Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Où mettre l'animal domestique défunt ?

Les obligations du détenteur d'un animal vont au-delà de la mort de celui-ci : la dépouille d'un animal mort doit être éliminée conformément aux lois. Ceci dépend, le cas échéant, du poids de l'animal.

La dépouille d’un animal mort doit être éliminée conformément aux lois. Ceci dépend, le cas échéant, du poids de l’animal.
La dépouille d’un animal mort doit être éliminée conformément aux lois. Ceci dépend, le cas échéant, du poids de l’animal.

(mei) Bien que cela soit peu réjouissant, celui qui détient un animal de compagnie et qui, avec le temps, s'y est attaché, doit aussi faire face à la réalité que l'animal n'est pas immortel. A sa mort, une dernière décision doit être prise : que faire du petit compagnon qui, en fait, n'est souvent petit qu'en apparence ?

Nombreuses possibilités

Il est légalement prescrit que la dépouille d'un animal domestique doit être éliminée correctement. Le plus simple est d'apporter la dépouille à un centre d'élimination de cadavres d'animaux domestiques. C'est ici que sont aussi acheminés les animaux morts chez le vétérinaire et pour lesquels le détenteur n'a pas émis de souhaits particuliers. Celui pour qui le centre d'élimination de cadavres d'animaux semble dépourvu d'affection, peut faire incinérer son animal auprès d'un crématoire pour animaux. Selon le crématoire, il est possible de faire enterrer les cendres dans une tombe commune ou une tombe individuelle ou encore de se faire remettre l'urne funéraire. Le détenteur peut aussi placer l'urne dans une tombe d'un cimetière pour animaux ou la conserver chez lui afin, plus tard, d'être lui-même enseveli avec les cendres de son compagnon. Une autre alternative consiste à répandre les cendres dans la nature. Pour des raisons de protection des eaux, il n'est pas permis de verser les cendres dans un ruisseau, un lac ou tout autre cours d'eau.

Enterrer sous strictes conditions

Les détenteurs de petits animaux comme les cochons d'Inde, hamsters, oiseaux, chats ou petits chiens, ne pesant pas plus de dix kilos, peuvent les enterrer dans leur propre jardin. Dans ce cas, ils doivent être placés dans une caissette et enterrés à une profondeur d'au moins un mètre. Ceci empêche les autres animaux d'être attirés par l'odeur de l'animal en décomposition et de chercher à le déterrer. Lorsqu'on est locataire, il convient d'obtenir l'autorisation du propriétaire avant de commencer à creuser. Pour les locataires tout comme pour les propriétaires, il n'est pas permis d'enterrer dans le jardin des cadavres d'animaux pesant plus de 10 kilos. En outre, il est interdit d'enterrer des cadavres d'animaux dans la forêt, ceci, indépendamment de leur poids.

istockphoto Imprimer l'article