Location ou achat : que choisir ?

Louer ou acheter un logement : les deux ont des avantages et des inconvénients. Le taux d'intérêt actuel ne devrait d'ailleurs pas être le seul critère à prendre en compte. Il faudrait aussi prêter attention à son évolution.

La décision de louer ou d'acheter un logement répond rarement à des critères rationnels.
La décision de louer ou d'acheter un logement répond rarement à des critères rationnels.

(msc) La décision de louer ou d'acheter un logement répond rarement à des critères rationnels. Dans la plupart des cas, l'envie de posséder un logement à soi est tellement grande que l'acheteur prendra volontiers en compte des dépenses sensiblement plus importantes que les frais de location. De plus, sur le plan de la construction, les appartements et les maisons en propriété sont réputés être de meilleure facture ou répondre à des normes plus élevées. Une qualité qui ne se reflète pas entièrement dans le calcul des coûts.

Prémunissez votre investissement judicieusement

infobox_produktewerbung_gvb_terra_haende_mittel

Quiconque place toute sa fortune dans une maison devrait soigneusement prémunir ces investissements par une assurance contre des séismes.

En savoir plus

Deux règles d'or

Toute personne qui songe sérieusement à devenir propriétaire peut faire siennes ces deux règles d'or concernant les fonds propres et le revenu. D'une part, il faut disposer de fonds propres s'élevant à 20 % au moins du prix d'achat. Il s'agit de ne pas oublier d'intégrer dans les calculs un montant supplémentaire pour les frais de notaire et les impôts. D'autre part, concernant le revenu : si le futur propriétaire est en mesure de débourser des fonds propres correspondant à 20 % du prix d'achat, 6 % du prix d'achat ne devraient pas représenter plus d'un tiers du revenu brut annuel. Par conséquent, si une maison coûte 800'000 fr., le futur acheteur devrait posséder au moins 160'000 fr. de fonds propres et gagner 144'000 fr. par an.

Surveiller du coin de l'œil l'évolution des taux d'intérêt

D'après Adrian Wenger du VermögensZentrum VZ à Zurich, les acheteurs potentiels commettent fréquemment l'erreur de considérer le taux hypothécaire isolément, comme critère de décision le plus important. L'évolution future des taux d'intérêt et d'autres risques, tel que l'invalidité, la perte d'emploi, le divorce ou un décès sont souvent ignorés ou négligés. Ce sont pourtant ces risques qui revêtent une importance décisive pendant la durée de la propriété. On joue souvent avec les angoisses de l'emprunteur en attirant son attention sur l'augmentation constante des taux d'intérêt. En réalité, au cours des 15 dernières années. Les phases où les intérets augmentent sont la plupart du temps relativement courtes. Les emprunteurs qui avaient conclu des hypothèques à taux fixe ont donc payé nettement trop d'intérêts.

La proximité des transports publics est un atout 

En principe, on ne peut que recommander d'acheter des biens immobiliers bien situés : ils ne perdront que peu de leur valeur, même si la conjoncture économique s'assombrit. Dans le canton de Berne, il s'agit, par exemple, des communes situées sur les rives ensoleillées du lac de Thoune ou dans les faubourgs de Berne, tels que Spiegel et Muri. En outre, des facteurs qualitatifs, tels que la vue et l'ensoleillement, le bon raccordement aux transports publics, ainsi que la proximité des écoles et des voies de communication importantes sont primordiaux.

Informations additionnelles

infomaison Imprimer l'article