Protection des données

La protection de vos données nous tient à cœur. C’est la raison pour laquelle nous avons adapté notre directive sur la protection des données. Vous trouverez la dernière version ici. Si vous cliquez sur OK, vous acceptez la nouvelle politique de confidentialité.

Nous utilisons des cookies pour personnaliser des contenus, concevoir des annonces publicitaires sur mesure, proposer et mesurer des fonctions de réseaux sociaux et améliorer la sécurité de nos utilisateurs. En outre, nous informons nos réseaux sociaux, publicitaires et sociétés d’analyse partenaires de l’utilisation de notre site Internet. Lorsque vous cliquez sur OK, vous acceptez la saisie d’informations par des cookies sur le présent site Internet. Vous trouverez de plus amples informations sur nos cookies et sur la façon de garder le contrôle sur ceux-ci dans notre politique de confidentialité.

 

Protéger des animaux sauvages dans le jardin

Le jardin offre aux animaux sauvages de nombreuses possibilités pour y élire leur domicile et y trouver refuge. La préoccupation centrale sera de préserver un état aussi proche que possible de la nature et d'éliminer les sources de danger dans le jardin.

En ce qui concerne les animaux sauvages tels que hérissons, écureuils, chauves-souris ou lézards, il convient de se poser la question s'ils ne constituent pas plutôt un enrichissement pour le jardin.
En ce qui concerne les animaux sauvages tels que hérissons, écureuils, chauves-souris ou lézards, il convient de se poser la question s'ils ne constituent pas plutôt un enrichissement pour le jardin.

(pg) Nombreux sont les propriétaires à proscrire tout animal sauvage dans leur jardin pour lequel ils sont littéralement aux petits soins. C'est oublier que les animaux sauvages peuvent aussi être utiles dans l'entretien du jardin.

Même si la Suisse compte plusieurs centaines d'espèces sauvages, le terme sauvage est très relatif puisqu'on y croise rarement des ours, loups, lynx et ratons laveurs, et encore bien moins souvent dans nos jardins autochtones.

Les animaux sauvages, un enrichissement pour nos jardins

Les martres en revanche sont plus nombreuses, les renards aussi. Il n'est pas rare que leur présence se manifeste par des légumes qu'ils ont grignotés, la progéniture criarde des martres et les déjections des renards. La meilleure stratégie consiste à ne pas allécher ces animaux, en ramassant les fruits tombés à terre, en entreposant les sacs d'ordures dans des conteneurs et en préservant l'intégrité des légumes et des fruits par des filets bien tendus et aux mailles serrées.

En ce qui concerne les animaux sauvages tels que hérissons, écureuils, chauves-souris ou lézards, il convient de se poser la question s'ils ne constituent pas plutôt un enrichissement pour le jardin et qu'il conviendrait en conséquence d'aménager de manière aussi naturelle que possible pour qu'ils puissent y élire leur domicile. A cela s'ajoute que l'urbanisation des campagnes est une réalité croissante et qu'elles sont divisées par des routes. Dans ce contexte, les animaux sauvages ont besoin d'espaces supplémentaires où trouver refuge et ils peuvent apporter leur contribution à l'équilibre biologique d'un jardin proche de la nature.

Le hérisson – très assidu lorsqu'il s'agit de préserver le jardin

Le hérisson fait partie de ces invités qui n'ont pas l'habitude de causer des soucis. C'est ainsi qu'il hiberne durant cinq à six mois. Et le reste du temps, il est très utile lorsqu'il s'agit de débarrasser le jardin de limaces, d'escargots et de vers de terre, mais aussi de larves et d'araignées, qu'il consomme avec délectation. Des limaces et des escargots ? Tout à fait, ce pour le plus grand bonheur du jardinier. En guise de récompense, le jardinier peut lui octroyer un coin de jardin où la nature pourra s'épanouir librement.

Proche de la nature, ce n'est pas synonyme de dépotoir végétal

Un jardin proche de la nature, ce n'est pas nécessairement un jardin retourné à l'état sauvage, avec un sol jonché de détritus biologiques. Le hérisson sera tout à fait satisfait si on lui aménage un coin à l'ombre avec un petit tas de branchages ou de feuilles mortes. On crée ainsi de petits refuges qui non seulement attireront les hérissons, mais aussi musaraignes, petits lézards et insectes de toutes sortes. Lorsqu'ils sont peu taillés, les buissons, fourrés et haies se transforment en lieux de prédilection pour les hérissons, oiseaux et autres animaux qui y nichent et enrichissent ainsi la biodiversité.

Chauves-souris : fascinantes et importantes à la fois

Dans un jardin proche de la nature on peut avoir le plaisir d'observer les chauves-souris qui chassent au vol juste avant la tombée de la nuit. Elles sont une véritable attraction et exercent en outre un rôle important dans la limitation de la population des insectes nocturnes tels que les moustiques et les mites. Il n'est heureusement pas nécessaire de leur aménager des nichoirs. Il est utile aussi de ne pas colmater toutes les cavités dans les combles des maisons ou aux murs des dépendances et maisons de jardin.

Ne pas appâter les écureuils

Les écureuils aussi sont les bienvenus dans nos jardins. Si ces rongeurs tout ce qu'il y a de plus mignons investissent nos jardins où ils trouvent des glands, noisettes et cônes de sapin, c'est par manque de nourriture dans leur environnement habituel que sont les parcs et les bois. Lorsque les hivers sont durs, on peut les nourrir, mais de manière générale les écureuils se débrouillent très bien seuls.

Supprimer les sources de danger

Créer un espace de vie pratique pour les animaux, c'est aussi éliminer toutes les sources de danger. C'est ainsi que les puits d'aération, escaliers raides et piscines vides se transforment souvent en pièges mortels. Les puits d’aération devraient donc être recouverts d'un grillage à mailles serrées, et les piscines d'une bâche. Quant aux escaliers il convient de faire un contrôle régulier. Pour les piscines et étangs emplis d'eau, l'ami des bêtes prévoira de préférence une rampe pour en sortir. Il est tout indiqué aussi de faire attention en maniant des outils pointus, la tondeuse à gazon ou la débroussailleuse à fil.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article