Lampadaires

Au-delà d'un éclairage fonctionnel : les lampadaires modernes embellissent l'espace en jouant les sculptures.

« Luca Lean » de Maigrau
« Luca Lean » de Maigrau

(mei) A lui seul, un lampadaire ne saurait être le gage d'un bon éclairage. Encore faut-il qu'il s'intègre dans un concept général prenant en compte les besoins des occupants des lieux. L'important en la matière est de conjuguer différents types de luminaires et de lampes : spots et lampes boules au sol, lampes de lecture, lampes de table et lampadaires, mais aussi LED, halogènes ou lampes à basse consommation. « Les ampoules à incandescence et les tubes fluorescents produisent une lumière douce et régulière, avec des zones de transition nuancées entre lumière et ombre, tandis que les halogènes créent des contrastes et un effet théâtral », explique Philipp Kuntze, Directeur Concept et Vente chez Intraform. En particulier dans le coin séjour et salle à manger, il est indispensable de combiner différents types de lumière pour obtenir un éclairage adapté, qui apporte de la profondeur à l'espace.

Surtout pas d'effet « réverbère »

Selon Philipp Kuntze, il faut dans tout concept d'éclairage d'abord veiller à ne négliger ni les coins ni les sols. « Notre regard se dirige plutôt vers le bas que vers le haut », observe l'expert en aménagement d'intérieur. Or, lorsque le corps lumineux se trouve trop en hauteur, l'éclairage est souvent insuffisant à la base. Monsieur Kuntze n'hésite pas à comparer ce type de lampadaire à un réverbère. Bien que l'œil s'habitue rapidement à un mauvais éclairage, une perception négative perdure dans l'inconscient. Il est donc évident pour l'expert, qu'il ne suffit pas que les lampadaires soient fonctionnels. Au-delà, ils doivent aussi plaire esthétiquement et jouer le rôle de sculptures. Par ailleurs, plus la pièce est haute, plus un lampadaire doit avoir de volume. Comme exemples de luminaires au design particulièrement réussi, Philipp Kuntze cite « Tress » de Foscarini et « Luca Lean » de Maigrau.

« KOI » de Belux
« KOI » de Belux

« KOI » de Belux

En dépit de sa faible consommation électrique, le lampadaire « KOI » (Kreative Office Illumination) de Belux, créé par Naoto Fukasawa, peut éclairer jusqu'à quatre postes de travail. Ceci s'explique par la technologie performante utilisée ainsi que par la forme circulaire qui permet une répartition uniforme de la lumière. Etant donné que 70 % de la lumière est réfléchie par le plafond, « KOI » pourvoit à un éclairage ambiant qui évite toute fatigue visuelle. Cette innovation de la maison Belux a obtenu le label Minergie.

« Luca Lean » de Maigrau
« Luca Lean » de Maigrau

« Luca Lean » de Maigrau

Un lampadaire qui prend appui non sur le sol mais sur un mur – ainsi se présente « Luca Lean » de Maigrau. Simplement adossé contre la paroi, ce luminaire donne naissance à un superbe jeu d'ombres. Les deux pieds supports en chêne huilé et un abat-jour alliant textile et PVC, qui est également proposé en couleur, créent une ambiance sobre et architecturale, néanmoins très chaleureuse. Le corps lumineux se compose d'une ampoule à incandescence.

« Tube » de Christoph Anliker
« Tube » de Christoph Anliker

«Tube » de Christoph Anliker

Le Bernois Christoph Anliker a créé son lampadaire LED « Tube » en combinant le métal à du béton léger teinté, renforcé fibre de verre. Grâce aux propriétés du matériau utilisé, le refroidissement est particulièrement efficace, ce qui se traduit par une durée de vie élevée. Produit par la société Betonmöbel GmbH, ce luminaire est proposé en différents coloris et peut être équipé d'un variateur sur demande.

« Kubo » d'Innojok Oy
« Kubo » d'Innojok Oy

« Kubo » d'Innojok Oy

« Kubo » fabriqué par la société finnoise Innojok Oy, dont le propriétaire et CEO est aveugle, est censé avoir un effet préventif contre les dépressions hivernales. Constitué de trois éléments cubiques de différentes tailles, « Kubo » est une composition à la fois géométrique et sculpturale. Il a été conçu par le fameux architecte d'intérieur et designer Eero Aarnio dont les créations, souvent récompensées par des prix prestigieux, peuvent aussi être admirées au Musée Victoria et Albert de Londres ainsi qu'au Musée du design Vitra à Weil am Rhein (Allemagne).

« Queenlight » d'Andreas Janson
« Queenlight » d'Andreas Janson

« Queenlight » d'Andreas Janson

Signé Andreas Janson, « Queenlight » est un lampadaire qui se distingue par sa variabilité. Rien de plus facile que de lui faire changer d'apparence, il suffit pour cela de modifier la répartition des lamelles fixées sur les pivots d'une console circulaire. Autre caractéristique : les zones d'ombre et de lumière créées sont clairement délimitées. Le luminaire, qui est équipé de lampes basse consommation blanches, a vu le jour dans le cadre d'un chantier de construction pour lequel Andreas Janson avait été mandaté. « En tant que menuisiers, nous sommes fréquemment appelés à développer des concepts d'aménagement pour des logements, des bureaux ou des établissements de restauration, ce qui fait naître de nouvelles idées de produits. Nos clients sont heureux d'être ainsi à l'origine d'un prototype », dit Janson.

« Metall F. Cooper » d'Ingo Maurer
« Metall F. Cooper » d'Ingo Maurer

« Metall F. Cooper » d'Ingo Maurer

Créé par Ingo Maurer et son équipe, « Metall F. Cooper » est un lampadaire halogène dont la partie inférieure de la tige est fixe, tandis que la partie supérieure est flexible. Ainsi le réflecteur, qui peut tourner de 360° autour de l'ampoule, est réglable à volonté. En métal et matière plastique, ce lampadaire offre un réglage continu de l'intensité lumineuse par variateur.

« Athene » de Less'n'more
« Athene » de Less'n'more

« Athene » de Less'n'more

Le lampadaire LED « Athene » de Less'n'more, dont la silhouette minimaliste traduit bien le slogan de l'entreprise, possède aussi un habillage textile disponible en différents coloris. Signe particulier de cette lampe : le faisceau lumineux est réglable en continu et librement orientable.

Lampe à LED qui sert également de protection contre effractions

teaser_shop_ledon_guard_mittel

Peu importe que vous vous trouvez actuellement à la maison ou pas. La LEDON Guard unique au monde est une source de lumière et une simulation de présence dans une même lampe à LED. Pour utiliser la simulation automatique de lumière, il ne faut ni une appli ni un appareil de commande extérieur. 

Commandez dans le magasin en ligne
Informations additionnelles

ldd, Tom Vack, Munich Imprimer l'article