Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Des dégus heureux : des conseils pour les élever

Ces adorables rongeurs exotiques originaires du Chili sont sociables, très remuants et… un peu exigeants – en tout cas en ce qui concerne leurs conditions d'hébergement et leur nourriture.

Dégus
Dégus

(mm) Ils fouissent avec délice, se régalent de bains de sable, s'ébattent avec leurs congénères et dévorent sans répit tout ce qui leur tombe sous la dent et sous les griffes : voilà ce à quoi ressemble la vie quotidienne d'une colonie de dégus. Si vous choisissez ces rongeurs débordants de vitalité comme animaux de compagnie, vous êtes sûrs de ne pas vous ennuyer ! A condition toutefois que vos petits compagnons se sentent bien et que vous respectiez leurs besoins.

Elevage en groupe

Dans la nature, ils sont considérés comme une calamité dans les Andes chiliennes et vivent en grandes colonies pouvant compter plusieurs centaines d'animaux. On comprend dès lors qu'ils ne puissent absolument pas vivre seuls. Selon la Protection suisse des animaux PSA, les dégus doivent être au moins deux ou trois, former des groupes du même sexe ou des groupes mixtes. Si vous optez pour des groupes mixtes, il est recommandé de castrer les mâles avant leur maturité sexuelle. En revanche, il est difficile de faire cohabiter des dégus ayant déjà atteint l'âge adulte. Les animaux qui n'ont pas été habitués à vivre ensemble ne doivent en aucun cas être placés dans la même cage… à moins que vous ne souhaitiez

Hébergement

Les dégus ne ressemblent pas seulement à un mélange de cochon d'Inde et de gerbille par leur aspect, mais aussi par leurs besoins : Ils doivent pouvoir vivre dans un espace leur offrant une grande liberté de mouvement ainsi que la possibilité de creuser et de grimper. Selon Eva Waiblinger de la PSA, des enceintes de plusieurs mètres carrés ou de grands terrariums couverts d'un grillage en acier zingué constituent la solution idéale. «Pour répondre aux besoins des animaux, il faut une surface de 150 x 60 cm pour une hauteur de 190 cm. Les dégus étant des proies, ils réagissent de manière sensible lorsqu’on les attrape par le haut : le conteneur doit donc également comporter un accès latéral.» Par ailleurs, compte tenu de leurs grignotages intempestifs, il est important de prévoir un terrarium en verre ou en métal dur. Quant à son emplacement, le terrarium devra être impérativement situé dans un endroit lumineux et calme, à l'abri de l'ensoleillement direct et des courants d'air.

Equipement de la cage

Les dégus sont des maîtres du fouissage et des fans de la grimpette. La cage doit donc être revêtue d'une litière en terre ou d'un mélange de copeaux et de foin de 50 cm d'épaisseur. Par ailleurs, elle doit comporter des équipements permettant aux animaux de grimper, avec de grosses branches et des perchoirs. La litière doit être toujours propre ; elle doit donc être partiellement ou entièrement renouvelée toutes les trois à quatre semaines selon le nombre d'animaux et la taille du terrarium. Des cachettes en forme de tubes, une gamelle à eau et une mangeoire résistant aux attaques des rongeurs – par exemple en céramique ou en verre – ainsi qu'un bain à sable doivent compléter l'équipement de la cage, sans oublier les matières fraîches à ronger, les matériaux de construction et les pierres leur permettant de faire leurs griffes. Les pierres doivent être fixées solidement sur le fond pour empêcher que ces fouisseurs invétérés ne soient écrasés quand ils creusent.

Alimentation

Le menu des dégus doit comporter de l'eau fraîche et une réserve constante de foin de qualité. S'y ajoutent les fourrages verts ainsi que la salade et les légumes, sans oublier les rameaux frais d'arbres non toxiques, notamment le noisetier et les arbres à fruits non traités. Selon la PSA, une alimentation diversifiée doit également comporter des graines d'herbes sauvages, des herbes sèches, de l'avoine fauchée avant la récolte et, de temps à autre, une noix ou une noisette avec sa coquille. En revanche, les fruits, les raisins secs et les légumes sucrés comme la citrouille ou la carotte doivent être évités, car les dégus sont particulièrement sujets au diabète de type 2.

Des dégus et des hommes

Si vous choisissez ces joyeux rongeurs comme animaux de compagnie, vous devez savoir que ce ne sont pas des animaux à cajoler. «On ne peut pas prendre les dégus dans les bras ni les câliner. Avec beaucoup de patience, on peut toutefois réussir à les apprivoiser, à leur faire prendre de la nourriture dans la main et à les gratter doucement du bout des doigts. Enfin, on ne peut pas les lâcher dans la maison car ils rongent absolument tout et sont très difficiles à attraper. Selon Eva Waiblinger, l'attrait de l'élevage des dégus consiste à pouvoir observer les comportements naturels très diversifiés de ces animaux d'une grande vivacité.

Informations additionnelles

ImagePoint (McPHOTO-Online) Imprimer l'article