Sauvegarder les abeilles dans votre jardin

Les abeilles sont en danger. En tant que propriétaire d'un jardin, diverses mesures vous aideront à les sauvegarder.

Diverses mesures aident les propriétaires de jardins à sauvegarder les abeilles.
Diverses mesures aident les propriétaires de jardins à sauvegarder les abeilles.

(sku) Les abeilles, bourdons et autres insectes fécondent les plantes utiles, assurent un bon rendement du jardin et contribuent à la préservation de la diversité des plantes. Les apiculteurs déplorent de plus en plus de disparitions de colonies d'abeilles. Les raisons précises de ce phénomène d'une étendue mondiale ne sont pas connues à ce jour. On suppose qu'il s'agit d'une corrélation entre différentes causes. Hormis les maladies, les parasites et l'emploi de pesticides, la détérioration du milieu naturel doit également être prise en considération.

En outre, le danger menace aussi les abeilles et bourdons solitaires. Il existe en Suisse entre 500 et 600 espèces d'abeilles sauvages. Près de 40 % de ces abeilles sauvages sont menacées d'extinction. La raison la plus probable de cette évolution est la disparition progressive, année après année, du milieu vital naturel des abeilles sauvages. Les plantes nourricières et les nichoirs font de plus en plus défaut. De nombreuses espèces d'abeilles sauvages sont également victimes de notre sens du propre en ordre. Les feuilles mortes, le bois mort, les tas de pierres et les brins d'herbe, entre autres, sont, systématiquement bannis de nos jardins.

Sélection ciblée et diversité des plantes de jardin

Les abeilles domestiques et sauvages ont besoin, durant toute l'année, de suffisamment de plantes florissantes. Ces plantes dites mellifères ne doivent pas présenter de lacunes. Les abeilles sont, en effet, capables de repérer de bons milieux et d'y revenir. Le manque momentané de nutriments exerce un effet négatif sur les abeilles. C'est surtout en fin d'été et en automne qu'une bonne offre en nutriments est importante, car c'est la période de formation des abeilles d'hiver à grande longévité. Une population robuste à l'entrée de l'hiver aura d'autant plus d'ardeur au travail le printemps venu.

Grâce à une sélection ciblée et une diversité de plantes, chaque propriétaire d'un jardin peut présenter une meilleure palette de nutriments et un meilleur milieu vital pour les abeilles, bourdons et autres pollinisateurs de plantes.

Plantes Floraison Valeur mellifère
     
Rose de Noël mars - avril moyenne
Nivéole de printemps mars - avril moyenne
Aconit d'hiver mars - avril moyenne
Crocus mars - avril bonne
Bruyère mars - avril
très bonne
Pensée mars - juin faible
Aubriète bleue avril - mai moyenne
Jonquille avril - mai faible
Alysson avril - juin bonne
Muscari avril - mai moyenne
Bergenia avril - juin moyenne
Heuchera sanguine mai - juillet faible
Pélargonium/Géranium mai - octobre faible
Rosier buisson mai - septembre moyenne
Fuchsia mai – octobre faible
Nigelle de Damas juin - juillet bonne
Concombre juin - août bonne
Orpin âcre juin - août bonne
Zinnia juin – septembre faible
Orpin blanc juin – septembre bonne
Campanule juin - septembre moyenne
Bégonia juin – octobre faible
Gazania juin – octobre moyenne
Tagètes juin – octobre faible
Thym juin – octobre bonne
Bourrache juin – septembre très bonne
Courge juin - septembre faible
Lys juin - septembre bonne
Souci juin - septembre bonne
Echinops juillet - octobre bonne
Lavande juillet - octobre bonne
Rose trémière juillet - octobre moyenne
Sarriette juillet - octobre faible
Dahlia juillet - octobre moyenne
Tournesol juillet - octobre bonne
Tournesol d'automne juillet - octobre très bonne
Capucine juillet - octobre moyenne
Echinacée juillet - octobre moyenne
Barbe bleue
juillet - octobre très bonne
Aster d'automne août - octobre bonne

Ce tableau démontre que de nombreuses fleurs appréciées dans les jardins telles que les pensées, jonquilles, géraniums, fuchsias, zinnias, bégonias et tagètes fournissent peu de nutriments pour les abeilles.

Semer des fertilisants verts

Etant donné que de nombreux légumes tels que les carottes, fenouils, betteraves et salades sont récoltés avant leur floraison, un pur potager ne constitue pas vraiment une bonne plantation mellifère. Il convient donc de favoriser des plantes qui fleurissent comme, par exemple, les petits pois, haricots, pommes de terre, tomates, courgettes et concombres. Mieux encore : laisser à l'occasion pousser un fenouil jusqu'à ce qu'il fleurisse. Après une récolte, les plates-bandes du jardin ne doivent pas rester trop longtemps vides. Les surfaces en jachère et les espaces entre les plates-bandes peuvent être parsemés de fertilisants verts. Les phacelia, blé noir ou une fertilisation verte persistante avec des sortes de trèfle sont particulièrement précieux pour les abeilles et les bourdons. Simultanément, la qualité du sol en bénéficie également. Par ailleurs, les sources de nutriments sont renforcées par des herbes vivaces telles que le thym, la lavande ou la mélisse que l'on laisse fleurir, ou par des plates-bandes de plantes persistantes. Ce sont justement les surfaces cultivées au minimum qui ont une grande importance pour les abeilles et les bourdons. Ils y trouvent une tranquillité et ne sont pas continuellement dérangés. Les paisibles bourdons terrestres peuvent notamment y établir leur nid.

Les arbustes à baies offrent aussi une précieuse nourriture. Les framboisiers, par exemple, sont visités par les abeilles pendant toute la durée de leur floraison. Les mûriers, les fraisiers et les groseilliers sont également de bons plants mellifères. Dans tous les cas, il est impératif de renoncer aux produits phytosanitaires nuisibles.

Pré fleuri plutôt que gazon

Les pelouses régulièrement tondues n'ont pratiquement aucune valeur pour les insectes utiles. Pour les abeilles et les bourdons elles ne sont qu'une jungle verte. Pourquoi, dès lors, ne pas laisser une partie de pelouse peu foulée se transformer en un pré fleuri ? Les plantes sauvages comme les dents de lion, renouées bistrotes ou trèfle incarnat comptent parmi les bonnes à très bonnes plantes mellifères. Un pré fleuri peut également se créer sous forme d'îlots au milieu du gazon. Une autre possibilité consiste à ne pas faucher un pré en totalité. En fauchant par étapes, des fleurs restent toujours sur place. Par ailleurs, le fauchage d'un pré durant la journée est un réel danger pour les abeilles mellifères. Contrairement aux bourdons, celles-ci se concentrent entièrement sur leur travail de récolte et n'arrivent pas à éviter les couteaux de la faucheuse.

Précieuses haies

Dans les haies poussent également de bonnes plantes mellifères. L'idéal est une haie d'arbustes indigènes avec des cornouillers, amélanchiers, osiers ou bourdaines. Le buis non taillé est également reconnu comme précieux producteur de pollen.

Ustensiles simples pour nichoirs d'abeilles sauvages

Avec des moyens simples, vous pouvez créer un espace vital pour les insectes utiles. Les matériaux suivants pour nichoirs permettent de les réaliser en toute simplicité :

  • Un morceau de bois pourri, un large joint de sable entre des dalles de pierre, des coquilles d'escargots vides ou des tiges de plantes creuses, offrent un nichoir idéal pour les abeilles sauvages.
  • Des cannes de bambou, tiges de framboisiers ou de sureau, bouts de bois creux ou briques de terre cuite peuvent facilement se transformer en une habitation pour abeilles sauvages. Les abeilles sauvages adoptent tout ce qui est creux ou moelleux.

Les ustensiles pour nichoirs doivent être placés à un endroit sec. Sous un toit, ils seront à l'abri de la pluie. Il convient en outre de ne pas placer ces ustensiles directement sur le sol en raison de son humidité. Trop d'humidité engendre de la moisissure, ce qui est également mortel pour les abeilles. Lorsque ces ustensiles sont en place, ne pas les déranger ni les nettoyer afin que les abeilles puissent éclore sans être dérangées.

…et pour les bourdons

Tout comme les abeilles mellifères et les abeilles sauvages, les bourdons contribuent assidument à la pollinisation des plantes porteuses de fruits. Pour leur reproduction, les bourdons recherchent des endroits secs ou semi-secs. Un petit tas d'herbe séchée peut déjà servir de nichoir pour les bourdons. Pour leur faciliter l'hibernation, placer l'un dans l'autre deux pots de terre cuite de différentes grandeurs et les remplir d'herbe sèche bien aérée. Les enterrer ensuite dans un endroit protégé du jardin. En l'occurrence, le trou d'évacuation d'eau du pot doit rester visible et émerger quelque peu du sol. Il servira de porte d'entrée au bourdon. Les bourdons sont des bêtes très paisibles. Lorsqu'ils ne sont pas harcelés, ils ne font pas usage de leur dard.

Informations additionnelles

istockphoto Imprimer l'article