(juin 2017)

Statistiques des logements proposés

Durée d'insertion

(2e trimestre 2017)

Prix proposé*

(médiane)

Prix de la transaction*

Prix record*

Suisse

0,7 %

3,3 %

61 (65) jours

1'155'000 francs

900'000 francs

Bâle

0,1 %

1,1 %

 

1'264'420 francs

1'916'000 francs

2'884'000 francs

Berne

0,3 %

0,6 %

 

1'130’520 francs

1'601’000 francs

2'406’000 francs

Genève

1,4 %

9,1 %

 

1'444'650 francs

2'081'000 francs

3'245'000 francs

Lausanne

0,0 %

7,8 %

 

1'350'420 francs

1'600'000 francs

2'486'000 francs

Zurich

0,1 %

0,8 %

 

1'693'490 francs

2'442'000 francs

3'741'000 francs

2018 : l'année de la stagnation

Les prix élevés à très élevés et les critères de viabilité financière plus stricts des banques ont refroidi le marché de l’immobilier. Cette année, les prix de l'immobilier devraient encore afficher une légère hausse ou rester à un niveau stable. Les maisons individuelles tireront un peu mieux leur épingle du jeu que les appartements en propriété par étage. Pour 2018, les experts de Wüest & Partner tablent sur une augmentation des prix de 0,5 % pour les appartements en propriété par étage et de 1,1 % pour les maisons individuelles. Les taux encore bas, le recul des activités de construction, la croissance économique réelle (pronostic PIB plus 2 %), la faiblesse du taux de chômage (de 3 % selon l'estimation du SECO) et la baisse de la taxe sur la valeur ajoutée qui doit relancer la consommation privée entraveront une réelle baisse des prix.

L'argent reste bon marché

Après les élections présidentielles aux États-Unis, les taux ont augmenté dans le monde entier, pour se fixer ensuite à nouveau à un niveau plus bas. Ils ne sont certes plus aussi faibles que ces dernières années, mais l'argent reste encore bon marché en comparaison historique. Ceci ne devrait pas changer de sitôt. Les experts financiers du Credit Suisse ne s'attendent pas à ce que la Banque Nationale Suisse modifie sa fourchette des taux directeurs (moins 1,25 à moins 0,25 %) au cours des douze prochains mois. Ils estiment que les taux des hypothèques à taux fixe et Libor de courte durée resteront stables, tandis que ceux des hypothèques à taux fixe de longue durée devraient afficher une légère hausse. 

Informations additionnelles

ImagePoint Imprimer l'article