C'est ainsi que vous obtiendrez des fonds propres pour le financement d'une habitation vous appartenant

C'est en Suisse que les banques accordent le plus de prêts hypothécaires. Il y a cependant des alternatives aux banques comme prêteurs. Citons par exemple les compagnies d'assurance, les caisses de pension ou les employeurs. Sans oublier la famille ou les amis et les connaissances. Comment les prêteurs se différencient-ils ?

06_finanzierung_eigen-_und_fremdkapital_kreditgeber_quer

Les Suisses financent traditionnellement leur habitation via leurs banques. La plupart procèdent de la sorte, parce que c'est plus facile que de rechercher des alternatives. Mais depuis que des comparateurs Internet observent le marché, les Suisses sont plus sensibles aux prix. Ils comparent les conditions et changent de banque, s'ils peuvent en fin de compte économiser de l'argent. Les modèles hypothécaires sont comparables, seul le conseil peut éventuellement faire la différence. Le facteur décisif est cependant de plus en plus souvent le prix, à savoir le taux d'intérêt.

Prémunissez votre investissement judicieusement

infobox_produktewerbung_gvb_terra_haende_mittel

Quiconque place toute sa fortune dans une maison devrait soigneusement prémunir ces investissements par une assurance contre des séismes.

En savoir plus

Assurances, caisses de pension ou employeur

Les compagnies d'assurance proposent également des prêts hypothécaires. De préférence aux clients qui ont contracté des assurances auprès d'elles. La chance de bénéficier de conditions avantageuses est d'autant plus forte que la prime d'assurance est élevée. Une assurance-vie est un meilleur argument qu'une assurance inventaire du ménage. L'inconvénient, c'est que les compagnies d'assurance ne proposent en général que des hypothèques à taux variable ou des hypothèques à taux fixe. En outre, beaucoup d'entre elles évaluent les biens-fonds plus sévèrement et octroient des prêts moins élevés que les banques.

C'est également l'inconvénient auprès de nombreuses caisses de pension. Cependant, le fait d'être plus fortement lié à l'employeur par un prêt hypothécaire de la caisse de pension pèse sans doute encore plus lourd pour les salariés. Lors d'une résiliation du contrat de travail, les conditions seront adaptées au marché ou – c'est la règle – le prêt hypothécaire deviendra exigible et devra être amorti. Cela constitue aujourd'hui un inconvénient plus grave que par le passé, parce que nous changeons (ou devons changer) plus souvent d'emploi que nos parents ou nos grands-parents. Ce qui vaut pour les prêts hypothécaires des caisses de pension est bien sûr également valable pour les prêts hypothécaires des employeurs : la dépendance du travail et du chef sont un prix cher à payer pour une réduction souvent modique du taux d'intérêt.

Famille, amis ou connaissances

Souvent, les compagnies d'assurance, les caisses de pension ou les employeurs n'accordent que les premières hypothèques. Qui a besoin de plus d'argent doit se le procurer ailleurs. Quoi de plus naturel que de s'adresser à la famille, à ses amis ou à ses connaissances ? C'est une bonne idée, si les conditions – montant du crédit, taux d'intérêt, date d'exigibilité des intérêts, sécurités, modalités de remboursement et résiliation – sont réglées. La conclusion d'un contrat de prêt écrit est recommandée, car l'amitié s'arrête pour beaucoup avec l'argent. Mais si l'emprunteur et le prêteur sont d'accord sur les conditions, ils profitent tous deux : l'emprunteur paie en général moins d'intérêts qu'auprès d'une banque, tandis que le prêteur touche plus d'intérêts que sur un compte d'épargne.

Les conditions et affaires compensatoires doivent être vérifiées

Les prêts hypothécaires de compagnies d'assurance, de caisses de pension ou d'employeurs sont souvent liés à des conditions : affaires de compensation avec les compagnies d'assurance ou loyauté envers les caisses de pension et les employeurs. L'offre est en outre le plus souvent limitée aux hypothèques à taux variable et aux hypothèques à taux fixe à court et à moyen terme. Qui souhaite contracter une hypothèque du marché monétaire ou s'assurer le taux d'intérêt historiquement bas pendant plus de cinq ans, finira presque inévitablement par s'adresser à une banque. Il y obtiendra un taux d'intérêt certes un peu plus élevé, mais n'aura aucun engagement envers son chef ou un conseiller en assurances. Quant aux affaires financières entre parents, amis ou connaissances, il convient de se demander ce qui est plus important : la relation personnelle ou économiser un peu d'argent ?

 

Informations additionnelles

ImagePoint (reka prod.) Imprimer l'article