T3 2017 : les hypothèques conservent leur niveau plancher

Cette année une fois encore, les taux d'intérêt pour les hypothèques fixes ont quasiment fait du surplace au cours du troisième trimestre. En dépit de la persistance des taux plancher historiques, la demande a créé la surprise en privilégiant des durées extrêmement courtes au détriment des échéances moyennes. C'est ce que révèle le dernier Baromètre des Hypothèques de comparis.ch.

Les hypothèques à taux fixe sur dix ans étaient supérieurs de 0,02 point de pourcentage à celui de la période précédente ; taux indicatifs atteignaient 1,47 % à la fin du troisième trimestre. Les hypothèques à taux fixe sur cinq ans et sur deux ans n’avaient pratiquement pas bougé, eux non plus, et affichaient respectivement 1,07 % et 0;95% en fin de période.

Prémunissez votre investissement judicieusement

infobox_produktewerbung_gvb_terra_haende_mittel

Quiconque place toute sa fortune dans une maison devrait soigneusement prémunir ces investissements par une assurance contre des séismes.

En savoir plus

La demande en durées courtes gagne du terrain

Le succès des échéances longues, qui sont traditionnellement les plus demandées en Suisse, se confirme encore. Avec 79,4 % de l'ensemble des demandes, leur part reste exactement au même niveau qu'à la fin du trimestre précédent. « Au cours des six premiers mois, les durées à long terme avaient perdu en attractivité, faisant par conséquent évoluer la demande vers les durées à court et à moyen terme. Cette tendance est stoppée pour l'heure », ajoute Marc Parmentier, expert Banque chez Comparis.

Parmi les données observées, la demande en échéances courtes a augmenté de 0,7 point de pourcentage sur le troisième trimestre – passant de 3,0 % à 3,7 %. Cette hausse s’est opérée au détriment des échéances à moyen terme. Alors qu'elles ont pu se développer de façon marquante durant les six premiers mois de l'année, elles ont accusé un recul au cours du troisième trimestre pour passer de 17,6 % à 16,9 %. « Les emprunteurs suisses aiment pouvoir planifier de manière sûre, leur préférence va donc en priorité à des durées longues. Il est surprenant que les échéances courtes aient enregistré une telle hausse dans une phase de taux bas », poursuit l'expert. « Il est tout à fait possible que l'idée de taux hypothécaires bas se soit ancrée dans l'esprit des emprunteurs et que ces derniers se soient tournés intentionnellement vers des échéances plus courtes, avec des taux plus bas. »

Source: comparis.ch
Source: comparis.ch

La Banque centrale européenne reste attachée à ses plans

La fluctuation modérée des taux hypothécaires qui persiste depuis le début de l'année devrait toucher à sa fin dans un avenir proche. « Le moteur économique de la zone euro tourne à un régime qu'il n'avait pas atteint depuis longtemps et le relèvement des taux directeurs n'est plus qu'une question de temps », explique M. Parmentier. « Cependant, certaines incertitudes politiques demeurent – comme la situation délicate dans laquelle se trouve l'Espagne – incertitudes qui pourraient ébranler la confiance des marchés dans la stabilité de la zone euro. »

Pour l'instant rien n'indique toutefois que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait s'écarter de ses plans qui visent à réduire son programme de rachat de titres obligataires. Pas plus tard que la semaine dernière, Sabine Lautenschläger, membre du directoire de la BCE, faisait savoir que le moment d'un retrait progressif d'une politique monétaire ultraexpansive était venu.

Source: comparis.ch
Source: comparis.ch

Informations additionnelles

comparis.ch Imprimer l'article