Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Décorer des espaces avec des tapis

Les papiers peints ont longtemps traîné une réputation de décors pour grands-mamans et pour petits bourgeois. Désormais, avec leurs couleurs pimpantes et leurs motifs multicolores, ils fêtent leur renaissance et on ne pourrait plus imaginer un intérieur sans leur présence.

« Rheinsberg » de Designers Guild
« Rheinsberg » de Designers Guild

(mei) Utiliser du papier pour décorer les murs remonte à la nuit des temps : les premières réalisations mettant à contribution cet art décoratif datent du XVIe siècle. Une abbesse, en effet, fit poser des tapisseries sur les murs de sa cellule. Les XVIIe et XVIIIe siècles se passionnèrent en Europe pour la culture chinoise et importèrent de l'Empire du Milieu des papiers d'une grande finesse à utiliser dans les intérieurs. Plus tard, le papier peint s'imposa dans la bourgeoisie où elle a représenté un moyen de donner du style à une demeure, technique fréquemment employée par la suite, jusque dans les années soixante-dix du siècle dernier.

« Grove Garden », papier peint de Osborne & Little
« Grove Garden », papier peint de Osborne & Little

Ensuite, cependant, la couleur a disparu de nos murs et, avec elle, les papiers peints. Les murs blancs, d'une grande austérité, sans motifs, ont remporté la victoire et ce n'est qu'avec ce nouveau siècle qu'ils commencent à passer de mode. Pour relancer les papiers peints et donc cet ancien moyen de donner du style, quelques fabricants font même appel à de grands stylistes tels que Karim Rashid, leur demandant d'en créer. A présent, les murs colorés et les papiers peints sont de retour. Clientes et clients apprécient de plus en plus cet accessoire d'aménagement des espaces. « Les gens ont à nouveau le courage d'oser la couleur », constate Martina Riedi, responsable de la vente des papiers peints chez Bernasconi à Zurich. C'est une opinion que partage la branche et les deux décoratrices d'intérieur Nina Kunz et Edith Anderegg du magasin de décoration intérieure bernois Edith Anderegg n'hésitent pas à affirmer que les papiers peints déclenchent des émotions et sont comme prédestinés pour des mises en valeur formidables.

« Folia Wallpaper », papier peint en non-tissé floqué de Osborne & Little
« Folia Wallpaper », papier peint en non-tissé floqué de Osborne & Little

Papier, non-tissé ou vinyle

Les temps où les murs étaient surtout recouverts de papier appartiennent depuis longtemps au passé. Aujourd'hui, on trouve sur le marché des tapisseries dans les matériaux les plus divers: non-tissé, vinyle ainsi que des textiles comme la laine, la soie ou le lin. De plus, il est possible de traiter les papiers peints par flocage en projetant d'autres matériaux, ce qui produit un effet 3 D.

Les différentes sortes de papiers peints se distinguent par leur aspect et par leur toucher, bien sûr, mais aussi par leur résistance aux mauvais traitements et par leur prix. Le non-tissé est particulièrement apprécié des bricoleuses et des bricoleurs amateurs. « L'avantage de ce genre de papier peint réside dans la simplicité de la pose », affirme Martina Riedi. Pour recouvrir un mur d'un papier peint en non-tissé, il n'est pas nécessaire de coller les lés l'un après l'autre. On peut s'attaquer au mur tout entier en une seule fois.

« Happy », papier peint en vinyle de BN International
« Happy », papier peint en vinyle de BN International

Des possibilités d'aménagement quasiment illimitées

Quand on décide d'opter pour un papier peint pour créer un décor, on a l'embarras du choix. Pour ce qui est des motifs et des couleurs, l'éventail va de discret à pop, de sorte qu'aucune limite n'est imposée à l'imagination et que tous les rêves peuvent être exaucés. Et si l'on ne trouve nulle part, dans aucune collection, un motif qui enthousiasme vraiment, l'impression numérique permet de réaliser un papier peint à partir d'une illustration que l'on aura fournie soi-même.

Notons cependant qu'il ne faut pas sous-estimer l'effet des papiers peints. « Les motifs verticaux et horizontaux modifient tout autant le caractère d'une pièce que la couleur du papier peint », rappelle Nina Kunz. L'effet des motifs tourmentés aux couleurs criardes recouvrant de grandes surfaces est totalement différent de celui qu'ils créent lorsqu'on les voit en petit format dans les catalogues d'échantillons. Ils peuvent même s'avérer un peu trop présents surtout dans les petites pièces. C'est pourquoi il suffit, dans la plupart des cas, de ne recouvrir qu'un seul mur, pour attirer les regards. Il peut même s'agir d'un mur avec une ouverture. Nina Kunz recommande de peindre le cadre de la fenêtre dans une couleur présente dans le papier peint, pour que l'ensemble soit harmonieux. Pour faire son choix, on devrait aussi tenir compte des caractéristiques de la pièce : quelles sont les qualités de la lumière ? Quelle est la hauteur des murs ? La pièce est-elle rectangulaire ou carrée?

Vérifiez et revérifiez

Acheter un papier peint demande réflexion. Outre l'effet qu'il fera dans la pièce, il faut également vérifier qu'il s'accordera avec les couleurs et les motifs déjà utilisés dans la pièce. « C'est la raison pour laquelle je recommande toujours aux gens de venir plusieurs fois dans notre salle d'exposition », précise Martina Riedi qui se rend aussi chez les clientes et les clients indécis. Edith Anderegg conseille en outre d'apporter des photos de la pièce lors du premier entretien dans le magasin et si possible aussi des échantillons des tissus déjà employés dans cette pièce. En procédant ainsi, le bon grain se sépare vite de l'ivraie, de sorte que le choix s'impose pour ainsi dire de lui-même. Tous ceux qui aménagent pour la première fois une pièce ou qui la redécorent intégralement disposent d'un avantage non négligeable : de nombreux fabricants de papiers peints comme Designers Guild ont également dans leur assortiment les tissus d'ameublement et pour rideaux, de sorte que rien n’empêche plus de réaliser un décor parfaitement harmonisé.

« Wallpower », papier peint avec impression numérique de Eijfinger
« Wallpower », papier peint avec impression numérique de Eijfinger

Excepté certains murs

Il faut un fond lisse pour poser des papiers peints, comme un enduit de plâtre d'une qualité standard élevée. C'est ici que surgissent les premiers problèmes pour les locataires, car les murs dans les appartements en location sont généralement rendus légèrement rugueux. Si l'on ne veut pas engager un peintre qui réalisera un enduit blanc, on peut recourir à un panneau de bois que l'on fixera devant le mur. Martina Riedi déconseille plutôt le bricolage : « Les lés sont posés bord à bord, si on veut éviter les raccords ratés, mieux vaut charger un pro d'effectuer le travail. » Edith Anderegg et Nina Kunz travaillent elles aussi avec un peintre pour que le résultat soit parfaitement réussi. N'oublions pas non plus que les papiers peints conservent leur fraîcheur pendant une dizaine d'années. Généralement, on ne les remplace pas parce qu'ils sont usés, mais parce que les goûts ont évolué.

ldd Imprimer l'article