Un paysage féérique

Les jardins ont beaucoup de charme en hiver aussi. La neige recouvre la nature d'un manteau blanc et, parfois, il suffit d'une froide nuit de brouillard pour que surgissent, comme par enchantement, des millions de cristaux de glace dans les arbres. Et si, de surcroît, le soleil se lève, le paysage semble avoir été frappé d'un coup de baguette magique.

Le brouillard givrant dépose de fines et fragiles aiguilles de glace sur les rameaux et les capitules remplis de graines.
Le brouillard givrant dépose de fines et fragiles aiguilles de glace sur les rameaux et les capitules remplis de graines.

En temps normal, les fins fils d'araignée qui dessinent leurs dentelles dans nos jardins sont à peine perceptibles. Il suffit cependant d'une nuit froide et humide pour qu'ils se transforment soudain en guirlandes de givre. Les feuilles en forme de poignards des yuccas se parent alors de pompons blancs. Après une nuit de gel, les bractées épineuses et brunes des cardères deviennent des chardons de cristal et il se peut même que le rouge des cynorrhodons gagne en intensité. Les feuilles au bord souligné d'un fin liseré blanc sont encore plus décoratives. Le jardin paré de ses ornements de givre nous entraîne dans un pays féérique où tout est transformé comme par enchantement, et où tout est étincelant. Où que l'œil se pose, les liserés de givre créent de nouvelles images. Le givre ne peut se former que si les températures sont inférieures à zéro et il faut également une forte humidité de l'air. Le vent favorise la croissance des cristaux. Ils se développent même contre le vent qui, toutefois, ne doit pas souffler trop fort, sinon il détruirait les délicats filigranes de givre.

Un monde enchanté qui brille de mille feux

Le givre agrémente les touffes de hautes graminées de panaches blancs et les métamorphose en personnages de légendes qui, pour quelques heures, règnent en maîtres dans le jardin. Il est bon de tenir compte de la magie de l'hiver au jardin quand on choisit des plantes. En n'étant pas uniquement attentifs aux couleurs des fleurs l'été, nous découvrons les beautés des feuilles en rosettes des molènes, des cardères, des vipérines (échiums), des saxifrages ou joubarbes. Parsemées de gouttelettes d'eau gelée, ce sont de merveilleux petits chefs d'œuvre. Les plantes en touffes dont les parties aériennes ne disparaissent pas complètement l'hiver, telles que les hellébores, les fougères au feuillage persistant et les brins d'herbe, redessinent les parterres l'hiver. Nimbés de neige ou enchâssés dans un cristal de glace, les capitules qui renferment les graines du sedum telephium, de l'échinacée ou des phlomis sont très décoratifs. Les arbustes à feuilles persistantes ne sauraient eux non plus être absents de ce tableau enchanteur. Les rameaux des conifères semblent encore plus bizarres lorsque des aiguilles de glace qui se brisent comme du verre viennent s'jouter aux manchons d'aiguilles vertes.

Le graphisme des feuilles de houx, de laurier-cerise, de buis ou de rhododendron est souligné par un fin liseré blanc. Revêtues de ces atours de cristal, les quelques feuilles aux couleurs d'automne qui pendent encore aux branches ou qui recouvrent le sol retrouvent une nouvelle noblesse. Dans ce conte de fées hivernal, les branches pittoresques du noisetier tortueux, du saule pleureur ou des petits arbres taillés en boules jouent un rôle important. La beauté des troncs des prunus, des platanes ou des rameaux du cornouiller rouge s'impose plus fortement pendant la saison froide.

La lumière veille, elle aussi, à faire varier les atmosphères. Lorsque les rayons du soleil hivernal s'enfoncent dans le brouillard matinal encore diffus, le givre commence à briller de mille feux. Les arbres décorés de gelée blanche qui se découpent sur un ciel d'un bleu parfait sont un enchantement. Si, par contre, le soleil est plus fort que le brouillard, la magie du givre disparaît rapidement. D'intéressantes féeries s'offrent aux regards dans la zone de la limite du brouillard. Ce sont des moments enchanteurs et rares dont il ne faut surtout pas se priver en hiver.

Informations additionnelles

revue « Schweizer Garten » Imprimer l'article