Protection des données

Les cookies nous aident à mieux adapter notre site web à vos intérêts et à vos besoins. En utilisant ce site web, vous consentez à l'utilisation de cookies et à notre directive sur la protection des données.

Arrosage automatique pour le jardin

Les dispositifs d'arrosage permettent de fournir à tout moment à votre jardin ou à votre balcon les quantités d'eau nécessaires. Les modèles respectueux de l'environnement utilisent même de l'eau de pluie.

Pour les plates-bandes de rosiers justement, rien ne vaut un dispositif d'arrosage automatique.
Pour les plates-bandes de rosiers justement, rien ne vaut un dispositif d'arrosage automatique.

Si vous avez déjà transporté en mai des arrosoirs pleins pour apporter de l'eau en quantités suffisantes aux plantes de votre jardin, de votre terrasse ou de votre balcon, vous avez déjà eu un avant-goût de ce qui vous attend pendant les canicules estivales. Les installations d'arrosage apportent un certain soulagement bien qu'il faille les monter et les brancher à chaque utilisation. Tous ceux pour qui l'entretien de la floraison estivale est une servitude ont tout intérêt à installer un système d'aspersion automatique. Une fois qu'il a été monté et programmé par un spécialiste, on est débarrassé de la corvée de l'arrosage manuel.

Un système en grande partie invisible

Le bloc-vanne et les arroseurs escamotables sont placés dans le sol. Ces derniers sortent et rentrent de manière autonome pour procéder à l'arrosage.
Le bloc-vanne et les arroseurs escamotables sont placés dans le sol. Ces derniers sortent et rentrent de manière autonome pour procéder à l'arrosage.

Beat Künzli, gérant de Gartenbau Künzli AG à Ittigen et Interlaken, explique le fonctionnement du dispositif d'arrosage Eco Rain qu'il vend en tant que partenaire franchisé : « L'installation comporte jusqu'à cinq éléments, dont seuls le programmateur, le pluviomètre et le bloc-vanne sont visibles. Les éléments d'arrosage à proprement parler sont installés sous la surface du sol et ne sont apparents que lorsqu'ils distribuent l'eau. Ensuite, ils reprennent leur place dans le sol.» Le programmateur qui dirige l'ensemble du système est fixé à l'abri sur le mur de la maison. Le pluviomètre est monté à un endroit exposé aux intempéries. Il mesure le niveau des pluies et coupe le système lorsque c'est nécessaire afin que les plantes ne reçoivent pas trop d'eau. Le bloc-vanne est une petite boîte encastrée dans le sol, qui contient les vannes magnétiques commandant les différents éléments d'irrigation.

« Les éléments en question sont les arroseurs escamotables, les tuyères et les goutteurs », déclare Monsieur Künzli. Les arroseurs escamotables sont surtout utilisés pour les grandes surfaces de gazon comme les terrains de football, tandis que les tuyères sont idéales pour arroser les petites surfaces de gazon et les plantes délicates. Elles peuvent distribuer leur eau à une hauteur de 10 à 25 cm et sont donc particulièrement recommandées pour les plates-bandes de rosiers et parterres fleuris. Enfin, le goutteur (en partie visible) est notamment recommandé là où l'eau trouve difficilement son chemin jusque dans le sol, sous les arbres dotés de couronnes larges et sous les haies.

Pour des haies serrées, le goutteur est une solution idéale.
Pour des haies serrées, le goutteur est une solution idéale.

Une utilisation économique des ressources d’eau

Outre une charge de travail réduite, de tels dispositifs d’arrosage présentent également des avantages écologiques. Ils sont en effet programmés de manière à ne distribuer que la quantité d’eau dont les plantes ont effectivement besoin. Contrairement à l’arrosage au tuyau ou à l’arrosoir, on évite ainsi les excès d’eau. « Une irrigation de nuit limite en outre les pertes d’eau par évaporation et évite toute brûlure aux plantes », indique Monsieur Künzli qui dirige l’entreprise familiale dans sa troisième génération. Le système est encore plus respectueux de l’environnement lorsqu’il est alimenté par de l’eau de pluie. « Un bassin de 250 à 1’500 litres, dissimulé dans le sol, récolte l’eau de pluie et alimente le système avec jusqu’à 90 % de l’eau nécessaire », estime l’expert.

Coûts : à partir de 5’500 francs

Les frais d’un tel dispositif dépendent fortement de la forme du terrain à arroser et de la provenance de l’eau qui l’alimente. Pour un système simple dans un jardin d’une maison individuelle, Monsieur Künzli compte entre 5’500 et 6’000 francs ; pour un plus grand nombre de composants, il faut disposer d’un budget de 20’000 francs. Le bassin de retenue des eaux de pluie est également un peu plus cher à l’achat, il permet par contre d’économiser de l’eau dans l’exploitation. Sur demande, un abonnement de service est également proposé, qui prévoit que des spécialistes mettent le système en service au printemps et le vidangent en automne, pour éviter toute rupture de conduite. L’offre et le conseil sont toujours gratuits. Les dispositifs d’arrosage sont installés en deux à trois jours dans les jardins finis et ce, malgré le fait que la pose souterraine des canalisations doive être réalisée de manière très soigneuse. L’idéal est évidemment d’intégrer le dispositif dès le début.

Informations additionnelles

infomaison Imprimer l'article