Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Vente de maison : que faire de l'hypothèque en cours ?

On trouve souvent sur le marché des hypothèques fixes d'une durée de 8 à 10 ans, pratiquement au tarif des hypothèques d'une durée de 2 à 3 ans. Mais de nombreux preneurs d'hypothèques préfèrent ne pas se lier à si long terme – même s'il existe des solutions.

Lorsque les enfants s'en vont, la maison devient souvent trop grande pour de nombreux propriétaires.
Lorsque les enfants s'en vont, la maison devient souvent trop grande pour de nombreux propriétaires.

(pd) Même lorsque les propriétaires ont construit eux-mêmes leur maison, il arrive avec le temps, que les besoins et les circonstances des habitants évoluent. Une jeune famille doit peut-être déménager pour des raisons professionnelles, un couple plus âgé pourrait souhaiter échanger sa maison contre un appartement quand les enfants s'en vont. Dans ces deux cas, il existe des solutions lorsqu'une hypothèque fixe est encore en cours au moment de la vente. Certes ces solutions ne sont pas totalement gratuites, mais on profite longtemps d'intérêts bas si l'on n'est pas contraint de vendre.

Variante 1 : conserver l'hypothèque

Celui qui vend sa maison pour en racheter une ailleurs peut normalement transférer son hypothèque sur le nouvel objet.

Variante 2 : transmettre l'hypothèque au nouvel acheteur

Plus l'acheteur est intéressé par un objet, mieux on pourra l'inciter à reprendre également l'hypothèque en cours. Si la banque donne son accord, cette solution s'avère souvent intéressante pour les deux parties. Le vendeur ne doit verser aucune indemnité de dissolution et l'acheteur reçoit le cas échéant une hypothèque meilleure marché que s'il en avait conclu une nouvelle.

Lors que les taux d'intérêt du marché sont plus bas que l'intérêt de l'hypothèque fixe que l'on souhaite transmettre, on peut dédommager loyalement l'acheteur pour ses frais supplémentaires (voir aussi variante 3). Lorsque les intérêts actuels sont plus élevés, l'acheteur réalise un gain, que l'on peut éventuellement considérer comme bonus pour les négociations de vente.

Prémunissez votre investissement judicieusement

infobox_produktewerbung_gvb_terra_haende_mittel

Quiconque place toute sa fortune dans une maison devrait soigneusement prémunir ces investissements par une assurance contre des séismes.

En savoir plus

Variante 3 : dissoudre l'hypothèque de manière anticipée

Lorsque ni la première ni la seconde variante n'entrent en ligne de compte, une hypothèque fixe peut, dans la plupart des instituts, être dissoute de manière anticipée si l'objet est vendu. Important : ici également des délais de résiliation doivent être respectés dans de nombreux cas. Lorsqu'une hypothèque fixe est dissoute de manière anticipée, le prestataire place l'argent pour la durée restante de l'hypothèque. Si le produit du placement est plus petit que l'intérêt hypothécaire pour la durée restante, le preneur de crédit doit assumer cette perte. Par contre, lorsque l'argent peut être placé à un taux meilleur que celui de l'intérêt hypothécaire, il perçoit en général une indemnité de dissolution.

Alternative : l'option sur taux d'intérêt de l'hypothèque monétaire (Libor)

L'hypothèque Libor, que l'on assure à long terme par le biais d'une option sur taux d'intérêt, présente une toute autre approche. Ce qui pourrait sembler singulier n'est en fait rien d'autre qu'une assurance contre les intérêts trop élevés. Pour une prime unique, on obtient la garantie que l'intérêt ne dépassera jamais un certain pourcentage pendant la durée de l'hypothèque. Avec une telle garantie, il est possible de vendre sa maison sans problème à tout moment et de résoudre l'hypothèque sans frais de dissolution. Au contraire : si les intérêts ont entre-temps progressé, il est même progressé, il es même possible que l'on perçoive de l'argent en retour.

Informations additionnelles

Hans Rausser Imprimer l'article